LES BLOGUES
23/02/2018 09:00 EST | Actualisé 23/02/2018 10:20 EST

Une autre semaine difficile pour les sports d’hiver

Ski alpin, ski de fond, patinoires naturelles, tout a été mis en question cette semaine, du moins de façon temporaire.

Stoneham webcam
Une webcam de Stoneham près de Québec. On ne peut y constater la qualité de la neige mais on peut voir clairement s’il y en a ou pas.

Depuis les froids cinglants du temps des Fêtes, nous avons connu cette semaine notre 5e redoux accompagné de pluie. Et encore une fois, une majorité de stations particulièrement dans le Sud-ouest a dû fermer mardi et mercredi à cause de la pluie et pour éviter que les pistes se détériorent trop.

Ski alpin, ski de fond, patinoires naturelles, tout a été mis en question cette semaine, du moins de façon temporaire.

Ski alpin sauvé par l'enneigement artificiel

Pour ce qui est du ski alpin, les troubles ne sont que passagers. La neige fabriquée en début de saison est plus que suffisante pour résister même à ce 5e assaut par la pluie et le temps doux. Il est certain par contre qu'avec le retour de nuits froides les carres bien affutées et le bon entretien mécanique des pistes seront à l'honneur. Un peu comme le week-end dernier.

Il est certain par contre qu'avec le retour de nuits froides les carres bien affutées et le bon entretien mécanique des pistes seront à l'honneur.

Mercredi cependant, quelques centres dont Sommet Saint-Sauveur Mont Habitant offraient des conditions surprenantes à cause d'un entretien particulièrement bon et ce sur la majorité des pistes. Il faudra donc dans les prochains jours compter sur la capacité de chaque centre de damer le plus grand nombre de pistes possibles, comme Bromont par exemple qui reconditionne ses pistes 3 fois par jour.

Ski de fond - Annulation du Loppet Viking-Morin Heights

Le comité organisateur de la 46e édition du Loppet Viking-Morin Heights de ski de fond qui devait se tenir dimanche a décidé d'annuler pour une deuxième année consécutive. Cette décision a été prise en fonction d'une variété de facteurs incluant les conditions de pistes, la météo, la sécurité des participants et la difficulté de modifier l'itinéraire à la dernière minute.

Les centres nordiques ne peuvent récupérer aussi rapidement que les centres alpins puisqu'ils n'ont pas encore d'enneigement artificiel et aussi qu'ils ont moins d'équipement lourd pour concasser la neige durcie ou glacée. Le ski de fond risque donc d'être plus difficile ce week-end.

Néanmoins, en choisissant des sentiers faciles comme le Parc Linéaire P'tit train du Nord dans les Laurentides, le Domaine St-Bernard du réseau Mont Tremblant ainsi que certains sentiers des centres de la SEPAQ et du réseau du Mont Sainte-Anne qui possèdent la machinerie lourde nécessaire pour concasser, il sera possible de skier.

La marche avec crampons sera le choix dans les centres nordiques

La marche en montagne avec crampons sera surement l'activité de choix dans les prochains jours dans les centres nordiques. Les crampons de marche deviennent de plus en plus nécessaires pour mieux apprécier l'hiver avec des conditions aussi changeantes. On les utilise parfois plus que les raquettes dans les centres où les sentiers sont fortement fréquentés. On ne peut les utiliser par contre lorsque la neige est molle ou profonde. Il faut alors les raquettes.

Les leçons de Pyeongchang

Vous avez sans doute regardé les Jeux olympiques en provenance de Pyeongchang où la neige au sol est visiblement absente. Cependant, les sites des épreuves de ski et de snowboard sont, comme nous le voyons tous, très bien enneigés grâce à l'enneigement artificiel qui fait toute la différence.

Au Québec, on se demande souvent s'il y a encore de la neige dans les stations après un contretemps comme nous en avons connu encore cette semaine. Mais, comme à Pyeongchang, les pistes de la plupart de nos stations de ski sont protégées par l'enneigement artificiel et nous avons certainement beaucoup plus de neige naturelle au sol présentement qu'à Pyeongchang. Donc même avec le contretemps qui a fait fondre la neige et le retour du temps froid qui l'a durcie la saison est loin d'être compromise ni même le week-end.

Les webcams des stations – fenêtres sur la situation

De plus en plus de stations de ski utilisent la technologie web pour offrir sur leurs sites des webcams montrant, comme si nous y étions, plusieurs secteurs du domaine skiable. Il s'agit d'un outil de marketing redoutable puisqu'il permet de voir en temps réel l'enneigement, les conditions météorologiques et, dans certains cas, l'achalandage à la montagne. Au Québec, le Mont Tremblant nous offre les meilleures. Trois caméras fixes sur la montagne mais que l'on peut manipuler et orienter à partir de son ordi; deux qui offrent de superbes vues sur le village et le bas du versant sud ainsi qu'une vidéo en direct qui balaie le versant sud à partir du sommet offrant des vues imprenables sur la montagne et les alentours. Les caméras du village, ce beau village copie du Vieux-Québec, ont certainement une grande valeur marketing; on veut y être.

Le Mont-Sainte-Anne en offre 4 aussi dont une au centre de ski de fond du rang St-Julien sur le plateau de départ. D'autres stations importantes au Québec en offrent aussi : Le Massif de Charlevoix, Stoneham, Bromont, Mont Sutton. Certains centres de moindre envergure nous en font profiter aussi : Massif du Sud dans Chaudière-Appalaches, Mont Comi, Mont Edouard et même Mont St-Bruno sur la rive Sud de Montréal qui en profite surement pour faire voir aux gens de la région que, même s'il n'y a plus de neige sur leur parterre, il y en a à la montagne.

Une station importante qui n'en a pas et qui pourrait sans doute en profiter plus que toute autre au Québec est Sommet St-Sauveur dans les Laurentides. Cette station offre depuis longtemps la plus longue saison, habituellement du début novembre à la mi-mai. Imaginez le punch de pouvoir ouvrir une fenêtre sur la montagne et voir la neige et le ski lorsqu'il n'y a pas de neige ailleurs en novembre, avril et mai! Aussi la beauté des prises de vue d'une webcam ou d'une vidéocam qui pointerait de la mi-montagne vers la base et vers le spectaculaire village de St-Sauveur. Cette station, leader de l'industrie, aurait tout à gagner d'en installer.

Les patinoires naturelles en difficulté

Le patinage sur nos belles patinoires naturelles et sentiers de glace est l'activité la plus éphémère et vulnérable de l'hiver. La pluie à cette période de l'hiver sonne malheureusement trop souvent le glas pour ce plaisir tellement québécois, tellement canadien.

Nous apprenions mercredi la fermeture pour la saison de la patinoire du Canal Rideau à Ottawa. Cette 48e saison aura duré 45 jours depuis le 5 janvier et aura offert 35 jours de patinage. Tous les autres patinoires naturelles et sentiers de glace ont dû fermer temporairement ou indéfiniment mardi avec l'arrivée de la pluie et du temps doux. Quelques-unes avaient repris déjà mercredi, mais leur ouverture pour le week-end pourrait être incertaine en raison de la météo des prochaines heures. Il faudra donc se renseigner sur l'état de la reprise dans les différents sites avant de vous rendre.