LES BLOGUES
17/09/2018 11:02 EDT | Actualisé 17/09/2018 11:08 EDT

Parti libéral du Québec: à la frontière du réel

Le candidat libéral a fini par s'excuser, tout en utilisant le prétexte que «les positions de la CAQ en immigration le touchent personnellement» pour justifier sa démonisation mensongère.

Lorsque le chef de la Coalition, offensé avec raison que de pareilles ignominies soient colportées à son sujet, a demandé à Philippe Couillard de retirer son candidat.
The Canadian Press Images
Lorsque le chef de la Coalition, offensé avec raison que de pareilles ignominies soient colportées à son sujet, a demandé à Philippe Couillard de retirer son candidat.

Jeudi dernier, la tirade du candidat libéral dans Taillon, Mohammed Barhone, contre la Coalition avenir Québec faisait les manchettes. Lors d'un discours électoral prononcé dans une salle remplie de femmes musulmanes, M. Barhone a décidé de mettre la vérité de côté pour faire place à un discours de peur, mais aussi à un discours mensonger. Il accusait la CAQ de vouloir faire «le nettoyage de l'immigration» une fois au pouvoir.

Ne ménageant pas ses mots, le candidat a martelé que ce serait «plus dangereux que la Charte des valeurs» et qu'un gouvernement dirigé par François Legault refuserait d'offrir des services à une femme portant le hijab, ce qu'il a tout bonnement inventé.

Lorsque le chef de la Coalition, offensé avec raison que de pareilles ignominies soient colportées à son sujet, a demandé à Philippe Couillard de retirer son candidat. Celui-ci a refusé, les propos indécents de son candidat n'étant visiblement pas scandaleux à ses yeux.

Toutefois, le candidat libéral a fini par s'excuser, tout en utilisant le prétexte que «les positions de la CAQ en immigration le touchent personnellement» pour justifier sa démonisation mensongère du parti en tête des sondages.

En croisade contre le nationalisme québécois

Cet incident aura permis de dévoiler au grand jour que les troupes libérales sont atteintes du même complexe que le parti dont ils tirent désormais leur ligne idéologique, le Parti libéral du Canada à l'apogée du trudeauisme.

Alors qu'il s'opposait jadis à l'indépendance et savait rassembler des nationalistes et des multiculturalistes préférant l'option fédéraliste, le PLQ a pris un tournant radical avec l'arrivée de Philippe Couillard à sa tête. Désormais, les libéraux ne se battent plus seulement contre la souveraineté du Québec, ils sont aussi devenus allergiques à toute forme de nationalisme québécois et n'hésitent pas à traiter de tous les noms ceux qui oseraient en faire la promotion.

Leur base militante, fanatisée et certaine d'incarner la vertu sur les questions identitaires, est gonflée à bloc et n'accepte pas que l'on ose discuter de l'immigration au Québec, surtout pas quand il est question de réduire les seuils.

Puisqu'ils considèrent que l'enjeu de l'immigration «les touche personnellement», les libéraux n'ont plus de gêne à attaquer sans remords ni rigueur intellectuelle tous ceux qui se dressent sur leur chemin en matière d'identité.

Puisqu'ils considèrent que l'enjeu de l'immigration «les touche personnellement», les libéraux n'ont plus de gêne à attaquer sans remords ni rigueur intellectuelle tous ceux qui se dressent sur leur chemin en matière d'identité. Pire encore, ils savent pertinemment qu'ils peuvent dépasser les bornes de la vérité, pour accuser leurs adversaires de «nationalisme ethnique» par exemple, et s'en sortir parfaitement indemnes.

Après tout, ils se situent du bon côté de la rectitude politique, celui qui se bat contre les vilains «intolérants», alors tout est permis, même induire en erreur la population avec des fabulations contre le parti qui menace de les évincer du pouvoir après 15 ans de règne.

Le dogmatisme multiculturaliste

Malgré les calculs politiques et les stratégies, il y a fort à parier que Mohammed Barhone ne mentait pas sciemment à ses électeurs de Taillon, mais qu'il croyait plutôt fermement les faussetés qu'il avançait. On l'a vu il y a quelques semaines lorsque Justin Trudeau a sévèrement invectivé une femme le questionnant sur le coût des réfugiés haïtiens, les multiculturalistes se sont radicalisés à un tel point qu'il suffit d'aborder le sujet de l'immigration pour se faire traiter «d'intolérant», de «raciste» et de se faire accuser de vouloir faire «le nettoyage de l'immigration».

C'était donc certain que jamais le PLQ ne retirerait son candidat dans Taillon: Couillard et ses apôtres sont tellement convaincus d'être en grande croisade contre le mal absolu qu'en leur for intérieur, ils pensent probablement que Mohammed Barhone avait raison.

C'était donc certain que jamais le PLQ ne retirerait son candidat dans Taillon: Couillard et ses apôtres sont tellement convaincus d'être en grande croisade contre le mal absolu qu'en leur for intérieur, ils pensent probablement que Mohammed Barhone avait raison de mettre ses électeurs en garde, même en dramatisant un peu.

À la vue de ce nouveau PLQ dogmatique et hargneux, on ne saurait s'étonner en voyant le vote francophone fédéraliste migrer massivement du PLQ à la CAQ...

À LIRE AUSSI:

» Grand perdant du débat des chefs: la démocratie
» Personnel de soutien scolaire: l'iceberg que les politiciens ne veulent pas voir
» Un projet de loi pour être Maîtres chez nous

À VOIR AUSSI: