Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.
Les blogues

Nos enfants en otage

Monsieur Couillard, même si au total mes enfants sont absents plus de 40 jours par année, cela ne veut pas dire que j'ai besoin d'une place à temps partiel le reste du temps, car, dois-je vous le rappeler, je travaille à temps plein les autres mois de l'année.

Je suis une femme. Une mère de trois enfants, avec dans la tête et dans le cœur de la place pour un quatrième. Je suis aussi une professionnelle qui occupe un emploi à temps plein. J'ai le privilège que ma grand-mère n'avait pas, celui de me réaliser comme femme, comme mère, et comme professionnelle.

Je contribue à la société, je paie mes impôts. Mais ce qui est le plus précieux dans ma vie, c'est ma famille, mes enfants. Je veux le meilleur pour eux, malgré le choix que je fais de travailler à temps plein, car sans mon salaire nous ne serions ni propriétaires d'une maison et nous aurions du mal à subvenir aux besoins de la famille. Donc étant donné que leurs deux parents travaillent, mes enfants sont confiés à un CPE.

Un CPE parce que je veux le meilleur, parce que je sais que les éducatrices y sont formées, que le matériel éducatif est abondant et de qualité, que la cour y est grande, accessible et attrayante, qu'il n'y a aucun compromis sur la qualité de la nourriture offerte à mes tout petits en plein développement, que le personnel est bien traité et qu'ainsi il est stable, ce qui favorise le développement d'un sentiment de bien-être et de sécurité chez mes enfants.

Je choisis un CPE encore et avec l'augmentation de la tarification (qui ne se voulait pas telle qu'elle est si on se fie aux promesses électorales qui ont été bafouées), je paie plus cher ma place que si j'allais au privé. Je choisis mon CPE car je crois en sa mission, car d'autres avant moi se sont battus, au nom de l'intérêt des enfants et de l'intérêt des femmes, pour se bâtir des services de garde de qualité.

Mais là monsieur Couillard, là ma coupe déborde et je suis dans l'incapacité d'accepter, de tolérer même, l'idée que mes enfants soient pris en otage, séquestrés, coincés, privés du temps de qualité que je voudrais pouvoir leur donner.

Le Ministère de la famille va décider du nombre de jours que mes enfants pourront s'absenter, du nombre de fois qu'ils auront le droit d'être malade (et on sait qu'en milieu de garde, les microbes ça se partage vite...), du nombre de journées qu'ils pourront être en vacances avec le reste de la famille... Car il y aura nécessairement une partie de la famille qui aura droit à plus de congés que mes enfants préscolaires. Mon aîné est à l'école primaire, il a donc droit à plus de congés que mes plus jeunes. Je fais le choix de prendre des congés sans solde l'été, parce que j'aime mes enfants et que je veux passer du temps de qualité avec eux, parce que je trouve que leur horaire est suffisamment chargé pendant le reste de l'année, que je trouve que les camps de jour ou la fréquentation du CPE pendant l'été, ça ne favorise pas le repos dont ils ont besoin, l'importance de respecter leur rythme quelques semaines dans l'année, de reprendre des forces et de faire le plein de souvenirs.

Parce que j'ai à cœur l'intérêt de mes enfants et que je ne les ai pas mis au monde pour qu'ils aient dès leur vie de poupon un agenda aussi chargé que celui d'un premier ministre, parce que je ne veux pas faire de compromis entre le choix d'un bon milieu de garde, un CPE, et la liberté de pouvoir m'occuper d'eux (après tout ce sont mes enfants) quand je suis moi-même en congé.

Monsieur Couillard, viendrez-vous expliquer à mes enfants pourquoi maman reste à la maison avec leur grand frère cet été? Qu'on se baigne et qu'on a du plaisir, alors qu'eux je vais les reconduire au CPE, parce que je veux qu'ils aient un endroit de qualité où grandir et s'épanouir lorsque je retournerai au travail à la fin du mois d'août pour ne pas perdre leur place?

Parce que pendant que le ministre est probablement lui-même en congé, il considère que la saine gestion des finances publiques passe au-dessus de l'intérêt des poupons et bambins du Québec, celui de passer du temps de qualité avec leurs parents quand ces derniers sont en congé.

Non monsieur Couillard, je ne peux tolérer que mes enfants soient pris en otage par vos règles et vos lois. Non monsieur Couillard, même si au total mes enfants sont absents plus de 40 jours par année, cela ne veut pas dire que j'ai besoin d'une place à temps partiel le reste du temps, car, dois-je vous le rappeler, je travaille à temps plein les autres mois de l'année.

Non monsieur Couillard, je n'abuse pas du système et je ne dépense pas les deniers publics de manière irresponsable, si je souhaite que mes enfants puissent bénéficier de leur place à temps plein dans un CPE lorsque je dois me rendre au travail et si je souhaite m'en occuper moi-même les journées où je suis en congé. N'est-ce pas là mes responsabilités parentales de m'occuper moi-même de mes enfants quand c'est possible? Et n'est-ce pas la responsabilité du gouvernement de veiller à ce que ses politiques et ses lois ne contreviennent pas au bien-être et au bon développement des enfants du Québec? Que reste-t-il de votre humanité, de votre gros bon sens? Comment pouvez-vous permettre que les enfants du Québec soient pris en otage d'une telle façon?

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

CPE : Manifs à Montréal contre les coupes

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.