Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.
Les blogues

Merci Monsieur!

Le Québec vient de perdre un géant de la politique québécoise! Un grand social-démocrate qui aura fait avancer le Québec et, en particulier, sa réalité économique. Jacques Parizeau représentait la lucidité incarnée. Une constance dans sa pensée qui n'a cessé de grandir et de s'affirmer au bénéfice du Québec.

La contribution de Jacques Parizeau pour le Québec est inestimable. Il a permis à de très nombreux Québécois et Québécoises de croire en eux. Par ses nombreuses actions, il fut l'un des Québécois les plus marquants des quatre à cinq dernières décennies. Il a modernisé le Québec de la Révolution tranquille avec la création de la Régie des rentes, de la Société générale de financement et de la Caisse de dépôt et placement et par la nationalisation de l'électricité, entre autres. En somme, il a créé et développé une série d'outils économiques afin de permettre au Québec de jouer un rôle plus actif dans l'économie québécoise. Un gouvernement ne fait pas le développement économique d'un État, mais il se doit de l'accompagner par ses politiques et ses grandes orientations pour le développement global de ce dernier et de ses régions et Jacques Parizeau a bien saisi cette responsabilité.

J'affirme que le legs de M. Parizeau à la société québécoise est imposant, majeur et que l'histoire le rappellera longtemps et avec pertinence. Je ne peux passer sous silence sa grande sensibilité à l'économie des régions en instituant deux outils plus spécifiques : la création des actions accréditives pour le secteur de l'exploration minière et la création d'un régime d'épargne-action. Les deux outils illustrent la conscience économique de ce grand financier, mais cela aura surtout permis aux grandes entreprises du Québec de se développer davantage. La création du Fonds de solidarité des travailleurs de la FTQ est de même nature avec des résultats plus qu'intéressants quant à la croissance du développement économique du Québec et de ses régions.

M. Parizeau fut un grand homme d'État. Il avait le sens de l'État. Toute son action et ses diverses orientations dans ses nombreuses responsabilités publiques furent imprégnées de rigueur, de constance et d'une préparation adéquate. Les opinions gratuites ne passaient pas la rampe avec M. Parizeau.

Sur le plan des finances publiques, il a été un géant. Il se l'est fait dire et répéter, et ce, tant au Québec qu'au Canada. M. Lévesque, qui formait un duo extraordinaire avec lui, mentionnait que « le Québec était choyé d'avoir un ministre des Finances de gauche qui savait compter ».

Il était également un grand pédagogue et l'attrait exemplaire qu'il représentait pour les étudiants collégiaux et universitaires confirme cette affirmation simplement parce que M. Parizeau traitait adéquatement les sujets soulevés et le faisait toujours avec rigueur, grande réflexion et bien documenté. M. Parizeau était en amour avec les jeunes. Ses engagements et l'attraction qu'il exerçait chez eux le confirment.

Les militants du Parti québécois aimaient M. Parizeau parce que c'était un homme politique sans compromis surtout dans l'affirmation de ses allégeances souverainistes. Il incarnait avec conviction et fermeté cette grande volonté de faire l'indépendance du Québec. Son action déterminante lors des commissions régionales sur la souveraineté politique de 1995 l'a démontré d'une façon très éloquente. J'ai affirmé, et d'autres également, que M. Parizeau était peut-être un des plus grands militants du parti. Il avait beaucoup d'ascendant sur le parti et possédait une grande crédibilité parce qu'il avait toujours cette même rigueur qui ne l'a jamais quitté durant sa vie publique de grand serviteur de l'État.

En terminant, tous les écrits dont j'ai pris connaissance, et ils sont très nombreux, arrivent à la même conclusion largement partagée : le Québec vient de perdre un géant de la politique québécoise! Un grand social-démocrate qui aura fait avancer le Québec et, en particulier, sa réalité économique. Jacques Parizeau représentait la lucidité incarnée. Une constance dans sa pensée qui n'a cessé de grandir et de s'affirmer au bénéfice du Québec. À nous de nous en servir pour progresser!

LIRE AUSSI SUR LES BLOGUES

- Un homme d'exception - Pauline Marois

- Quel homme et quelle sagesse! - Françoise David

- La plus haute autorité: Monsieur Jacques Parizeau (1/..) - Victor-Lévy Beaulieu

- Hommage à un géant, un grand «six pieds» dans le cœur des gens - Steve Fortin

- Le sens de la mort... - Yanick Barrette

- Envergure et humilité - Claude André

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.