LES BLOGUES
24/10/2015 09:10 EDT | Actualisé 24/10/2016 05:12 EDT

Musique: coups de cœur de 2015 (2)

Voici une autre petite sélection d'albums de 2015 à découvrir. Vingt albums, vingt expériences à tenter.

Voici une petite sélection d'albums de 2015 à découvrir. Vingt albums, vingt expériences à tenter. Bonne écoute.

À voir aussi: Musique: coups de cœur de 2015

1- How to Die in the North de B.C. Camplight

Brian Christinzio, après des années d'errance, revient avec un disque d'une classe folle. On a droit à des arabesques harmoniques à tout péter, des refrains à la Zombies et Beach Boys, une pallette sonore fascinante (pop orchestrée, glam rock, pop baroque et psychédélique, etc.) On pense notamment à Harry Nilsson par moments. Bref, c'est du douillet, du rétro sophistiqué, du joussif.

2- The Good Fight de Oddisee

Chaleureux en diable, voici venir un disque de rap fort bien fait alliant jazz et funk.

3- Danca dos Tempos de Fabiano do Nascimento

Le guitariste Fabiano do Nascimento livre une musique folklorique brésilienne à la fois accessible et offrant quelques succulentes expérimentations. Bel album, vraiment.

4- Run, Lucifer de Adna

De suède, du dark folk-pop guidé par une voix féminine sublimement mélancolique et un accompagnement électronique particulièrement poignant.

5- Who Is the Sender? de Bill Fay

Bill Fay est un artiste d'une trempe formidable. Son premier album paru en 1970 s'écoute toujours avec le même plaisir, écoutez simplement ceci. Rien de moins que l'un des grands auteurs-compositeurs des années 1970. Ce grand oublié de l'histoire de la musique s'offre un retour marquant avec un album folk-pop-rock boulversant et d'une sérénité exemplaire. Du «gospel alternatif», comme il dit. De la musique, de l'émotion, de la beauté.

6- Multi-Love de Unknown Mortal Orchestra

Un peu dans le même genre que Tame Impala. C'est du bonbon si vous êtes amateur de pop psychédélique décomplexée.

7- Real de Pompeya

De la synthpop russe qui lorgne vers Duran Duran et A-ha. Plaisir coupable à fond le train. Toutes les pièces sont des petits tubes en puissance plein de guimauve. On adore.

8- Carrie & Lowell de Sufjan Stevens

Si Sufjan Stevens est capable d'arrangements particulièrement gourmants et d'expérimentations baroques en tous genres, il laisse ici place à une musique tout en douceur, évoquant des souvenirs de sa mère, celle-ci récemment décédée. Des arrangements épurés donc, jumelés à la pureté du chant de Stevens et à des textes souvent déchirants font de cet album un essentiel.

En écoute, la plus belle pièce de l'album, Fourth Of July, qui aborde la mort de la mère Sufjan Stevens, et c'est tristement sublime.

9- Cowboy Worship de Amen Dunes

Après l'album Love, Damon McMahon revient avec un EP au son davantage lo-fi, mais toujours avec des éléments folk, ambient et psychédélique. Il y a un petit côté «b-side» (livraison vocale, pas trop de production, etc.) fort appréciable. La reprise Song to the Siren de Tim Buckley est particulièrement réussie.

10- IV de Toundra

Post-rock agréable.

11-Complete Strangers de Vetiver

Tendre pop-folk psychédélique très 70s. Vraiment charmant et un son des plus cajoleurs.

12- The Chopin Project de Ólafur Arnalds & Alice Sara Ott

Ólafur Arnalds et Alice Sara Ott, accompagné du violon de Mari Samuelsen, livrent une relecture de la musique de Frédéric Chopin particulièrement somptueuse. Romantisme, modernité et sublime lenteur.

13- Shedding Skin de Ghostpoet

L'album est un heureux mélange de trip-hop, hip-hop, dubstep et de spoken word. Aidé d'une voix rauque et ténébreuse, plus des arragenment aux petits oignons, Obaro Ejimiwe alias Ghostpoet, livre de ces ambiances d'une sombre et hypnotique beauté.

14- Poison Season de Destroyer

Comme souvent avec Dan Bejar, nous avons droit à une «pop sophistiquée» aux arrangements souvent de tout premier ordre. Moins dansant que son précédant album, plus porté vers l'intime, il partage par contre sa mélancolie. En somme, une pop excentrique et baroque qui se laisse facilement savourer.

15- Never Were The Way She Was de Colin Stetson et Sarah Neufeld

Le saxophoniste Colin Stetson et la violoniste d'Arcade Fire accouchent ici de sonorités pour le moins fascinantes et oniriques.

16- Universal Themes de Sun Kil Moon

Peut-être moins fort que Benji, son prédécedant album, mais toujours aussi convaincant. Il y a cette voix à pleurer, ce jeu de guitare unique, puis cette douce mélancolie qui surplombe l'ensemble. Le génie de Kozelek est dans sa désarmante franchise; dans ses textes bruts et sa façon de rendre ces derniers; dans son folk si émouvant.

17- Portraits de famine de Philippe Brach

Formidable album. Plus propret de par la production «pop» de Louis-Jean Cormier, il n'en demeure pas moins qu'on retrouve Brach avec plaisir et celui-ci est troujours aussi en forme côté textes et musiques. À noter le très beau duo avec Klô Pelgag.

18- The Ark Work de Liturgy

Une expérience sonore dont on ne ressort pas indem. Bordélique, expérimental et épique, voici du black metal qui va puisser dans un nombre impressionant de sphères musicales.

19- 新しい日の誕生 de 2 8 1 4

Collaboration entre les producteurs Hong Kong Express et T e l e p a t h, 2 8 1 4 créer une musique ambiante, vaporwave, DXM et drone. Au menu, des atmostphères rêveuses et cottoneuses.

20- Tuxedo de Tuxedo

Disco-funk des plus emballants. À découvrir!

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST