LES BLOGUES
14/12/2017 15:02 EST | Actualisé 14/12/2017 15:02 EST

Que doit-on conclure de 2017?

Les Canadiens voient arriver avec circonspection « le joint vert » et les Montréalais se sont laissés séduire par « la ligne rose ».

Getty Images/iStockphoto

Plusieurs feront une très bonne revue de 2017. J'ai donc pensé aller plus loin en essayant de tirer des leçons de cette année encore une fois très mouvementée.

L'année 2017 aura été celle de la descente en enfer pour certaines personnes qui bénéficiaient de beaucoup de pouvoirs et d'une visibilité enviable. Les cas les plus flagrants sont Éric Salvail et Gilbert Rozon. Comme quoi passer « de héros à zéro » n'est pas qu'une expression théorique. Il faut aussi retenir que la descente est beaucoup plus rapide que l'ascension, même si elle découle d'un long silence entourant des gestes inappropriés et inacceptables.

La rapidité de porter des jugements est cependant dangereuse. Gilbert Sicotte semble avoir été jugé et condamné très sévèrement par le Conservatoire d'art dramatique de Montréal et peut-être trop rapidement. La gravité de ses comportements impulsifs ne justifiait pas nécessairement la suspension et surtout pas la crucifixion au Téléjournal 18 heures de Radio-Canada.

Après « la vague orange » du NPD en 2011, les Canadiens voient maintenant arriver avec circonspection « le joint vert » du gouvernement Trudeau et les Montréalais se sont laissés séduire par « la ligne rose » de Projet Montréal.

Les électeurs montréalais ont aussi montré brutalement la sortie à Denis Coderre qui avait bien géré la Ville et l'avait aidée à retrouver une image plus sérieuse. On lui a reproché de se comporter comme le « King in the building ». Il a donc été remplacé par Valérie Plante qui le soir de son élection était vraiment la « Dancing Queen ».

Les Canadiens de Montréal vivent un début de saison difficile avec des résultats en dents de scie. Les spectateurs sont moins nombreux au Centre Bell et les fanatiques de la Sainte-Flanelle deviennent plus silencieux. Les médias allouent encore beaucoup d'heures de temps d'antenne à ce club ordinaire. Avec tant de gérants d'estrade et toutes leurs solutions, comment expliquer que l'équipe ne soit pas meilleure?

Plusieurs environnementalistes se sont réjouis du retrait du projet de pipeline Énergie Est, mais ils se demandent sérieusement si ce projet ne devrait pas être modifié et ramené pour permettre à la Brasserie Molson de livrer sa bière à Montréal après son déménagement à Longueuil. Pour l'environnement et la fluidité de la circulation sur les autoroutes 20 et 30 ou sur les ponts de la Rive-Sud, l'arrivée de la flotte de camions Molson n'est pas souhaitable.

Donald Trump se sera fait remarquer au cours de cette année par ses menaces répétées contre l'ALÉNA, ses voisins, la Corée du Nord, les Européens, les Arabes, les médias, les juges, ses adversaires politiques et bien d'autres. Réjouissez-vous si vous ne faites pas partie de cette liste. Il a cependant favorisé fortement l'émigration de plusieurs de ses concitoyens vers leur pays d'origine, qu'ils soient Haïtiens, Salvadoriens ou Mexicains.

Bombardier croit avoir trouvé le moyen de faire prendre son envol et d'augmenter sa valeur à la C Séries en la... donnant à Airbus.

Justin Trudeau n'a pas trouvé suffisantes les révélations des Paradise Papers pour prendre ses distances du président du financement de son Parti, Stephen Bronfman. De plus, il ne semble pas réaliser qu'il est une des rares personnes à encore faire confiance à son ministre des Finances, Bill Morneau. A-t-il oublié que les perceptions sont très importantes en politique? Après tout, il a été élu parce qu'il était perçu comme une personne en qui les Canadiens pouvaient avoir confiance pour défendre les intérêts de la classe moyenne.

La ministre Mélanie Joly avait promis il y a quatre ans qu'elle serait de nouveau candidate à la mairie de Montréal. Elle n'a pas tenu sa promesse. Certains s'en sont réjouis et la façon dont elle a défendu le dossier Netflix aura consolé ceux qui avaient rêvé la voir un jour diriger les destinées de la Métropole.

Les membres du Parti conservateur du Canada ont réduit au silence Maxime Bernier qui n'a pas accédé à la chefferie. Rendons grâce aux membres du Parti!