LES BLOGUES
23/03/2018 09:00 EDT | Actualisé 23/03/2018 09:00 EDT

Où sont les ambulances?

Les services ambulanciers font partie d'un cercle vicieux.

Collaboration

Elles sillonnent les routes du Québec. Elles sont bien visibles avec leur couleur jaune. Elles peuvent être bruyantes lorsqu'elles circulent avec leur sirène en fonction. Elles sont conduites par des passionnés de leur métier, des paramédics, qui travaillent jour, soir et nuit pour venir en aide à la population. Or, les services ambulanciers sont souvent critiqués. En effet, nous entendons régulièrement cette phrase lorsque nous entrons dans les résidences de nos patients : « Ça a donc bien pris du temps!» Malheureusement, c'est possible. Les ambulances peuvent devenir très rares sur leurs territoires respectifs. Force est d'admettre que si vous voyez une ambulance stationnée à une intersection, considérez que la population est entre bonnes mains. D'ailleurs, c'est peut-être le seul moment où les paramédics auront le temps d'engloutir une barre tendre ou par chance un repas. Découvrons où se cachent ces ambulances dans la province.

D'abord, nous retrouvons des horaires de faction dans plusieurs municipalités du Québec où les ambulances sont stationnées à une caserne. Quant aux paramédics, ils peuvent habiter à 5 minutes de cette caserne. Lorsqu'ils ont un appel, ils enfilent leur uniforme, quittent leur résidence, prennent leur véhicule personnel et se rendent à l'ambulance où ils vont ensuite se diriger vers l'intervention. Des délais sont évidemment occasionnés par ce type d'horaire. Ces secteurs ont souvent une à deux ambulances et parfois plus. Cependant, si elles sont occupées à des interventions, ce sera des ambulances de municipalités avoisinantes qui vont se rendre chez vous. Inutile de vous dire qu'il y a d'autres délais à considérer. C'est sans compter les nombreux transferts en ambulance de patients des centres hospitaliers des milieux ruraux vers les hôpitaux plus spécialisés des villes pour des consultations avec des spécialistes. Les zones peuvent être en découverture de ressources ambulancières durant quelques heures.

Les secteurs dont le volume d'appels est plus important seront priorisés sur les autres en suivant une stratégie pyramidale.

Par la suite, les ambulances sont réparties selon un déploiement dynamique dans les régions urbaines. Ce concept sert à optimiser le service ambulancier en divisant la ville en secteurs stratégiques. Les secteurs dont le volume d'appels est plus important seront priorisés sur les autres en suivant une stratégie pyramidale. Les paramédics peuvent donc se déplacer plusieurs fois entre ces secteurs lors de leur quart de travail et selon le nombre de véhicules disponibles à répondre aux appels. Il est important de souligner que peu importe l'appel, celui-ci sera priorisé selon des règles très strictes du Ministère de la Santé et des services sociaux (MSSS). Si plusieurs appels sont en attente, les situations où la vie de la personne est en jeu auront plus rapidement une ambulance sur les lieux. Les paramédics peuvent traiter et transporter dans les centres hospitaliers des personnes pour différents cas allant de l'ongle incarné à l'arrêt cardiorespiratoire. Néanmoins, les paramédics ne peuvent pas transporter dans les super-cliniques.

Dernièrement, nous avons connu une importante hausse des temps d'attente dans les hôpitaux de la province en raison notamment de la grippe ou de la gastro. Ceci a des répercussions sur les services ambulanciers, car les paramédics doivent également attendre d'être triés par une infirmière.

Il est important de préciser que nous ne passons pas plus rapidement au triage en nous rendant à l'hôpital en ambulance. Il est même possible que l'infirmière vous assigne à la salle d'attente à la suite de votre triage.

Plusieurs paramédics au Québec ont dû attendre plus de 3 heures avant que l'hôpital prenne en charge le patient de leur civière. Les services ambulanciers dépendent des infirmières du triage et des hôpitaux afin de libérer la civière de l'ambulance, pour ensuite se « remettre disponible » à répondre aux appels de la population. De plus, après chaque appel, les paramédics doivent désinfecter leurs équipements et rédiger un rapport d'intervention.

Bref, les services ambulanciers font partie d'un cercle vicieux. Si les infirmières sont surchargées en raison des salles d'attente bondées, les cas moins urgents que les paramédics amèneront dans les centres hospitaliers ne seront pas traités dans des délais raisonnables pour remettre l'équipe de paramédics rapidement sur la route. Ensuite, les impacts sont nombreux pour la population et les équipes. Les paramédics ne peuvent pas avoir une pause pour manger durant leur quart de travail de 8, 10 ou 12 heures. Ils font des heures supplémentaires en raison des appels en attente qui se cumulent. Lorsque c'est possible, plusieurs ajouts de véhicules se font par jour pour palier à la demande. Hélas, tout recommence le lendemain.

Je reste optimiste que des changements et des annonces par le MSSS vont suivre au cours de la prochaine année, surtout en cette année électorale. Est-ce qu'une réforme du système de santé québécois serait de mise? Aurions-nous des soins de santé plus accessibles en faisant collaborer l'ensemble des intervenants de la santé et en déléguant plus d'actes médicaux aux pharmaciens, aux physiothérapeutes, aux inhalothérapeutes, aux techniciens en radiologie, aux infirmières et aux paramédics? Pourquoi des provinces canadiennes optent-elles pour des paramédics communautaires qui permettent de réduire les temps d'attente des hôpitaux? Pourquoi d'autres provinces canadiennes optent-elles pour des véhicules à réponse rapide afin de rendre un paramédic plus rapidement sur les lieux pour déterminer la nécessité d'un transport en ambulance? Pourquoi d'autres provinces canadiennes essayent-elles de placer des paramédics au triage des ambulances dans les hôpitaux?

Les paramédics veulent s'impliquer davantage dans le système de santé québécois et offrir des soins professionnels et de qualité à la population dans des conditions ne mettant pas leur santé physique et surtout psychologique en péril. La population reste notre priorité malgré les différents pépins que nous rencontrons dans notre quotidien pour mener à bien notre travail parfois difficile.

Galerie photoLes billets de blogue les plus lus sur le HuffPost Voyez les images