LES BLOGUES
23/05/2016 01:01 EDT | Actualisé 23/05/2017 05:12 EDT

C'est la foire au zoo!

L'annonce récente par le premier ministre Couillard d'une subvention de 26 millions de dollars au Zoo de Saint-Félicien a créé tout un émoi.

Après avoir tendu le cou dans l'attente d'une nouvelle d'importance à véhiculer, la grue qui était sur pied depuis longtemps a été devancée par la buse qui s'est fait un devoir de véhiculer et de répandre la nouvelle. Les couleuvres de la politique avaient déjoué l'œil de lynx et l'escouade carcajou.

C'est maintenant le canard qui véhicule la nouvelle d'un bout à l'autre du Jardin zoologique. L'ours noir est resté tellement surpris de la bonne nouvelle, qu'il est devenu tout blanc. Fin renard, le raton laveur a immédiatement entrepris un jeûne pour tester la véracité de la nouvelle en espérant que la nouvelle manne budgétaire lui permettrait d'obtenir de la nourriture sans avoir à voler.

Le lièvre aussi se méfiait et craignait voir arriver les loups en meute. La seule meute qu'il vit passer était celle des journalistes à l'affût de plus de détails sur ce coup fumant des grenouilles des couloirs du parlement. Ah phoque, s'écria le porc-épic, tu m'as fait sursauter et tu sais que j'aurais pu te blesser en s'adressant au coyote qui surveillait la poule occupée à se pavaner devant les macaques qui n'attendaient qu'un cygne pour se jeter sur leur proie ministérielle.

La nouvelle avait réjoui les mamans couguars qui voyaient là une occasion de s'entourer de nombreux jeunots. Serait-ce l'occasion pour elles de montrer leur suprématie aux tigres de l'amour?

Un crapaud de l'opposition a effrayé les écureuils en les prévenant d'un cocktail officiel qui serait tenu bientôt pour officialiser la subvention obtenue sans avoir même rempli de formulaire officiel de demande au ministère du Tourisme. Ceux-ci savaient que le menu en de telles occasions comportait des amuse-gueule typiques de leur milieu de vie, cuisses d'écureuils, cuisses de ouaouarons, fromage au lait de chèvre et foie gras d'oie. Un carnage en vue. Les dindons en ont profité pour se réfugier derrière l'enclos des cochons en souhaitant qu'on les choisisse au passage pour compléter le repas.

Les bisons ont célébré cette annonce en espérant qu'on les éloignerait des cerfs, vaches, chevaux, lamas, chameaux, orignaux et caribous qui piétinaient trop souvent leur pâturage.

Les loutres sont sorties de leur flânage au soleil pour informer le castor en lui indiquant qu'elles souhaitaient qu'il profite des espaces supplémentaires mis à sa disposition pour leur créer de nouveaux lacs où s'amuser.

Le gardien de zoo avait perçu l'excitation des geais bleus et des bernaches, mais ne connaissait pas encore la cause de cet énervement. Ce n'est qu'en croisant la tortue qui l'informa très calmement, qu'il comprit ce safari relancé par Philippe et sa basse cour.

En consultant le mémoire ayant servi pour accorder la subvention sans formulaire de demande officielle, nous avons constaté qu'il n'est pas question d'ajouter une section de singes au zoo de Saint-Félicien, probablement pour éviter que les «gorilles» n'apprennent que la subvention ait servi à cet ajout dans la circonscription représentée par le premier ministre.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo
Le premier bébé de l'année au zoo de Granby
Voyez les images

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter