Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.
Les blogues

Adieu Aylan

Plus rien Que l'ombre de la mer Et l'enfant Qui paraît endormi À jamais seul

Plus rien

Que l'ombre de la mer

Et l'enfant

Qui paraît endormi

À jamais seul

La tête bercée par cette eau calme

Comme une dernière caresse

Sa mère

N'est plus là pour le faire

Adieu Aylan

Je ne t'ai pas connu

Mais c'est tout comme

Tu es l'enfant du monde

L'enfant de tous les hommes

De toutes les femmes

L'enfant qu'on n'a pas eu

Adieu Aylan

Même allongé dans cette eau calme

Telle une poupée de chair

Tu te dresses à jamais

Contre tous ceux qui t'ont tué

Ces petits hommes

Vautrés

Dans leur démence

Et leur insignifiance

Adieu Aylan

Bonne route

Ton petit corps a fui le bateau ivre

Pour les terres de lumière

Qu'il repose à jamais dans les étoiles

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Hommages à Alan Kurdi

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.