LES BLOGUES
07/12/2018 11:56 EST | Actualisé 07/12/2018 12:00 EST

Il était une fois des héros invisibles du quotidien

Certains se lèvent avec leur douleur, prêts à rencontrer tous les défis, tous les jours, pour ceux et celles qu’ils aiment. Ils sont vraiment des héros. Je les appelle les héros du quotidien.

Tout comme leur condition, ces personnes sont invisibles et ne sont pas reconnues dans «notre grand royaume», mais savez-vous quoi, ce sont des héros par la détermination qui les habite.
PhotoAlto/Frederic Cirou via Getty Images
Tout comme leur condition, ces personnes sont invisibles et ne sont pas reconnues dans «notre grand royaume», mais savez-vous quoi, ce sont des héros par la détermination qui les habite.

Il était une fois décembre. Le tapis blanc, recouvrant le sol depuis quelques semaines déjà, a précipité, bien malgré nous, l'esprit des Fêtes. Je me rendais à ma première rencontre-partage avec un groupe d'entraide de l'Association québécoise de la douleur chronique sous un soleil radieux, mais un froid qui craque sous la botte.

J'étais excitée d'aller à la rencontre de ces gens. J'espérais de tout cœur que mon histoire irait à la rencontre de leur histoire avec mon projet de livre de «Y'a de la visite!». Je n'arrivais pas avec un conte de Noël, mais bien un petit conte pour apprivoiser la douleur chronique d'un parent. Puis, comme je le soupçonnais, la magie de Noël a opéré dès cette première rencontre. Je recevais mes premiers cadeaux des fêtes: des échanges riches, remplis d'humanité.

Notre grand héros hivernal, connu de par le monde, va bientôt envahir toutes les maisonnées. Son bedon proéminent, sa barbe blanche et son légendaire costume rouge et blanc rendent notre homme visible et reconnaissable par tous. Le père Noël, le héros des enfants, s'apprête à proposer son baratin annuel avec son immense royaume de rêve et d'imaginaire.

Mais la maisonnée des gens que je rencontrais était, elle, déjà envahie. La douleur s'était installée à demeure. Ces personnes touchées par ce mal invisible ne sont pas habillées de majestueux habits de velours. Tout comme leur condition, ces personnes sont invisibles et ne sont pas reconnues dans «notre grand royaume», mais savez-vous quoi, ce sont des héros par la détermination qui les habite. Chacune des personnes atteintes de douleur chronique se réveille avec une journée qui devient vite un défi.

Aujourd'hui, quelle sphère de ma vie sera affectée par les limitations que la douleur impose? La famille, le travail, la vie sociale, la vie amoureuse, les simples gestes routiniers... quand ce n'est pas un peu tout ça à la fois. La fée des étoiles n'existe pas, et son coup de baguette magique pour tout arranger n'arrive que dans les contes de Noël.

Des femmes et des hommes se lèvent avec leur douleur, prêts à rencontrer tous les défis, tous les jours, pour ceux et celles qu'ils aiment. Ils sont vraiment des héros. Je les appelle les héros du quotidien.

Ces héros font dans l'humilité. Bien peu pour eux, le courage, la bravoure ou la résilience. Ces gens vaquent à leurs occupations, ils font ce qu'ils ont à faire. Comme parent, comme amoureux, comme citoyen, comme employé. Dans la mesure de leur capacité physique et parfois, au-delà. C'est ce qu'ils vous diront. Je m'occupe de mes enfants. Je me soigne. Je fais l'épicerie. Je fais mon yoga. Je vais à mon bénévolat. Pas d'atelier plein à craquer de joyeux lutins pour faire leurs besognes!

Ils font ce qu'ils ont à faire, avec en toile de fond, la douleur. Y'a pas de courage là-dedans, juste le geste banal de la routine. Ces gens qui vivent avec la douleur chronique sont des héros de l'ordinaire, à longueur d'année, et on ne les voit pas.

Il était une fois, une auteure-apprentie qui avait le grand privilège d'entendre des gens ouvrir leur cœur pour partager leur histoire. Que j'aimerais être, un court instant, cette fée des étoiles et du bout de ma baguette magique, semer des étoiles scintillantes de reconnaissance pour tous les efforts déployés, jour après jour, dans ces petits pas empreints de grands gestes!

Il était une fois, sans costume de super héros, sans Ho! Ho! Ho! tapageur, des héros et des héroïnes de l'ordinaire au cœur vivant. Ils sont invisibles, mais ils sont parmi nous.

Joyeuses fêtes à tous!

À LIRE AUSSI:

» La nostalgie, ce n'est pas de la tristesse
» La Déclaration universelle des droits de l'homme a 70 ans
» «2018 Revue et corrigée»: vive les femmes!

La section des blogues propose des textes personnels qui reflètent l'opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle du HuffPost Québec.