LES BLOGUES
07/04/2018 07:00 EDT | Actualisé 07/04/2018 07:08 EDT

Lettre d’un «jeune» et d’un «vieux» pour une «clause égalité»

Il y a un an, la hausse spectaculaire de la rémunération des hauts dirigeants de Bombardier, après que le gouvernement du Québec eut investi 1,3 milliard $ dans l’entreprise, suscitait l’indignation.

Christinne Muschi / Reuters

Le Québec souligne ces jours-ci un bien triste anniversaire. Il y a un an, la hausse spectaculaire de la rémunération des hauts dirigeants de Bombardier, à peine quelque mois après que le gouvernement du Québec eut investi 1,3 milliard $ dans l'entreprise, suscitait l'indignation. Des centaines de citoyens et citoyennes avaient même pris la rue spontanément afin de s'opposer à ce détournement massif de fonds publics dans les poches des grands patrons de Bombardier. Un sondage avait confirmé l'étendue de la grogne: 93% des Québécois s'opposaient à cette hausse odieuse. Tous les partis politiques avaient joint leur voix à celle des citoyens et citoyennes, dénonçant vertement la situation.

Un an plus tard, rien n'a changé. Pire encore, il y a quelques jours, malgré le licenciement d'employés québécois et la cession gratuite du contrôle de la CSeries à Airbus, les cinq plus hauts dirigeants de l'entreprise se sont à nouveau octroyé une augmentation de 12,3%. Leur rémunération totale a ainsi atteint 39 millions $ en 2017. À lui seul, le PDG Alain Bellemare a reçu 13,7 millions $, une hausse de 12% depuis l'an dernier. Cela représente plus de 340 fois le salaire de l'employé le moins bien payé chez Bombardier. Pour une entreprise ayant eu besoin des fonds publics à de très nombreuses reprises pour se maintenir à flot, un tel écart est moralement inacceptable.

Les Québécois et Québécoises sont prêts à ce que l'argent public serve à développer l'économie du Québec, en créant ou en conservant de bons emplois partout sur le territoire.

Les Québécois et Québécoises sont prêts à ce que l'argent public serve à développer l'économie du Québec, en créant ou en conservant de bons emplois partout sur le territoire. Mais ce que l'indignation de l'an dernier a démontré, c'est qu'ils n'acceptent pas que l'argent provenant de leurs impôts soit détourné dans les poches des ultra-riches. Il est socialement inadmissible que les fonds publics servent, directement ou indirectement, à financer des bonis astronomiques, alors que près d'un million de personnes au Québec font moins de 15$ de l'heure.

L'augmentation des inégalités sociales est un fléau économique et social maintenant dénoncé de toutes parts. D'Oxfam au FMI en passant par le Forum économique de Davos, tout le monde s'entend désormais pour dire que l'affaiblissement de la classe moyenne, combiné à l'explosion des revenus du 1% le plus riche, crée une situation de plus en plus explosive. La cohésion sociale et l'égalité démocratique sont en jeu.

📣 NOUVEAUTÉ

Vous ne voulez rien manquer de la campagne électorale à venir?
Cliquez ici pour devenir membre de notre groupe

«Québec 2018: les élections provinciales»!

Dans ce contexte, les États ont plus que jamais la responsabilité d'agir en modérateur plutôt qu'en catalyseur des inégalités. Cela est aussi vrai pour l'État québécois, qui doit refuser que ses subventions, prêts et investissements alimentent la dangereuse spirale vers le haut à laquelle se prêtent les directions des grandes entreprises. L'explosion des rémunérations des grands patrons doit être bridée et non alimentée par les investissements publics. De moins en moins de gens acceptent que la classe politique encourage un système qui alimente, voire glorifie les inégalités. C'est plutôt le contraire qu'il faut faire: remettre l'économie au service de la majorité.

L'explosion des rémunérations des grands patrons doit être bridée et non alimentée par les investissements publics.

En ce sens, la « clause Bombardier » proposée récemment par Québec solidaire est un pas dans la bonne direction. En proposant de rendre conditionnels les investissements publics dans une entreprise privée au respect d'un ratio 1:30 entre la rémunération du plus haut patron et celle de l'employé le moins bien payé, les solidaires ont le mérite de mettre le doigt sur le bobo et de proposer un début de solution. À ce jour, il s'agit du seul parti politique à avoir eu le courage politique d'en proposer une.

Six décennies séparent les deux auteurs de ce texte: l'un a connu une époque où le développement économique était encore soumis au respect de valeurs comme l'égalité des chances et la justice sociale, l'autre a grandi dans un monde où les inégalités n'ont fait qu'augmenter. Nos trajectoires diffèrent, mais notre conclusion est la même: le décrochage grandissant entre la rémunération des hauts dirigeants d'entreprises et le niveau de vie général des Québécois et des Québécoises est un grave danger pour notre démocratie. Les scandales comme celui de l'an dernier alimentent le cynisme. Nous disons: plus jamais.

Voir aussi: