Les blogues

Quand vos rénos tournent au cauchemar...

Voici une histoire vécue par un propriétaire qui s'est bien malgré lui retrouvé au cœur d'un véritable cauchemar
Cette publication a été publiée sur la plateforme des contributeurs au HuffPost, maintenant retirée du Web. Les contributeurs avaient plein contrôle sur leurs publications et le faisaient librement sur notre site. Si vous voulez signaler cette publication comme étant abusive, envoyez-nous un courriel.

Vous trouvez que votre cuisine ne répond plus à vos besoins actuels, que votre salle de bain n'est plus au goût du jour? Et que dire de la moquette rouge dans votre salon! Vous êtes donc d'avis que des travaux de rénovation s'imposent. Mais attention! Tous ne sont pas qualifiés pour les faire. Voici une histoire vécue par un propriétaire qui s'est bien malgré lui retrouvé au cœur d'un véritable cauchemar.

Le propriétaire désirait rénover ses deux salles de bain et sa cuisine. Il avait donc engagé un particulier qui s'est avéré n'être qu'un «bricoleur du dimanche». Plus les travaux avançaient, plus le client s'inquiétait et angoissait.

D'abord, le bricoleur n'avait aucunement planifié les travaux: il débutait certaines tâches dans une pièce sans les achever, pour ensuite en faire dans une autre, et ainsi de suite. Il changeait constamment d'idée et n'en informait pas le client. Aussi, son horaire de travail était très irrégulier: plusieurs jours pouvaient s'écouler avant qu'il ne se pointe au domicile du client. Le client décida finalement de le renvoyer pour plutôt faire affaire avec un entrepreneur en bonne et due forme, c'est-à-dire qui est inscrit à la Régie du bâtiment du Québec.

À son arrivée sur les lieux, l'entrepreneur qualifié examina ce que le bricoleur avait fait et constata l'étendue des dommages: des trappes de ventilation de la salle de bain sortant dans l'entretoit, une boîte de jonction installée dans un mur derrière une armoire, un mur porteur modifié pour y insérer une porte sans l'avoir solidifié de nouveau, etc.

Dans la cuisine, le plancher, refait en céramique, excédait sur d'autres planchers adjacents et plusieurs carreaux étaient surélevés. Résultat: un plancher croche!

Quant à la salle de bain, qui n'a été rénovée qu'à 50%, ce n'était pas vraiment mieux. Le système de drainage avait été refait, oui, mais de travers: les tuyaux de drainage n'étaient pas collés, il n'y avait pas de ventilation par appel d'air, et une pente inverse n'avait pas été réparée. La nouvelle douche, elle, avait été posée sans membrane protectrice. Quant au système d'alimentation en eau potable, les raccords étaient mal faits. Résultat: un risque élevé que l'eau s'accumule, stagne et cause un important dégât!

Devant l'ampleur du désastre, l'entrepreneur qualifié s'est empressé de bien évaluer les travaux à effectuer et de transmettre une estimation détaillée au client. Il a par la suite mis le client en communication avec un designer d'intérieur et, ensemble, ils ont élaboré un plan d'action pour les travaux à venir. De courtes rencontres se sont tenues afin d'informer le client et lui faire des suggestions quant à l'avancement des travaux: tout était documenté et précisé, au centième près!

Les deux salles de bain et la cuisine ont été livrées au client dans les délais et les prix convenus.

Cet entrepreneur, qui est membre de l'APCHQ et certifié Réno-Maître, a réussi à sauver le projet de rénovation de son client grâce à son professionnalisme et son savoir-faire. Le client a tout de même dû débourser des milliers de dollars supplémentaires pour corriger les travaux effectués par le «bricoleur du dimanche». Afin que cette histoire ne soit pas la vôtre, assurez-vous de faire affaire avec un entrepreneur qualifié. Il existe des outils pour vous assurer de trouver un entrepreneur compétent, fiable et professionnel, dont la bannière Réno-Maître. C'est un pensez-y bien!

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost