LES BLOGUES
15/07/2018 06:00 EDT | Actualisé 15/07/2018 06:00 EDT

ATT Junior: un humoriste malien à découvrir bientôt au Québec?

Dans l'attente de joindre la fratrie des humoristes québécois lors du prochain festival international Juste pour rire, le jeune trentenaire rêve les yeux grands ouverts.

@Zackive Dagnoko

En mai dernier, je partais à Bamako, au Mali, sur les traces d'artistes reggae ayant organisé un festival panafricain en hommage au légendaire Bob Marley, sur la mystique Colline de l'Espoir. Huit jours d'émerveillement, d'investigation sur l'état du tourisme dans un pays morcelé en son centre jusqu'au nord par l'ennemi sournois djihadiste.

Dans ce décor sous haute tension, les Bamakoises et Bamakois encaissent grâce à leur joie de vivre traditionnelle, dégainant leurs fous rires à chaque coin de rue. Et pour titiller leur rate, l'humoriste et comédien ATT Junior a joué un rôle crucial. Grâce à son talent unique à imiter Amadou Toumani Touré, qui a été à la tête de la République malienne de 2002 à 2012, il se définit comme «Artiste Tout Terrain». Son arme secrète: «l'effet de rire spontané», soit activer le rire en moins de 30 secondes.

À mon accent québécois, il a reconnu celui de ses comparses de l'École nationale de l'humour (ÉNH), rencontrés à Abidjan au printemps lors du MASA (Marché des arts du spectacle d'Abidjan), une manifestation d'envergure à laquelle une délégation du Québec participait.

Son attachement au Québec est tel qu'il a mis au point des sketches sur la société québécoise et adopté une technique d'«improvisation préparée» de l'ÉNH consistant à prévoir tout impact potentiellement néfaste à travers le véhicule de l'humour. En somme, apprendre à ne pas se jeter tout de go sans réfléchir.

Dans l'attente de joindre la fratrie des humoristes québécois lors du prochain festival international Juste pour rire, le jeune trentenaire rêve les yeux grands ouverts, de voir une brèche se définir dans cet horizon encore hermétique.

Portrait d'un révolutionnaire de la comédie, sans crainte de défis ni peur des tabous.

@Zackive Dagnoko

Rire tout terrain

Le 11 mai, ATT Junior faisait salle comble au Magic Cinema Babemba de Bamako. Son spectacle solo Téléchargement marquait ses 15 ans de carrière. Sur scène comme dans la vie, il ne tient pas en place et martèle son auditoire de blagues bidonnantes, en bambara, la langue locale, et en français. Il s'en donne à cœur joie de soulever les travers des couples, de la polygamie. Il se marre de l'infidélité et n'hésite pas à se travestir en femme pour le plus grand plaisir de ses admirateurs.

Son audace va même jusqu'à tourner en dérision les actions des terroristes sévissant au Mali. À ses yeux, l'éthique du rire au Mali permet une telle intrusion, quoiqu'il admette que le public malien est susceptible de se réagir aux propos à caractère politique et religieux. Mais en 15 ans, celui dont la force réside dans sa façon unique de traiter ces thématiques avec tact n'aura reçu aucune insulte ni menace.

Destin d'un porte-parole du roi

Originaire de Kita, aux abords de Bamako, Djely Moussa Kouyaté (alias ATT Junior) trempe dès l'enfance dans un milieu artistiquement stimulant. Son père Mamadou, hissé au rang de fonctionnaire international au Burkina Faso, détient une vaste culture. Orateur né, le paternel ne manque jamais une occasion de raconter des récits loufoques qui font éclater de rire la famille.

L'oncle Kouyaté perce quant à lui dans le cinéma et accomplit une carrière plus qu'enviable pour le jeune ATT. «J'ai tout de suite eu envie de les imiter, de me saisir du micro pour leur rendre hommage», relate l'humoriste, reconnaissant de ce patrimoine. Il embrassera la comédie par allégeance à la tradition mandingue. Jadis, les Kouyaté furent les porte-voix attitrés du roi, seuls griots ayant droit de parole. Cette influence millénaire s'est inscrite au fil de sa carrière par son rôle de médiateur du peuple par le véhicule de l'humour. L'unique voie lui permettant en 2018 d'être «la voix des sans-voix, sans que personne ne soit vexé», dit-il.

Si, à Bamako et à la grandeur du pays, ATT Junior est devenu aujourd'hui l'idole de toute une génération, c'est qu'il a su préserver son adhésion à la jeunesse.

À l'adolescence, le jeune homme adhère à la troupe théâtrale du lycée Massa Makan Diabaté dans le quartier bamakois de Bacodjicoroni. Il s'y exercera comme comédien amateur. Il a envie de faire rire, visionne les DVDs de ses deux premiers maîtres à penser: Jamel Debbouze et Gad Elmaleh. Grâce à eux, le goût du spectacle solo surgira instinctivement.

Bled Story: dédramatiser le quotidien

Si, à Bamako et à la grandeur du pays, ATT Junior est devenu aujourd'hui l'idole de toute une génération, c'est qu'il a su préserver son adhésion à la jeunesse. Il a d'ailleurs été recruté par deux réalisateurs établis à Paris, Toumani Sangaré et Ladj Ly, pour être le personnage phare de la série Bled Story lancée en 2009 et diffusée sur la chaîne TV5 Europe et Afrique.

Ludiques épisodes, tous plus rigolos les uns que les autres, au cœur de Bamako et en région, sur des situations de la vie courante. On y aborde le désir des jeunes de larguer les amarres pour un ailleurs meilleur. Derrière ce format drolatique s'insère une dimension de sensibilisation primordiale pour le comédien philosophe: celle de décourager ses compatriotes à traverser les mers périlleuses vers un soi-disant El Dorado européen.

Son credo se résume ainsi: restez en Afrique, continent de tous les possibles et où tout est à faire. Nul besoin d'en sortir pour trouver argent et opportunités. «La jeunesse africaine doit se mettre en tête qu'elle doit s'ancrer ici. Si on amène de la créativité et des stratégies de développement, on pourra mieux faire valoir l'Afrique. Le jeune de Bled Story vit cette aventure et rentrera bredouille chez lui où tout peut arriver, s'il fait le nécessaire en matière d'éducation et d'adoption des technologies.»

7 000 kilomètres, du fleuve Niger au fleuve Saint-Laurent

Malgré son talent et son charisme fou, la voie jusqu'au Québec est loin d'être tracée pour Djely Moussa Kouyaté. L'obtention d'un visa pour tout Malien venant au Canada s'avère un réel calvaire depuis les dernières années, la rigueur de l'immigration n'épargnant personne. Mais, pour celui qui se voit déjà aux côtés de Louis-José Houde, il s'agit d'un mince écueil. Il a été accueilli aux États-Unis en 2015 et perce en France où il fera escale en août.

Le circuit des festivals du rire d'Afrique de l'Ouest se l'arrache. Côté Maghreb, il rêve d'être invité par son idole Jamel Debbouze au Marrakech du rire, dans le but de lui faire comprendre qu'il y a aussi des talents en Afrique subsaharienne.

«Les humoristes africains ont beaucoup à dire pour préparer les mentalités d'ailleurs aux réalités du continent. Un procédé psychologiquement sain pour quiconque ne connaît pas l'Afrique; il ne pourra que rigoler et apprivoiser tout obstacle... dont les moustiques!», s'esclaffe l'humoriste né.

À LIRE AUSSI:

» Les spectacles et les événements à ne pas manquer à Just For Laughs
» «Utopie»: Jean-Marc Parent égal à lui-même
» Une nouvelle politique contre le harcèlement pour Juste pour rire

À VOIR AUSSI: