LES BLOGUES
05/06/2018 09:57 EDT | Actualisé 06/06/2018 06:26 EDT

Revenez sur terre Monsieur Taillefer

Je me demande sincèrement si vous vivez dans le même Québec que moi.

© 2018 FOTOimage
L'homme d'affaires Alexandre Taillefer.

Cher M. Taillefer,

Je ressens le besoin de vous écrire personnellement, car toutes les fois que vous intervenez dans l'espace public, vos propos viennent directement m'interpeler. Votre charisme, votre français impeccable, votre assurance déconcertante, votre titre d'homme d'affaires prospère et millionnaire sont autant de qualités qui ne peuvent qu'impressionner et même intimider les gens ordinaires comme moi... Mais, il y a un énorme « Mais »...

M. Taillefer, je me demande sincèrement si vous vivez dans le même Québec que moi. Lorsque j'entends vos prises de position, quand vous dites que nous devons d'abord et avant tout faire rayonner le Québec au niveau mondial, quand il n'est question que de projets d'envergure et innovateurs, et quand vous parlez des fleurons québécois, on dirait que vous oubliez tout le reste.

Savez-vous qu'il n'existe aucun programme, aucune subvention, aucun prêt et aucun soutien gouvernemental réel pour les PME? Il n'existe RIEN comme dans RIEN pour leur venir en aide! Ces entrepreneurs doivent se débrouiller seuls, sans contact, je dirais même, sans vouloir faire un jeu de mots, que ces entrepreneurs ne sont tout simplement pas branchés sur le pouvoir comme vous pouvez l'être.

À ces entrepreneurs, on demande des dépôts de garantie pour obtenir les services d'Hydro-Québec et on leur impose des intérêts et des frais de pénalités de plus de 20 % s'ils ont le malheur de payer, ne serait-ce qu'avec une journée de retard leurs remises gouvernementales. Si vous avez le temps de regarder les publicités, vous avez remarqué que nous sommes dans une vague de « Consommer les produits du Québec », « Encourageons nos artisans, nos producteurs », « Achetez local ». Quelle hypocrisie! Les petits entrepreneurs crèvent de faim! Seules nos convictions nous inspirent à continuer de nous autodétruire en travaillant 75 heures par semaine.

Je pense que vous oubliez M. Taillefer que c'est la sueur qui coule du front des petits entrepreneurs qui vous permet de recevoir ces généreuses subventions et ces prêts garantis pour vos projets au rayonnement international. Vous savez, au lieu de verser des impôts déguisés, j'aimerais mieux faire profiter mes employés d'avantages sociaux et leur verser le salaire minimum à 15 $ que vous défendez sur toutes les tribunes. C'est tellement plus facile de payer ses employés avec l'argent des autres! Je ne peux faire autrement que de vous accuser de racisme entrepreneurial M. Taillefer! Je connais les dommages directs et collatéraux du racisme puisque je suis la mère de 4 enfants noirs, et même si la comparaison peut vous sembler boiteuse, le « racisme entrepreneurial » a des effets similaires. Il y a définitivement deux clans, deux mondes, deux justices, deux façons d'être traités : celui des grands et celui des petits à qui on ne laisse aucune chance.

Revenez sur terre Monsieur, regardez autour de vous : tout est différent quand le courant ne passe pas et qu'il est impossible d'électrifier nos produits locaux.

Voir aussi: