LES BLOGUES
06/05/2018 08:00 EDT | Actualisé 06/05/2018 08:00 EDT

Il faut ouvrir de nouveaux horizons pour l'avenir énergétique du Québec

À l’heure de la transition énergétique, il convient de repenser nos façons de produire, de transporter, de consommer et de vendre l’énergie.

Getty Images

Énergie éolienne, toits solaires, autoproduction, électrification des transports, politique énergétique, réduction des émissions de gaz à effet de serre, les questions entourant l'énergie occupent désormais une place prépondérante dans l'actualité.

Et pour cause. À l'heure de la transition énergétique, il convient de repenser nos façons de produire, de transporter, de consommer et de vendre l'énergie.

Les avancées techniques et scientifiques réalisées au cours des dernières décennies dans le domaine des énergies renouvelables ont en effet placé le Québec parmi les chefs de file, notamment en matière d'énergies hydroélectriques et éoliennes.

Ces avancées permettent aujourd'hui d'amorcer une transition énergétique majeure où la mise en service de modes de production plus propres, plus durables et économiquement viables constituera pour la province une importante occasion de développement technologique, économique et humain.

L'avenir appartient aux nouvelles énergies

Qu'on se le dise, l'avenir appartient aux énergies éoliennes et solaires et affirmons-le fièrement, le Québec figure au rang des leaders dans ce domaine.

Le Québec a agi, depuis 1944, comme un chef de file en matière d'énergie propre et renouvelable.

Le Québec a agi, depuis 1944, comme un chef de file en matière d'énergie propre et renouvelable. Le développement de l'hydroélectricité et celui, plus récent, de l'éolien a permis aux établissements d'enseignement, aux centres de recherche et à l'industrie de développer une expertise reconnue ici comme ailleurs dans le monde.

Ce sens de l'innovation dont le Québec a fait preuve se traduit aujourd'hui par un changement profond des paradigmes entourant l'exploitation des ressources naturelles. D'une logique basée sur l'extraction des ressources, qu'elles soient pétrolières, forestières ou hydriques, le Québec se tourne résolument vers une logique qui mise cette fois sur le développement technologique.

À l'ère de la transition énergétique, le Québec devra donc exporter bien plus que des ressources naturelles, il devra également exporter davantage de savoir-faire, de technologies et d'innovations. Ces solutions novatrices généreront de formidables occasions d'affaires et de prospérité pour la province.

Une transition porteuse de richesse collective

En 2030, les énergies solaires photovoltaïques et éoliennes, déjà compétitives, seront incontestablement devenues moins coûteuses que les énergies fossiles, pétrole, mazout ou diesel, voire l'hydroélectricité. Cette diminution des coûts conjuguée aux impératifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre entraînera d'importants changements dont le Québec tout entier, les entreprises et les consommateurs profiteront.

Soyons visionnaires : dans un contexte où le développement reposera sur l'intégration à grande échelle des énergies renouvelables, nous continuerons de voir se développer, au Québec, une filière énergétique qu'il conviendra de soutenir. Déjà, plus d'une centaine de petites et de moyennes entreprises ayant développé des expertises de pointes se positionnent avantageusement dans des marchés en pleine effervescence. Et ce n'est qu'un début!

Les consommateurs et les municipalités ne seront pas en reste. La décentralisation de la production de l'énergie s'avère en effet une voie prometteuse, d'abord pour les citoyens et les communautés qui deviendront des producteurs-consommateurs (consomacteurs), puis pour les municipalités qui seront invariablement placées au cœur de l'action. Appelées à redéfinir leurs plans d'urbanisme, de gestion du territoire et de transports, les instances locales agiront en effet comme le moteur de la mise en place de projets collectifs compétitifs et novateurs qui jetteront les bases d'une véritable transition énergétique.

Que ce soit en matière de développement des technologies, d'innovation, d'exportation d'électricité, de biens, de services ou de savoirs, l'expertise québécoise existe, la transition énergétique est devenue une réalité et nous avons tout ce qu'il faut pour être des leaders au sein de cette démarche.

Alors, soyons ambitieux et négocions avec confiance un virage d'où le Québec sortira gagnant.