Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.
Les blogues

Lettre à Isabelle Gaston

Bravo Isabelle! Bravo d'être la femme et la mère que tu es. Puisse la vie te le rendre mille fois en permettant à ton cœur meurtri de trouver la paix et la sérénité dans l'amour de ton enfant à venir.

Ma chère Isabelle, c'est à titre de citoyenne et de mère de cinq enfants que je m'adresse à toi aujourd'hui.

La citoyenne voudrait te dire à quel point elle admire ton courage, ta détermination et ta résilience face à un système de justice qui est tout sauf juste. Chacun de tes interventions, de tes apparitions publiques et de tes commentaires ont été fait avec dignité et avec la tête haute. Pourtant, tu aurais eu toutes les raisons du monde de te terrer dans un coin perdu, recroquevillée sur toi-même pour pleurer, pleurer et encore pleurer.

Toutes les fois où le nom de Guy Turcotte est prononcé dans les médias ne font qu'ajouter une nouvelle injustice à ta situation. Comme citoyenne, je frémis, je tremble de rage, je souhaiterais presque appliquer ma propre vision de la justice. Il m'arrive même parfois d'avoir du mal à trouver le sommeil lorsque je pense à lui, déambulant librement dans les centres commerciaux, les parcs et les rues animées de Montréal depuis qu'il a pu déjouer le système. Son intelligence, son assurance déconcertante, sa capacité de manipuler me font peur.

Quel courage tu as, Isabelle, pour faire face à cette situation intolérable! Quelle grande dame tu es à te battre ainsi jour après jour, heure après heure, contre ces pseudo-spécialistes et ces pseudo-lois qui ont permis un jour que le tueur avoué de tes enfants ne soit coupable de rien! La citoyenne voudrait prendre ta relève pour le traquer et faire en sorte qu'à chaque fois qu'il ferme les yeux, il craigne de me voir apparaître, tellement la condamnation qu'il verrait dans mon regard lui rappellerait le minable qu'il est. Je voudrais surtout prendre une partie de ta peine pour te permettre de te reposer enfin.

Je suis la mère de cinq enfants. Mes respirations, mes états d'âme et mes humeurs dépendent totalement du bien-être de mes enfants. S'ils sont heureux, je suis heureuse. S'ils ont de la peine, je ne fonctionne plus. Je ne prétends pas concevoir, même pour un court instant, la douleur et les cicatrices au cœur qui sont tiens, mais j'imagine sans peine ton désir fou de serrer dans tes bras Olivier et Anne-Sophie...

Isabelle, tu as dit récemment que ton but était dorénavant de donner à nouveau la vie à un enfant. Cette confirmation que tu vas mieux et que tu es plus que jamais un modèle inspirant de courage a touché mon cœur de mère. J'aimerais te serrer dans mes bras en une embrassade silencieuse, pleine de tendresse et de fierté. Je voudrais te souhaiter le meilleur dans ce si beau projet! Surtout, ne laisse pas ce tueur en liberté briser de nouveau ton rêve! Tu as pleinement le droit de savourer la beauté de la vie, et par le fait même, faire vivre positivement la mémoire de Olivier et Anne-Sophie. Tu es une mère exceptionnelle, Isabelle, et le petit que tu mettras au monde aura de la chance de t'avoir choisi comme maman. Tous les jours, ton exemple me permet d'aimer encore plus intensément mes enfants et m'incite à me battre pour que la justice trouve véritablement son sens.

Bravo Isabelle! Bravo d'être la femme et la mère que tu es. Puisse la vie te le rendre mille fois en permettant à ton cœur meurtri de trouver la paix et la sérénité dans l'amour de ton enfant à venir.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.