LES BLOGUES
20/05/2018 08:00 EDT | Actualisé 20/05/2018 08:00 EDT

8 erreurs que plus de 90% des parents font dans l’éducation de leurs enfants

Dans votre quête d'élever un enfant autonome et indépendant, il est possible que ces huit habitudes freinent vos ambitions.

Pekic via Getty Images

Les grandes victoires exigent souvent des milliers de petits pas. « Le succès immédiat » est un mythe qui trop souvent masque le travail acharné et l'échec associé à chaque succès. Tout comme la description de Hemingway sur la faillite, le succès survient « progressivement, puis tout d'un coup ».

On peut dire la même chose sur une « parentalité réussie ». Veiller à ce que « tout se passe bien » avec votre enfant requiert de petites étapes progressives et intentionnelles. L'inconvénient, cependant, c'est que rien ne garantit que les mesures que vous prenez mèneront à la réussite.

Dans votre quête d'élever un enfant autonome et indépendant, il est possible que ces huit habitudes freinent vos ambitions :

1. Vous en faites trop pour lui

Encourager votre enfant à entreprendre des activités adaptées à son âge lui permet de développer la confiance en ses capacités. Comme disait Montessori, « l'individu doit agir lui-même ».

Lorsque vous faites pour votre enfant ce qu'il est capable de faire seul, non seulement vous le condamnez à l'impuissance, mais vous lui donnez aussi une fausse croyance : il y aura toujours quelqu'un pour apaiser les crises.

2. Vous pensez que le comportement de votre enfant est une attaque personnelle

Le comportement de votre enfant est rarement une tentative de saper votre autorité. C'est souvent une réponse à autre chose : la faim, la frustration, la soif, la fatigue, la colère, l'ennui, etc. plutôt qu'une tentative pour vous ennuyer. Cela se manifeste dans des comportements tels que les crises de colère, mais réagir à cette colère sans en comprendre la source n'offre que des solutions à court terme, ce qui à long terme pourrait devenir un problème important.

Il est nécessaire d'explorer les enjeux sous-jacents et de travailler sur les déclencheurs pour aider votre enfant à gérer les émotions avant qu'elles ne paraissent insurmontables.

Les enfants ne savent pas nécessairement comment gérer les émotions difficiles et ils ont souvent besoin de notre aide pour identifier ces émotions et les gérer de manière socialement acceptable. Il est nécessaire d'explorer les enjeux sous-jacents et de travailler sur les déclencheurs pour aider votre enfant à gérer les émotions avant qu'elles ne paraissent insurmontables.

3. Vous ne les encouragez pas à prendre des décisions

Encourager votre enfant à participer au processus décisionnel peut l'aider à développer des compétences importantes et peut vous permettre d'améliorer votre relation parent-enfant. La quête de l'autonomie survient assez tôt chez les enfants, et il existe de nombreuses façons de l'aider à participer activement à la prise de décision.

Si vous avez souvent le rôle de celui qui résout les problèmes, commencez à demander à votre enfant d'exprimer son opinion : « Que penses-tu? » « Pourquoi penses-tu qu'il n'a pas fonctionné ? » Encouragez-le à trouver des solutions par lui-même : « Que vas-tu faire la prochaine fois ? » Laissez-lui l'opportunité d'être responsable de ses actes : « Comment veux-tu t'y prendre ? »

Encourager votre enfant à participer à des activités moins structurées peut aussi lui permettre de pratiquer la prise de décision. Même les plus jeunes enfants peuvent prendre des décisions dans un cadre structuré : « Est-ce que tu veux le short bleu ou short rouge ? »

Transférer progressivement la capacité à prendre des décisions à votre enfant est un moyen très efficace qui permet de renforcer ses compétences pour la prise de décisions, même au-delà de l'enfance.

4. Vous vous concentrez sur votre besoin « d'éteindre des petits feux »

Être parent n'est pas chose facile.

Il faut être conscient que vous avez affaire à un enfant, tout en gardant à l'esprit les valeurs que vous souhaiteriez inculquer à votre enfant.

Très souvent, notre réponse au comportement de nos enfants est liée à un besoin d'éteindre des petits feux, tout de suite ou à se faire obéir. Nous réagissons au comportement de nos enfants dans le but d'obtenir des résultats immédiats, sans prendre en compte les compétences et les valeurs que nous souhaitons qu'ils développent.

Identifiez vos valeurs parentales et concentrez-vous sur vos priorités. Évitez de toujours réagir « dans l'urgence » et soyez prêt à laisser aller certaines choses.

5. Vous le surprotégez

Quand vous laissez la peur envahir votre quotidien, vous empêchez votre enfant de participer à de nombreuses expériences qui peuvent l'aider à développer des compétences clés.

Tout le monde apprend à travers l'échec.

On apprend à travers de nombreux essais et erreurs. Montrez à votre enfant que vous êtes confiant dans ses capacités, soyez sûr que vous êtes le parent qu'il lui faut. Laissez votre enfant vous surprendre.

6. Vous ne lui donnez pas assez de responsabilités

L'idée que les jeunes enfants n'ont pas à être autonomes ne saurait être plus loin de la vérité. Encourager les enfants à acquérir des compétences adaptées à leur âge est la première étape vers un développement adapté. Et c'est possible de commencer dès l'âge de trois ans.

Les recherches suggèrent que les enfants qui participent aux tâches ménagères ont de meilleurs résultats scolaires et deviennent des adultes plus responsables.

Les recherches suggèrent que les enfants qui participent aux tâches ménagères ont de meilleurs résultats scolaires et deviennent des adultes plus responsables. En outre, habituer votre enfant aux tâches peut avoir de nombreux avantages sur le plan social, émotionnel, scolaire, et professionnel sur le long terme.

Attribuez des tâches adaptées à l'âge de votre enfant et augmentez progressivement le niveau de difficulté. Dire à votre enfant de « ranger » ne signifie pas nécessairement la même chose pour vous deux. Il faut lui montrer et/ou expliquer ce que vous attendez de lui le plus précisément possible. Si vous voulez qu'il mette ses jouets dans le coffre à jouets, il faut le préciser. L'installation des routines régulières dès le plus jeune âge peut aider à établir des habitudes à vie.

Il y a des astuces pour encourager votre enfant à participer aux tâches ménagères s'il est résistant. Par exemple, vous pouvez lui demander de commencer une tâche et lui dire que vous allez l'aider à la finir.

7. Vous êtes trop disponible

Ce n'est pas à vous de divertir votre enfant.

Être trop disponible peut s'avérer peu avantageux.

En effet, l'ennui constructif peut être bénéfique pour votre enfant. Les enfants qui ont accès à des environnements non structurés, mais stimulants sont plus créatifs et ont plus de facilité à développer les aptitudes de réflexion critique. Encouragez votre enfant à renouer avec la nature. Prévoyez du temps non structuré pour stimuler sa curiosité.

Être trop disponible est une mauvaise chose pour vous aussi. Il est facile d'être un « mauvais » parent quand vous êtes fatigué, stressé ou anxieux ; il faut donc prendre du temps pour vous. Il faut trouver le juste équilibre entre être présent pour votre enfant et prendre du temps pour vous.

8. Vous n'êtes pas cohérent

Parfois, les choses pour lesquelles vous punissez aujourd'hui sont ignorées demain. Parfois, les choses pour lesquelles votre enfant est puni par un parent sont ignorées par l'autre.

Votre enfant ne peut pas distinguer entre les comportements acceptables et inacceptables si vous n'êtes pas cohérent. Quelles sont les choses sur lesquelles vous ne pouvez pas négocier ? Soyez clair et cohérent avec votre enfant.

Maintenant c'est à vous. Qu'avons-nous oublié sur la liste ? Faites-nous savoir dans les commentaires ci-dessous.

Ce poste a été initialement publié sur le site parent.co