LES BLOGUES
19/01/2018 09:00 EST | Actualisé 19/01/2018 09:00 EST

Un premier week-end de ski bien rempli

C'est la première et dernière chance de voir et encourager les skieurs de bosses canadiens avant les JO de Pyeongchang.

Les soeurs Dufour-Lapointe: Chloé, Justine et Maxime, à Val St-Côme en 2016.
La Presse canadienne
Les soeurs Dufour-Lapointe: Chloé, Justine et Maxime, à Val St-Côme en 2016.

Si la météo tient bien le coup, nous pourrions connaître un premier week-end bien rempli. Rempli de monde et rempli d'activités. Enfin, on respire, le mercure atteignant cette semaine des niveaux fort acceptables.

Les sites de sports d'hiver ne l'ont pas eu facile jusqu'à présent cet hiver: la vague de froid durant les vacances, la pluie de la semaine dernière et le retour au froid le week-end dernier ont tenu bien des adeptes à l'écart. Entre la pluie de vendredi et le froid de dimanche une bonne tempête qui a laissé samedi de fortes accumulations particulièrement dans la vallée du St-Laurent ainsi que dans les basses Laurentides.

Si tout va bien les prochains jours pourraient constituer une première belle occasion pour bon nombre de lancer son hiver sur les pentes de ski alpin, les pistes de ski de fond et de raquette et les belles patinoires naturelles du Québec qui ont repris progressivement du service cette semaine.

Coupe du Monde de Ski acrobatique à Tremblant samedi

Première et dernière chance de voir et encourager les skieurs de bosses canadiens avant les JO de Pyeongchang. Ils seront tous au Mont Tremblant ce samedi avec un contingent mondial représentant les meilleurs de la discipline incluant l'invincible Mikael Kingsbury, plus grand skieur de bosses de tous les temps qui a raflé la médaille d'or dans ses 13 dernières compétitions. Du jamais vu il va sans dire. Le skieur de 25 ans de Deux-Montagnes et St-Sauveur sera nul doute la grande vedette du week-end avec, il ne faut pas les oublier, les remarquables sœurs Dufour-Lapointe, Justine, Maxime et Chloé qui avaient épaté il y a deux ans à Val St-Côme avec un triplé inédit. Trois sœurs qui prennent le podium dans une même compétition, dans un même sport; un moment historique qui ne se reverra peut-être jamais, à moins qu'elles le répètent elles-mêmes.

Trois sœurs qui prennent le podium dans une même compétition, dans un même sport; un moment historique qui ne se reverra peut-être jamais, à moins qu'elles le répètent elles-mêmes.

L'épreuve de Mont Tremblant sera la dernière avant les sélections pour les prochains Jeux olympiques. La compétition sera donc forte et importante.

Les épreuves de samedi auront lieu sur la piste Flying Mile du versant sud. Il faudra grimper un peu pour accéder au site, environ 30 minutes sur un corridor de marche dédié. Les skieurs et planchistes pourront aussi se procurer un billet valable uniquement pour la remontée Flying Mile au coût de 20 $. Il sera aussi possible de visionner la compétition en direct au bas de la montagne sur un écran géant à la place Saint-Bernard.

La Classique Jackrabbit de ski de fond

Ce sera aussi samedi la première épreuve de ski de fond de la saison ouverte à tous, la Classique Jackrabbit entre Arundel et Montebello. Cette épreuve créée par le Marathon canadien de Ski en sera à sa troisième reprise quoique l'Édition 2016 avait dû être annulée à cause de neige insuffisante sur le parcours. On avait aussi craint vendredi dernier le même sort pour cette année, mais la neige de dimanche est venue sauver les plats, de justesse. Il a moins neigé à Tremblant (7 cm) qu'à St-Sauveur et Montebello (25 cm) et Montréal (36 cm), mais ce fut suffisant selon Denis Marcotte, le responsable de la piste.

Jusqu'à mercredi soir, environ 125 skieurs étaient inscrits; la moitié skiera les 93 kilomètres entre Arundel et Montebello. Les autres sont inscrits au 60-kilomètres qui se terminera aux abords de la Réserve Kenauk au nord de Montebello.

Sur les traces de Jackrabbit

Le parcours se fera en partie sur des pistes originalement défrichées par le légendaire Herman Smith-Johannsen dit Jackrabbit, pionnier du ski dans les Laurentides et qui vécut jusqu'à 111 ans. C'est d'ailleurs le style de vie de Johannsen qui fut l'inspiration pour le premier Marathon canadien de ski en 1967. Jackrabbit parcourait les villages des Laurentides et de l'Outaouais sur skis, traçait de nouveaux sentiers et dormait en cours de route « chez l'habitant». Le premier Marathon canadien de Ski fut organisé en 1967 pour célébrer le centenaire du Canada a connu un tel succès auprès des premiers participants qu'il a été repris par la suite tous les ans en février, sans interruption jusqu'à maintenant.

Le prochain Marathon canadien se déroulera le week-end des 10-11 février prochain sur un nouveau parcours comprenant la piste de la Classique Jackrabbit d'Arundel à Montebello puis au jour deux, de Montebello à Lachute sur la piste originale. Le Marathon canadien de ski se déroule sur deux jours et comporte 160 kilomètres. Traditionnellement, plus de 2000 skieurs y participent chaque année.