LES BLOGUES
31/01/2013 12:54 EST | Actualisé 02/04/2013 05:12 EDT

Israël - Iran: la tension monte d'un cran

AP

Ça chauffe en Israël et aux alentours depuis 48 heures. Des informations de différentes sources, mais non confirmées officiellement, parlent d'une attaque aérienne israélienne d'un convoi militaire syrien en bordure de la frontière libanaise. Selon ces mêmes informations, ce convoi transportait des armes syriennes sophistiquées destinées au Hezbollah. Or, Israël a toujours prévenu qu'une telle évolution serait inacceptable.

Ces informations viennent au lendemain d'une déclaration significative du chef de l'armée de l'air israélien, le Général Eshel, ayant affirmé que la Syrie possédait un arsenal énorme non seulement d'armes non conventionnelles, mais aussi de missiles sophistiqués variés - sol-sol, sol-air, sol-mer et mer-mer - lesquels sont en mesure de changer les données et bouleverser l'équilibre et le statu quo stratégiques entre Israël d'une part et la Syrie et le Hezbollah de l'autre. Et d'ajouter à mots couverts qu'une escalade n'est plus une éventualité aussi imaginaire.

De cause à effet les Israéliens se préparent a toute éventualité, non seulement sur le plan psychologique, mais aussi pratique: depuis 24 heures le nombre des demandes de masques anti-gaz et anti armes chimiques a triplé en quelques heures. L'armée aussi prend ses précautions en déployant au nord du pays deux batteries "Dôme d'acier' ayant fait ses preuves lors des dernières hostilités face aux missiles du Hamas de Gaza.

Ceci dit, du côté des autorités civiles on multiplie les messages destinés à calmer les esprits. "Israël ne souhaite guère et n'a aucun intérêt à se frotter ni a la Syrie ni au Hezbollah, d'autant plus que nos messages concernant notre "ligne rouge" sont semble-t-il bien compris", affirme-t-on.

Cette évolution a en quelque sorte relégué au deuxième plan l'intérêt médiatique soulevé en début de semaine par une rumeur non confirmée officiellement à propos d'une explosion mystérieuse sur le site nucléaire souterrain de Fordow en Iran. La source en est Reza Khalili réfugié Iranien affirmant qu'il avait été agent de la C.I.A en Iran avant de quitter son pays et s'installer aux États-Unis. Sur son blogue, Kahlili, dont la crédibilité n'a pas été entièrement prouvée, croit savoir qu'il s'agit en somme d'une série d'explosions - cinq dans la salle où sont stockées des centrifugeuses, deux dans le dépôt d'Uranium, ainsi que dans le couloir menant aux deux ascenseurs descendant à environ 200 mètres, en direction des dépôts d'uranium.

Si cette rumeur se confirmait être exacte, cet événement atteindrait une importance capitale dans le cadre de la lutte contre une arme nucléaire iranienne. Longtemps ignoré des services de renseignement, le site de Fordow est devenu le centre de l'activité nucléaire iranienne. Ce site a été creusé très profondément en région montagneuse de sorte qu'il pourrait être a l'abri d'attaques aériennes, voire même par bombes "sophistiquées" (en possession des Américains, mais non des Israéliens) capables de pénétrer le béton armé dont sont munies les installations de Fordow. Or une telle explosion serait en mesure de retarder substantiellement la suite du programme nucléaire iranien.

En tout état de cause ce ne serait qu'une atteinte de plus contre le programme nucléaire iranien. La liste, établie par une source occidentale, est longue:

2005

- Deux explosions aux environs de sites nucléaires;

2006

- 50 centrifugeuses explosent au site de Natans;

- au cours de l'année trois avions explosent à bord desquels voyageaient du personnel lie au nucléaire iranien.

2007

- Un savant nucléaire Iranien , le Dr Ardeshir Hussin For meurt dans des circonstances non éclairées;

2010

- Des virus introduits dans les ordinateurs provoquent un sabotage de bon nombre de centrifugeuses;

- Un savant atomique important trouve la mort dans l'explosion a la sortie de son domicile;

- Un autre savant Majid Chariari fait l'objet d'attentat ; son confrère a la vie sauve dans un autre attentat;

2011

- Dans un autre attentat, Dr Darius Rezai trouve la mort par coups de feu;

- Dans une puissante explosion près de Téhéran, le Général Hassan Mukadem, chef du projet des missiles, trouve la mort avec 17 de ses collaborateurs;

2012

- L'ingénieur Mustapha Ahmadi Rushan trouve la mort par l'explosion de sa voiture.

Aucune de ces actions n'avait été revendiquée par un élément quelconque.

Israeli Elections