LES BLOGUES
27/03/2018 06:00 EDT | Actualisé 27/03/2018 06:00 EDT

Hébergement d’urgence : deux poids, deux mesures ?

L’injustice liée à la différence de traitement ne se limite pas uniquement au genre de la clientèle.

Stas_V via Getty Images

C'est avec un immense regret que nous tenions à informer le grand public que la récente décision du gouvernement québécois ne permettra pas d'atteindre une équité de financement pour les deux plus importantes ressources pour femmes en situation d'itinérance et en difficulté au Québec, c'est-à-dire toutes les femmes qui fréquentent les services du Chaînon et du Pavillon Patricia Mackenzie.

Des 10 millions annoncés par Québec en novembre dernier, nos deux ressources recevront quelques miettes chacune, soient 30 000 $ non récurrent.

Malgré de multiples démarches pour démontrer la légitimité de nos services essentiels, nos demandes sont restées lettres mortes, condamnant Le Chaînon et le Pavillon Patricia Mackenzie, qui offrent à elles deux, 131 places d'hébergement pour les femmes les plus vulnérables, à faire l'objet d'un traitement parfaitement discriminatoire et injuste.

Le gouvernement du Québec a reconnu en 2009 la nécessité de financer à hauteur de 50 % les services d'urgence pour les hommes en situation d'itinérance. Il n'a pas jugé nécessaire d'accorder le même respect pour les services offerts aux femmes. Conséquemment, le financement public couvre en moyenne 9 % des coûts de services du Pavillon Patricia Mackenzie et du Chaînon qui, chaque jour, viennent en aide aux femmes les plus vulnérables de notre communauté.

Dans le Montréal de 2018, qui pour la première fois vient de porter une femme à la tête de la métropole, il est scandaleux qu'un service de santé et de service social soit financé différemment selon que ses usagers soient des hommes ou des femmes.

L'injustice liée à la différence de traitement ne se limite pas uniquement au genre de la clientèle. À Montréal, certaines ressources qui, comme nous, offrent des services pour les femmes en difficulté reçoivent un financement d'environ 100 $ par place, par jour, tandis que Le Chaînon et le Pavillon Patricia Mackenzie reçoivent à peine 7 $ par personne par jour pour des services équivalents.

Malgré ces différences de traitement injustifiable, nous refusons catégoriquement de nous positionner comme des concurrentes. La nature de notre mission et de nos services sur le terrain exige, des organismes qui viennent en aide aux femmes les plus fragiles, une collaboration indéfectible et une unité sans faille.

Ne sommes-nous pas en droit d'œuvrer dans une société qui se soucie de toutes ses citoyennes et qui se donne de vrais moyens pour en finir avec l'itinérance chronique ?

Ne sommes-nous pas en droit d'œuvrer dans une société qui se soucie de toutes ses citoyennes et qui se donne de vrais moyens pour en finir avec l'itinérance chronique ?

On reconnaît le rôle de premier plan que jouent le Pavillon Patricia Mackenzie et Le Chaînon. On est venu nous visiter à maintes reprises, on a salué le travail accompli et souligné la qualité des services. Malheureusement, ces poignées de main fermes et ces larges sourires qui témoignaient d'un engagement et d'un soutien imminent ne se sont pas traduits en soutien financier équitable et récurrent.

Soyez rassurés. Nous serons là ce printemps et nous ferons tout en notre possible pour accueillir celles qui vivent le piège infernal de la grande pauvreté, car, comme elles, nous savons que l'itinérance n'est pas un problème climatique, mais bien un déni de justice sociale.

La Journée internationale des droits des femmes, le 8 mars, est passée. Nous reprenons notre bâton de pèlerin, déterminées plus que jamais à porter la cause des femmes aussi loin et aussi fort qu'il sera nécessaire.

Nous reprenons notre bâton de pèlerin, déterminées plus que jamais à porter la cause des femmes aussi loin et aussi fort qu'il sera nécessaire.

Nous continuerons à supporter toutes nos travailleuses et nos bénévoles qui, chaque jour, tendent la main aux femmes en situation d'itinérance. En leur nom, nous continuerons de remercier très sincèrement nos concitoyens et concitoyennes qui, par leurs dons et leurs contributions, assurent notre survie et participent à améliorer le quotidien des femmes que nous côtoyons.

Nous serons redevables envers les fondations et les entreprises privées qui investissent dans nos services afin de venir en aide à ces femmes et de mettre fin à l'itinérance.

En définitive, ce sont eux tous qui portent, avec nous, le fardeau de la lutte contre l'itinérance.

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost