Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.
Les blogues

Élisabeth Louise Vigée Le Brun au Musée des beaux-arts du Canada

Jusqu'au 11 septembre, le Musée des beaux-arts du Canada présente Élisabeth Louise Vigée Le Brun, une expo de quelque 90 oeuvres encensée par la critique.

Du 10 juin au 11 septembre 2016, le Musée des beaux-arts du Canada (MBAC) présente Élisabeth Louise Vigée Le Brun, une exposition de quelque 90 oeuvres acclamée par la critique.

Après avoir attiré la foule au Grand Palais à Paris l'automne dernier et après avoir connu un franc succès au Metropolitan Museum of Art de New York l'hiver dernier, cette rétrospective exceptionnelle est maintenant présentée à Ottawa - seul arrêt canadien de la tournée.

Cette exposition a donné lieu à plusieurs premières historiques: certains tableaux ont quitté la France pour la première fois, sont présentés au public pour la première fois ou sont réunis pour une première fois. Les oeuvres ont été prêtées par de prestigieuses institutions dont le Louvre, le château de Versailles et l'Ermitage de Saint-Pétersbourg. Cette somptueuse exposition est organisée par le Musée des beaux-arts du Canada, le Metropolitan Museum of Art et la Réunion des musées nationaux-Grand Palais, avec le soutien exceptionnel du Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Élisabeth Louise Vigée Le Brun était une célèbre portraitiste française qui fut la femme peintre la plus importante du XVIIIe siècle. Cette exposition permet donc d'explorer la vie et l'oeuvre d'une femme douée d'un savoir-faire exceptionnel.

Élisabeth Louise Vigée Le Brun

Née à Paris en 1755 dans une famille d'artistes, Élisabeth Louise Vigée Le Brun montre, dès son jeune âge, un talent exceptionnel pour la peinture. Bien qu'elle soit en grande partie une artiste autodidacte, à l'âge de 23 ans, elle est déjà la portraitiste de la reine Marie-Antoinette. En 1783, elle est acceptée à l'Académie royale de peinture et de sculpture - un honneur accordé à très peu de femmes.

En tant qu'artiste, elle réussit à donner à ses modèles un charme, une distinction et une élégance qui inspirent le respect chez ses clients. Forcée de fuir la France en 1789 à cause de la Révolution, elle fait le tour des grandes capitales d'Europe où sa réputation de portraitiste s'accroît davantage. Son exil durera 12 ans. Élisabeth Louise Vigée Le Brun est décédée à Paris en 1842. Elle a mené une brillante carrière dans un monde essentiellement masculin.

Malgré une carrière extraordinaire pour une femme en avance sur son époque, l'artiste et son oeuvre ont souvent été négligés - ce qui fait de cette première rétrospective un évènement très important.

Quelques portraits de cette exposition

Dans cette exposition, le public pourra admirer le premier portrait de Marie-Antoinette, alors que les deux femmes n'ont que 23 ans - un portrait jugé inconvenant et choquant à l'époque. On y retrouve aussi des autoportraits, dont une oeuvre peinte au faîte de sa gloire à 27 ans, et Jeanne Julie Louise, la fille d'Élisabeth Louise Vigée Le Brun - son enfant unique - peinte dès sa plus tendre enfance.

À l'époque, l'élection à l'Académie royale de peinture et de sculpture est nécessaire à tous les artistes qui ont un peu d'ambition. Vigée Le Brun présente donc une allégorique évoquant l'engagement de la France dans la guerre de l'Indépendance américaine. Cette peinture, qui lui permet d'entrer à l'Académie, est présentée dans cette grande exposition.

Parmi les personnages représentés, il y a la comtesse Anna Ivanovna Tolstaïa, fille d'un prince et ancien ambassadeur à la cour de Louis XVI. Cette jeune femme réservée est présentée portant une magnifique robe de mousseline à taille haute qui fait écho à son surnom de «Reine blanche» - une huile de 1796 qui est le tout premier tableau de Vigée Le Brun à faire son entrée dans une collection publique canadienne, grâce à un généreux don d'un collectionneur canadien en faveur du Musée des beaux-arts du Canada.

Varvara Nikolaïevna Golovina, comtesse russe au caractère difficile, est également représentée, drapée d'une large étole rouge brodée d'un motif - accessoire qui revient dans plusieurs autres peintures de Vigée Le Brun dès 1787.

Dans un spectaculaire portrait de groupe, l'artiste met en évidence d'extraordinaires variations tonales et fait preuve d'une grande virtuosité dans le rendu des étoffes. Ainsi la marquise de Rougé, au centre de la composition de l'une de ses peintures, est entourée de ses deux fils et de son amie, la marquise de Pezay. L'élégance aristocratique y est remarquable.

Germaine de Staël, célèbre et influente romancière et essayiste française est représentée sous le pinceau de Vigée Le Brun en héroïne de Corinne, personnage de roman de Staël qui est une poétesse en quête d'indépendance.

Le public peut également admirer Charles Alexandre de Calonne, un homme d'État puissant qui occupe la charge de contrôleur général des finances et, sa maîtresse, la comtesse Du Barry de Cérès.

Autour de l'exposition

Le fabuleux destin d'Élisabeth Vigée Le Brun, peintre de Marie-Antoinette est un film de 52 minutes projeté durant les heures d'ouverture de l'exposition. Ce docufiction captivant est gratuit avec le droit d'entrée, il est présenté en français sous-titré en anglais. Il est également vendu en DVD. C'est un film d'Arnaud Xainte, écrit par Jean-Frédéric Thibault.

Élisabeth Louise Vigée Le Brun est le catalogue de 289 pages de cette grande rétrospective internationale consacrée à l'artiste.

Pour tous les détails - voir le site officiel du MBAC

Les commissaires

Paul Lang, conservateur en chef du Musée des beaux-arts du Canada et commissaire de l'exposition Élisabeth Louise Vigée Le Brun à Ottawa, a scénographié la présentation des œuvres selon les trois différentes phases de la carrière de l'artiste. Le « bleu Marie-Antoinette » revêt les murs consacrés à la période précédant la Révolution française, tandis qu'un rouge met en scène ses douze années d'exil et le gris sert de toile de fond à son long chant du cygne, période au cours de laquelle, elle se consacre principalement à l'écriture de ses mémoires.

Les autres commissaires de l'exposition sont Joseph Baillio, éminent spécialiste de Vigée Le Brun et auteur du catalogue raisonné sur Vigée Le Brun, et Katharine Baetjer, conservatrice au département des peintures européennes du Metropolitan Museum of Art, à New York, sont les commissaires de l'exposition Élisabeth Louise Vigée Le Brun. Ils sont également co-auteurs du catalogue qui l'accompagne. Xavier Salmon, directeur du département d'arts graphiques au Musée du Louvre, a signé le commissariat de l'étape parisienne de l'exposition.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Élisabeth Louise Vigée Le Brun (1755–1842)

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.