LES BLOGUES
16/10/2018 10:01 EDT | Actualisé 16/10/2018 10:57 EDT

Inspirer les immigrants francophones à fréquenter les universités québécoises

Sur le plan économique, chaque étudiant originaire d'un pays étranger rapporte sept fois plus d'argent qu'un Québécois.

La demande est là, il ne reste qu'à user de meilleurs moyens pour rendre notre offre plus alléchante.
dusanpetkovic via Getty Images
La demande est là, il ne reste qu'à user de meilleurs moyens pour rendre notre offre plus alléchante.

Avec 30 millions de plus de locuteurs francophones dans le monde, nos universités québécoises ont intérêt à conquérir le marché international de l'éducation supérieure.

Selon le rapport de l'Organisation internationale de la Francophonie, le français est parlé par plus de 300 000 000 d'individus dans le monde. C'est huit fois plus que la population du Canada. Par contre, même si le nombre d'étudiants internationaux a connu une grande croissance chez nous, le Québec n'attire pas autant d'étudiants que les autres provinces canadiennes. Notre absence de stratégies internationales en matière d'éducation pourrait expliquer cette situation.

Les avantages

La présence d'étudiants étrangers place les professeurs québécois au cœur des réseaux mondiaux de recherche, et rehausse le niveau et la qualité de nos établissements d'enseignement. Sur le plan économique, chaque étudiant originaire d'un pays étranger rapporte sept fois plus d'argent qu'un Québécois. En chiffres, il s'agit de un milliard de dollars de retombées économiques dont ils nous enrichissent chaque année.

Attirer une plus grande clientèle étrangère

Ce n'est pas pour rien que le gouvernement sortant a accordé 3,5 millions de dollars à une agence de développement économique pour attirer et retenir des étudiants étrangers dans la grande région de la capitale nationale québécoise. En les attirant et en les retenant, la ville de Québec contribue à la croissance économique de la province. Selon la Banque de développement du Canada, la pénurie de main-d'œuvre freine l'expansion de 40% de nos PME.

Les étudiants étrangers sont une source non négligeable pour pallier ce manque de ressources humaines.

Même quand un étudiant étranger retourne chez lui, il génère un rayonnement. Chacun d'entre eux facilite l'élaboration de réseaux internationaux et crée un impact positif sur le développement de nos relations politiques, culturelles et commerciales dans plusieurs régions du monde.

La voie de l'avenir

Même si certains craignent que la venue de ces nouveaux étudiants ne crée une dépendance économique liée à la bonne volonté actuelle des pays étrangers, l'augmentation des francophones dans le monde ouvre la porte à une immigration de diverses origines. Effectivement, on prévoit que la langue de Molière deviendrait, d'ici un peu plus de 30 ans, la troisième langue la plus parlée. On pense qu'en 2050, plus de 700 millions de personnes seront en mesure de parler le français. Ce bassin francophone devrait être la préoccupation numéro un de notre ministère de l'Éducation et des instances universitaires concernées.

Une compétition

Or, nous ne sommes pas les seuls à convoiter les étudiants étrangers francophones. En 2015, l'Ontario se donnait dix ans pour passer de 2500 à 8000 le nombre d'étudiants étrangers francophonesdans leurs universités et collèges francophones et bilingues.

Malgré les efforts qu'ils déploient pour atteindre leur cible ambitieuse, ce n'est pas demain la veille que nos voisins de l'Ouest nous rejoindront. En 2017, les universités québécoises ont accueilli42 000 étudiants étrangers. En outre, si l'on établit que leur nombre se situe autour de 6 000 000, le Québec accueille tout près de sept étudiants étrangers sur mille. Voilà donc un marché potentiel suffisamment grand pour augmenter notre immigration estudiantine.

Une vision

Pour attirer un maximum d'étudiants francophones étrangers, le gouvernement du Québec doit d'abord concevoir une vision audacieuse de ce marché et la poursuivre. Il serait dans son intérêt de choisir Montréal comme la capitale universitaire de la francophonie.

En investissant dans l'industrie du savoir et de la recherche, la ville du sieur de Maisonneuve pourrait être convoitée par une plus vaste clientèle étrangère à cause de ses installations, de son sens de l'innovation et de sa créativité. Notre métropole a besoin d'une base de lancement inspirante qui devancera les autres villes francophones en lice.

L'apport linguistique

L'apport des étudiants francophones issus de l'immigration pourrait avoir une incidence significative sur l'identité linguistique de Montréal. Selon le recensement de 2016, Montréal tend à s'angliciser. Effectivement, le nombre de résidents qui parlent français à la maison a diminué tandis que le nombre de personnes qui parlent anglais à la maison est en augmentation.

La demande est là, il ne reste qu'à user de meilleurs moyens pour rendre notre offre plus alléchante.

En attirant vers Montréal de manière marquante les étudiants étrangers francophones, nous serions en mesure de redonner au français ses lettres de noblesse. La demande est là, il ne reste qu'à user de meilleurs moyens pour rendre notre offre plus alléchante. Nous avons tout ce qu'il faut: les ressources, le savoir et le potentiel. Décidons-nous, et le vouloir attirera le pouvoir!

À LIRE AUSSI:

» Nous devons soutenir davantage les aînés après un séjour à l'hôpital
» Le retour du nationalisme québécois
» Notre cynisme tuera dans l'œuf la réforme du scrutin