LES BLOGUES
07/07/2015 08:45 EDT | Actualisé 07/07/2016 05:12 EDT

Un été festival

Pas d'excuse pour l'oisiveté cet été. C'est décidé, je veux tout voir, tout entendre, tout expérimenter. Je pars pour un été de festivals.

Pas d'excuse pour l'oisiveté cet été. C'est décidé, je veux tout voir, tout entendre, tout expérimenter. Je pars pour un été de festivals. À l'automne, je pourrai dire : « m'as-tu vu, j'étais là ».

La programmation offerte est tellement vaste qu'il y a de quoi devenir mélomane. De « Classica » à « Woodstock en Beauce » en passant par « Les Chants de vielles », j'aurai tout entendu. À Montréal, cela devient étourdissant, du jazz, du blues, « Les FrancoFolies », le reggae, les percussions. C'est même possible de demeurer sur la Rive-Sud et d'écouter « Osheaga » en portant ses bouchons sur les oreilles. Parfois, c'est « Heavy Montréal ».

Ce n'est pas tout, on peut aussi se nourrir à toutes les sauces au Québec. La province devient le Bar-B-Cue de la gastronomie. Les diététistes vous recommandent avec modération la « Gourgane », les « Galettes de sarrasin » ou la « Fête des saveurs et trouvailles », mais de peur de ne pas se gaver, certains vont préférer la « Poutine de Drummondville », la « Gibelotte de Sorel-Tracy » ou le « Cochon de Sainte-Perpétue » qu'ils auront attrapé alors qu'il était graissé et nerveux dans son enclos boueux.

Les épicuriens vont plutôt opter pour les « Fromages fins de Victoriaville » ou les « Fromagers artisans du Québec » et attendre plus tard en saison pour se rendre au « Festival des vendanges de Magog-Orford ».

Après avoir bien ou trop mangé, certains vont dépenser de l'énergie et brûler des calories au « Rodéo de Lachute », au « Festival du bûcheux de Saint-Pamphile » ou sur « Shawi Beach », à « Démol Saint-Victor » ou aux « Régates de Saint-Félicien ». D'autres vont arroser cela au « Festibière » à Chambly ou à Québec, quoique la province est bien arrosée un peu partout, avec ou sans pluie puisque le houblon coule à flots durant toute la saison.

Une fois que l'on a trop bu, il y a aussi le risque que l'on nous fasse chanter, que ce soit à Petite-Vallée, à Granby, au « FestiVoix de Trois-Rivières » ou au « Festival de l'opéra de Saint-Eustache ». Pendant ce temps-là, les épicuriens s'internationalisent au « Festival international de Lanaudière », au « Festival d'été de Québec » et au « Mondial des cultures de Drummondville », mais ne disent pas qu'ils participent aussi à « Haïti en folie » et se permettent de vivre des « Nuits d'Afrique ». Que nous cachent-ils?

Les festivals nous offrent aussi l'occasion de nous déguiser et de vivre nos fantasmes par procuration. Que ce soit au « Festival rétro de Joly », au « Festival western de Saint-Tite », de Saint-André-Avelin ou d'ailleurs, on pourra faire une incursion dans le « Country de Sainte-Madeleine », célèbre camping d'autoroute.

Tout devient prétexte à tenir un festival. Pensons au « Festivent de Lévis » que l'on peut quitter après avoir fait la drague, en « Accélération de camions » à Saint-Joseph-de-Beauce, de peur de passer pour une gang de Mongols fiers ou de cerveaux lents, qui se dirigent vers un autre Festival de montgolfières. Et il ne faut pas oublier qu'en passant, nous aurons l'occasion de visiter quelques expositions agricoles, comme celle de Saint-Hyacinthe.

Tout cela pour dire que l'été au Québec, c'est « Complètement cirque » et que même si vous participez à tout cela « Juste pour rire », c'est presque « Obscène extrême ».

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo 20 festivals artistiques à découvrir au Québec Voyez les images