LES BLOGUES
15/11/2018 12:14 EST | Actualisé 16/11/2018 06:44 EST

Québec solidaire devra choisir entre multiculturalisme et souveraineté sous peine d'incohérence

En moins de sept jours, Québec solidaire a pris deux fois le côté d'Ottawa face au Québec pour ce qui est du mode d'intégration des immigrants, une composante pourtant fondamentale de la question nationale.

QS aurait avantage à laisser tomber les masques et à s'unir formellement à Justin Trudeau pour atteindre leurs aspirations communes, qui semblent s'incarner dans l'idéal diversitaire, communautariste et multiculturaliste du Canada actuel.
Canadian Press / Graham Hughes
QS aurait avantage à laisser tomber les masques et à s'unir formellement à Justin Trudeau pour atteindre leurs aspirations communes, qui semblent s'incarner dans l'idéal diversitaire, communautariste et multiculturaliste du Canada actuel.

Mercredi, Gabriel Nadeau-Dubois a pris la parole pour Québec solidaire afin de signifier son opposition au rapatriement des pouvoirs en immigration au Québec, puisque cela permettrait au gouvernement de la CAQ de respecter sa promesse de diminuer les seuils d'immigration à 40 000 par année plutôt que les 52 000 actuels. Citant bien sûr ses grands principes «d'ouverture» et de «solidarité envers les plus mal pris de la planète», le parti se disant pourtant indépendantiste et ayant absorbé les restes d'Option nationale, a pris position contre plus d'autonomie pour le Québec quant à son modèle d'intégration.

Parallèlement, Le Soleil rapportait il y a moins d'une semaine que Québec solidaire remettait en question sa position sur la laïcité, laquelle prévoit actuellement d'interdire les signes religieux pour les agents de l'État avec pouvoir coercitif durant leurs heures de travail, comme prescrit par le rapport Bouchard-Taylor.

Ainsi, il semblerait que certains membres du caucus solidaire, de même que plusieurs militants, voient là une tentative de «stigmatisation» et une mesure «discriminatoire». Andrés Fontecilla, nouveau député de Laurier-Dorion et ancien co-porte-parole du parti, a lui-même affirmé ne plus être certain que ce qu'il présente comme un compromis soit «encore valable».

L'idéal diversitaire de Trudeau

En moins de sept jours, Québec solidaire a donc pris deux fois le côté d'Ottawa face au Québec pour ce qui est du mode d'intégration des immigrants, une composante pourtant fondamentale de la question nationale. Avec la loi 101 et les multiples tentatives de légiférer sur les signes religieux, le Québec a historiquement privilégié une intégration plus marquée de ses nouveaux arrivants, par rapport au laisser-faire canadien qui lui a été imposé via le rapatriement constitutionnel illégitime de 1982, gracieuseté de Pierre Elliott Trudeau.

Selon la vision trudeauiste du parfait État postnational, la culture majoritaire ne jouit plus d'un statut spécial, ce qui réduit les Québécois au statut de communauté culturelle au sein même du Québec, au même titre que les Chinois, les Italiens ou les Grecs.

La politique du multiculturalisme d'État, défendue par son héritier avec une assurance morale incroyable, a été pensée pour faire du Canada un État «postnational», où aucun groupe national ne peut s'affirmer face aux multiples chapelles communautaristes encouragées à se ghettoïser et qui sont constitutionnellement protégées par la Charte canadienne des droits et libertés. Selon la vision trudeauiste du parfait État postnational, la culture majoritaire ne jouit plus d'un statut spécial, ce qui réduit les Québécois au statut de communauté culturelle au sein même du Québec, au même titre que les Chinois, les Italiens ou les Grecs.

Évidemment, l'atteinte de cet objectif passe par l'immigration massive dépassant de loin la capacité d'intégration de la société d'accueil, un gouvernement de juges pour empêcher les gouvernements d'adopter des politiques privilégiant les droits collectifs aux droits individuels et bien sûr en la dénonciation de tout nationalisme, que l'on affuble des épithètes «discrimination», «stigmatisation» et alouette. Prise de position après prise de position, Québec solidaire rejoint de plus en plus cet idéal.

L'indépendance? Pour quoi faire?

Affirmer qu'il y a une grave contradiction entre soutenir le multiculturalisme et souhaiter que la nation québécoise se dote d'un pays relève de l'évidence. Si l'on soutient que le Québec devrait conserver la politique d'intégration canadienne, et par conséquent s'y dissoudre à terme dans l'harmonie d'un premier État véritablement postnational, alors pourquoi perdre son temps à vouloir faire du Québec un pays?

Afin de protéger les Québécois de leurs «bas instincts» et de leur nationalisme si vil qu'il les pousse à vouloir garder une culture commune sur leur territoire, Québec solidaire aurait avantage à laisser tomber les masques et à s'unir formellement à Justin Trudeau pour atteindre leurs aspirations communes, qui semblent s'incarner dans l'idéal diversitaire, communautariste et multiculturaliste du Canada actuel.

Québec solidaire se dit indépendantiste, parade comme des trophées ses prises à Option Nationale, mais se permet en même temps de souhaiter qu'Ottawa empêche le Québec de décider pour lui même de sa politique d'intégration.

Indéniablement, la souveraineté du Québec entraînera une rupture avec le modèle canadien actuel hostile aux groupes nationaux et voué à les mettre en échec. Le Québec n'est tout simplement pas fait comme ça, et l'idée même de souveraineté est née du désir de donner aux Québécois un État national dont ils seraient les seuls maîtres. D'où la formule consacrée du chanoine Groulx: «Notre État français, nous l'aurons!»

Tôt ou tard, QS devra choisir entre multiculturalisme et souveraineté sous peine d'incohérence grave.

Cette semaine aura permis de révéler au grand jour la contradiction qui règne toujours au sein de la formation politique: Québec solidaire se dit indépendantiste, parade comme des trophées ses prises à Option Nationale, mais se permet en même temps de souhaiter qu'Ottawa empêche le Québec de décider pour lui même de sa politique d'intégration. Tôt ou tard, QS devra choisir entre multiculturalisme et souveraineté sous peine d'incohérence grave.

S'il y a bien une leçon à tirer des événements récents, c'est que Québec solidaire a déjà fait son choix...

À LIRE AUSSI:

» TECFÉE: une formation inégale, surtout en région
» Santé: tu regarderas les larmes des personnes qu'il te sera impossible d'aider
» Pas besoin d'une politique alimentaire au Canada: laissons l'innovation se poursuivre

La section des blogues propose des textes personnels qui reflètent l'opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle du HuffPost Québec.