LES BLOGUES
27/01/2013 02:04 EST | Actualisé 29/03/2013 05:12 EDT

L'étoffe des héros

SRC

«Je veux être Chateaubriand ou rien.»

Victor Hugo, alors âgé de 14 ans, avait écrit ça dans son journal. Il voulait égaler son modèle et le temps lui donna très certainement raison.

L'anecdote est exemplaire. Or elle ne servira pas ici à illustrer la théorie qui démontre que vouloir, c'est pouvoir. Laissons cela aux bluettes psycho-pop façon Le Secret!

Considérons la plutôt comme angle pour aborder l'héritage de feu Richard Garneau. Depuis une semaine, on a beaucoup parlé de son caractère passionné et de ses connaissances aussi éclectiques qu'encyclopédiques. Outre son record olympien, on souligna aussi son verbe et sa façon de vulgariser sans jamais faire vulgaire.

Pur produit de l'époque mythique des «annonceurs» radio-canadiens, des générations d'animateurs ont voulu suivre ses traces. Il n'y a pas mieux qu'un Garneau, un Lecavalier ou un Fauteux, comme modèle d'élocution, de verve et d'aplomb!

L'émulation ne garantit pas l'excellence, mais elle est un antidote à la médiocrité. Surtout que ces messieurs étaient des bourreaux de travail et des bêtes de contenu. On est loin de la chroniqueuse dans le vent qui utilise les médias sociaux, photos sur Instagram à l'appui, pour parler de ce qu'elle va porter dans l'exercice de ses fonctions...

Pour un hockeyeur, mieux vaux viser la carrière d'un Gretzky, que celle d'un Bouillon. Si le talent manque, il peut quand même espérer jouer dans la LNH, voire dans la Ligue américaine.

Idem pour celui qui a reçu l'appel de la vocation médiatique. Il peut viser un certain style d'animation, comme la tendance parler-des-vraies-affaires-comme-le-vrai-monde-pas-l'temps-d'niaiser. Ou viser le sommet que représente un Richard Garneau. S'il tombe entre les deux, ce serait déjà admirable.

On pourrait ouvrir ici une parenthèse sur la pauvreté du langage, des idées et des connaissances générales, mais ce serait aussi inutile qu'élitiste. Accueillons l'ordinaire comme les couleurs d'une palette nécessaire et saluons ceux et celles qui ose l'excellence sans crier au snobisme ou à l'imposture.

Réactions à la mort de Richard Garneau