LES BLOGUES
13/03/2013 12:32 EDT | Actualisé 13/05/2013 05:12 EDT

Pourquoi l'action Apple chute

FILE - In this Tuesday, Aug. 21, 2012, file photo, the Apple logo is shown on a stock ticker at the Nasdaq MarketSite, in New York. Apple is entering the home stretch of what will likely be its best holiday season yet as shoppers snap up iPhones and iPads in record numbers in December 2012. Yet the world's most valuable company has lost its luster among investors, causing Apple's stock price to plunge by more than 20 percent from a peak reached less than three months ago when the latest iPhone went on sale. (AP Photo/Mark Lennihan)
AP
FILE - In this Tuesday, Aug. 21, 2012, file photo, the Apple logo is shown on a stock ticker at the Nasdaq MarketSite, in New York. Apple is entering the home stretch of what will likely be its best holiday season yet as shoppers snap up iPhones and iPads in record numbers in December 2012. Yet the world's most valuable company has lost its luster among investors, causing Apple's stock price to plunge by more than 20 percent from a peak reached less than three months ago when the latest iPhone went on sale. (AP Photo/Mark Lennihan)

Pourquoi l'action d'Apple a baissé de plus de 35 % depuis son sommet de l'automne dernier? Au moment d'écrire ces lignes, elle végète autour de 430 $. Il n'y aurait pas une seule raison, mais au moins une douzaine. Voici les principales, qui font que l'ancien «chouchou» de Wall Street soit maintenant devenu le paria des parquets!

1 - Habitués à des marges et des bénéfices formidables, la moindre baisse est traduite par les investisseurs frileux comme un essoufflement du titre. On confond prise de bénéfices et replis techniques. Les gros actionnaires qui ont concrétisé leurs gains ont entraîné des reculs momentanés de la valeur de l'action. Pour ceux qui ne savent pas trop ce qu'ils font sur les marchés, cela a été interprété comme un fort signal de vente.

2 - Les nouveaux produits Apple ne créent pas un aussi gros buzz qu'avant. Le iPhone 5, le IPad-Mini et les MacBook Pro sont de belles machines, mais leurs caractéristiques ne nous font pas tomber en bas de notre chaise. L'effet nouveauté est donc moins intense.

3 - De nombreux acheteurs qui espèrent une refonte complète du iPhone, retardent leur achat. La succession rapide des mises à jour de ses produits phares entraîne une déflation de la demande.

4 - Apple est attaquée de toutes parts. C'est LA marque à battre. TOUS les fabricants de produits électroniques espèrent lui gruger des parts. Il y a maintenant des douzaines de tablettes et certains nouveaux téléphones intelligents donc les Galaxy III de Samsung attirent les regards et les dollars!

5 - Avant de faire le plein de nouvelles actions d'Apple, plusieurs attendent les annonces de lancements de produits vraiment innovateurs. La télé Apple et la montre iWatch verront-elles le jour?

6 - Depuis le décès de Steve Jobs, de gros actionnaires comme les fonds de placement et les caisses de retraite sont sceptiques. La gestion de Tim Cook ne fait pas l'unanimité.

7 - La réserve monstrueuse d'argent liquide en encaisse s'élève maintenant à 137 milliards. Plusieurs actionnaires ne le prennent tout simplement pas. Après tout, Apple n'est pas une banque. Ses actionnaires sont très heureux de savoir qu'elle n'a pas de dette, mais cette encaisse dépasse tous les records. Si cet argent n'est pas réinvesti, ne sert pas à faire de grosses acquisitions, de rachat d'actions ou n'est pas retourné purement et simplement en dividendes spéciaux, c'est de la «dead money». Les investisseurs professionnels détestent savoir que des milliards dorment sans rien obtenir en échange. Ils préfèrent avoir eux-mêmes le contrôle sur leurs liquidités. À ce sujet, Warren Buffett suggère à Tim Cook de racheter ses propres actions. Il a résumé la situation ainsi: «C'est comme si vous pouvez acheter des billets d'un dollar pour un prix de 80 cents».

8 - Les chutes les plus importantes du titre sont survenues en fin d'année 2012. Des informations crédibles citaient qu'Apple avait réduit considérablement ses commandes de pièces maitresses servant à la fabrication des iPhone 5. Ces indices font dire que si son produit vedette se vend moins bien qu'avant, alors il y a possiblement une baisse de bénéfice à prévoir.

Quant à la théorie du complot voulait que le titre soit manipulé de l'intérieur par des employés-clefs détenteurs de milliers d'options d'achat... je n'y crois pas une seconde. Avec ses 400 milliards de capitalisation boursière, ça prendrait une grosse gang de milliardaires qui s'entendent pour commettre simultanément un geste criminel. Contrairement au Canada, les lois américaines sur les délits d'initiés n'hésitent pas à envoyer ses auteurs au cachot.

Selon vous, y a t-il d'autres raisons qui expliquent le fort repli de l'action d'Apple?

VOIR AUSSI

Quelques erreurs d'Apple Maps