Les blogues

Relaxer intelligemment en plein centre-ville avec Breather

Disponible sur les plateformes iOS et Android, l'application Breather permet de louer pour une courte durée des espaces de travail et de repos en plein centre-ville.
Cette publication a été publiée sur la plateforme des contributeurs au HuffPost, maintenant retirée du Web. Les contributeurs avaient plein contrôle sur leurs publications et le faisaient librement sur notre site. Si vous voulez signaler cette publication comme étant abusive, envoyez-nous un courriel.

Quiconque a observé en hiver le centre-ville de Montréal depuis le Chalet du Mont-Royal vers les quatre heures de l'après-midi a pu constater que plusieurs locaux des gratte-ciels baignent dans l'obscurité. S'il en est ainsi, c'est parce que certains bureaux ouvrent et ferment à des heures distinctes, mais aussi parce que certains espaces demeurent vacants à longueur d'année, en attendant d'accueillir de nouveaux locataires.

Pourtant, les besoins d'espace se font sentir dans les grandes métropoles comme Montréal. Qui donc n'a jamais vécu la frustration d'entrer dans un café sur la rue Sainte-Catherine à seize heures, dans l'espoir d'y décompresser un peu avant le quart de travail de dix-sept heures, et de constater qu'il n'y reste plus aucune place pour s'asseoir? En effet, rares sont les espaces intérieurs au centre-ville de Montréal où l'on puisse relaxer en toute tranquillité, sans être dérangé par les papotages des personnes assises à la table d'à côté, le bruit de la place Ville-Marie, ou encore le va-et-vient des badauds. Et si vous cherchez un endroit pour vous détendre sur un canapé, votre foyer est de loin le lieu le plus sûr et le plus pratique.

Du moins, c'est ce que je pensais jusqu'à ce que je découvre l'application pour téléphones intelligents, Breather. Disponible sur les plateformes iOS et Android, l'application Breather, créée en 2012 par les entrepreneurs canadiens Julien Smith et Caterina Rizzi, permet de louer pour une courte durée des espaces de travail et de repos en plein centre-ville. Ces espaces, ce sont des bureaux jusqu'alors laissés vacants. «Je voyageais beaucoup pour le travail, mais je trouvais difficile d'être productif dans les cafés. Trouver un coin pour relaxer chez Starbucks était devenu un tracas», confie Julien Smith à Business Insider.

Avec Breather, vous pouvez louer des espaces de séjour de cinq cents pieds carrés ou moins à Montréal, Ottawa, New York, Boston et San Francisco. Les prix oscillent entre douze et soixante-douze dollars l'heure, selon la ville et le local. À Montréal, les prix varient entre douze et trente dollars. Il est aussi possible de louer un espace pour une demi-heure seulement.

Le fonctionnement de Breather est assez simple. Il suffit d'avoir un téléphone intelligent doté du système d'exploitation iOS ou Android, et de se créer un compte Breather gratuit - on ne paye que pour les réservations de locaux et il n'y a pas de frais d'abonnement. Notons au passage qu'il est possible d'annuler sans frais une réservation, au plus tard une minute avant le début de celle-ci. Sur l'application Breather, on peut lire une description des locaux disponibles aux dates et aux heures demandées. Une fois le choix fait, il ne reste plus qu'à confirmer d'un clic la réservation et à se présenter sur les lieux à l'heure convenue. Le paiement s'effectue par carte de crédit, mais le montant d'argent n'est prélevé qu'une fois la période de location terminée.

Ma première expérience avec Breather

Sans vraiment savoir à quoi m'attendre, je réserve un local Breather situé au neuvième étage de l'édifice 1117 Sainte-Catherine Ouest, pour le jeudi 13 août, de 9 :30 à 10 :30. Je me présente vers 9 :15 devant la porte du local. Celle-ci est munie d'une serrure à clavier numérique, et la porte est facilement identifiable grâce au logo de l'entreprise. Je regarde alors mon téléphone, et j'ai l'heureuse surprise d'apprendre que je peux commencer à disposer du local jusqu'à quinze minutes avant le début de la location, vu qu'il n'y avait pas de client avant moi. J'appuie donc sur le bouton «s'enregistrer» qui apparaît à l'écran du téléphone et, quelques secondes plus tard, je reçois le code pour déverrouiller la porte.

Le local est propre et spacieux. Les murs beige clair et une grande fenêtre avec une vue sur la ville créent tout de suite une atmosphère reposante. Ce qui frappe aussi, c'est l'insonorisation de la pièce et le confort des meubles, sans compter la cafetière Nespresso, le tapis de yoga, le canapé, le tableau blanc et la table de réunion pouvant accommoder quatre personnes. Je me sers un café et lis le journal, le tout dans un calme absolu, à l'exception du subtil bruit du claquement des portes des autres bureaux à l'étage, mais qui n'altère en rien cette expérience somme toute très agréable. À dix heures et demie, il ne me reste plus qu'à ramasser mes affaires et quitter le local. Après chaque location, Breather envoie du personnel d'entretien vérifier l'état du local et le nettoyer, au besoin. S'il est possible pour les clients d'évaluer la qualité de leurs séjours, Breather note également la qualité de leurs clients. Ainsi, un client irrespectueux des lieux peut voir son abonnement Breather révoqué.

Breather pour qui?

Breather cible sans aucun doute une clientèle niche. En effet, ce n'est pas tout le monde qui se permet de dépenser quinze dollars l'heure juste pour avoir droit à un local pour y passer du temps. La plupart des gens flânent dans les cafés, les centres d'achats, à la Grande Bibliothèque ou dans d'autres lieux plus abordables pendant leurs temps libres. Qui plus est, Breather est encore relativement peu connu à Montréal. La compagnie n'y compte qu'une douzaine de locaux, et il est encore facile de réserver à la dernière minute - j'ai réservé ma location du 13 août la veille vers les vingt-trois heures, et il restait encore beaucoup de plages horaires vacantes. Cela dit, je ne serais pas surpris si d'ici quelques années, Breather venait à remplacer petit à petit les cafés comme lieux de détente. Après tout, un café et un sandwich chez Starbucks vous coûteront facilement aux alentours de dix dollars, que vous y alliez seul ou avec des collègues. Qui plus est, rien ne vous garantit d'avoir une table suffisamment grande dans un café pour y étudier ou y travailler, et il vous faut souvent choisir votre coin de repos en fonction des places disponibles. En revanche, avec Breather, vous êtes assuré d'avoir accès à un espace calme à vous tout seul. Et si en plus vous partagez les frais de la réservation avec d'autres personnes, les prix commencent à être vraiment intéressants.

Mais qui donc a vraiment besoin de relaxer en ville à des heures précises de la journée et surtout, qui est prêt à payer pour ça au lieu de simplement rentrer à la maison? Eh bien, des gens comme moi entre autres, qui étudient le jour et travaillent le soir, ou qui ont un horaire «à trous». J'étudie en enseignement, mais je travaille aussi pour une compagnie située au centre-ville de Montréal, à deux coins de rue d'un local Breather. Lorsque je termine mes cours à 15 :00 et que je commence à travailler à 17 :00, je n'ai pas forcément le temps de rentrer chez moi pour me reposer avant le travail. Alors, je peux me rendre directement au centre-ville et décompresser au local Breather, de 15 :30 à 16 :30, par exemple. Ce n'est pas énorme, mais bien souvent, c'est le petit somme de vingt minutes dans l'après-midi qui fait toute la différence dans une journée. Pour ceux et celles qui aiment faire des heures de travail supplémentaires ou organiser des réunions d'affaires, les locaux Breather disposent aussi d'une connexion Wi-Fi incluse dans le prix de la réservation, ainsi que d'une table de travail, d'un tableau blanc et de chargeurs pour téléphones intelligents. C'est cet aspect hybride des locaux que je trouve le plus original.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Des gadgets du CES Las Vegas 2015