LES BLOGUES
03/02/2018 08:00 EST | Actualisé 05/02/2018 17:54 EST

Doit-on jouer le jeu ou rester soi-même?

En discutant avec mon entourage, je me suis vite rendu compte que nous étions plusieurs à être coincés dans cette situation malsaine.

Getty Images/iStockphoto

Tout récemment, la vie m'a amené à m'interroger sur le sujet du jeu de la séduction. J'ai quelque peu hésité avant de rédiger ce texte, pensant à tort que j'étais peut-être seul dans ma situation... Vous savez ces moments de malaise que l'on ressent dans les débuts de ce qui pourrait éventuellement se transformer en une relation durable?

Ne jouez pas à l'autruche, vous savez exactement de quoi je parle.

En discutant avec mon entourage, je me suis vite rendu compte que nous étions plusieurs à être coincés dans cette situation malsaine.

Oscillant entre le désir d'être soi-même et la crainte de voir l'objet de notre affection partir en courant en utilisant le redoutable et redouté terme « intense ».

Combien de fois s'est-on retrouvé devant le miroir à nous demander ce qui clochait dans notre personnalité ? À s'autoflageller en se disant qu'on a tout fait de travers et qu'on aurait donc dû jouer ce fameux « jeu » ?

Jouer selon les règles

Au final, quelles sont les règles du jeu? Personnellement, j'en ai entendu tellement, toutes plus farfelue les unes que les autres, qu'à un moment je ne savais plus trop quoi en faire, puisque, bien que plusieurs personnes penchent pour rester soi-même, une belle majorité de personnes préfère jouer au jeu malsain du flirt qui n'en finit plus. Voici quelques règles que j'ai entendues à plusieurs reprises:

  • Règle #1 — Reste vague sur tes intentions : Ne l'oublions pas : l'homme, bien qu'ayant dépassé l'âge de la majorité et se disant « mature », reste un petit garçon effrayé qui peut prendre ses jambes à son cou en moins de deux. Il faudrait apparemment rester vague sur ce que l'on recherche de façon optimale : la moindre mention du mot couple ou engagement peut vous valoir un retour express à la case départ.
  • Règle #2 — Le 48 heures d'avis : Quelle invention merveilleuse que les messages texte ! Une technologie qui nous permet de transmettre de l'émotion grâce à des bonshommes jaunes et à paniquer lorsque l'un de nos amis nous appelle au lieu du texto habituel. D'après mes sources et mon expérience personnelle, un délai de 48 heures doit être respecté entre la fin de la dernière rencontre et le classique « Allo ! Tu vas bien? » suivant ladite rencontre.
  • Règle #3 — Jouer les indépendants : Quand j'ai découvert cette règle, je suis littéralement tombée des nues ! De ce que j'ai compris, il ne faut jamais montrer à l'autre son intérêt. Donc, en gros, il faut s'intéresser à la personne à l'intérieur, mais s'en foutre complètement à l'extérieur... j'ai saigné du nez la première fois qu'on m'en a fait part.
  • Règle #4 — Toujours parler à court terme : Ne prévoyez jamais sur plus de deux jours. Il semblerait que l'homme de 2018 planifie sa vie à coup de 12 heures. Lui parler d'un projet le weekend prochain ou la semaine suivante pourrait complètement détruire sa conception de l'espace et du temps. Personnellement, mes notions de physique sont relativement loin dans ma tête, alors jouer au professeur de maturité émotionnelle dans le temps, non merci.
  • Règle #5 —Ne jamais sous-entendre qu'il devra faire des compromis : il apprécie sa vie de célibataire. Dans sa tête, il vous fait une fleur en acceptant de vous rencontrer, mais ne venez surtout pas sous-entendre que vous pourriez bousculer — ne serait-ce que légèrement — sa vie parfaite de célibataire invétéré.

Plus simple d'être soi-même

Après avoir passé plusieurs années à essayer de comprendre ces règles, à faire de mon mieux pour jouer le jeu, à avoir eu des rencontres foireuses et à avoir trop souvent pensé à tort que j'avais un problème, je prône aujourd'hui la franchise, l'honnêteté et, pourquoi pas, l'intensité.

Parce qu'il y a aussi l'envers de la médaille. Des gens qui m'ont dit des choses qui ont résonné en moi comme de la musique à mes oreilles :

« Sois toi-même dès le départ, parce que s'il doit un jour partir, il partira de toute façon. Alors, à quoi bon perdre son temps? »

Alors peut-être que oui, je suis intense. Peut-être sommes-nous plusieurs à l'être. Mais pourquoi ne pas l'assumer de toutes nos forces? Le bon, celui qui nous écrira chaque matin, celui qui nous fera crouler sous les compliments, celui qui aura envie de planifier et de faire des projets ; celui-là verra notre intensité comme la plus belle des qualités.

Jouer selon les règles, c'est ennuyeux et la vie ne devrait jamais être ennuyeuse !

Galerie photoLes billets de blogue les plus lus sur le HuffPost Voyez les images