LES BLOGUES
14/05/2018 17:00 EDT | Actualisé 14/05/2018 17:00 EDT

Gala Artis 2018: des valeurs inspirantes

Bravo à ces artistes qui n'ont pas pris pour acquis que leur talent et leur charisme étaient suffisants pour percer l'écran.

Paméla Lajeunesse

Cette année, le Gala Artis s'est démarqué par trois valeurs inspirantes: la transparence, l'authenticité et le sens de l'inclusion.

Ces trois valeurs ont été incarnées par trois personnalités qui ont reçu énormément d'amour de la part du public. Magalie Lépine-Blondeau a été le choix du public non seulement à titre de rôle féminin dans une série dramatique annuelle, mais également en tant que personnalité féminine de l'année. Dave Morissette a été élu l'animateur d'émission sportive de l'année, et Charles Lafortune, le préféré du public à titre d'animateur d'émission de variétés ou de divertissement ainsi que la personnalité masculine de l'année. Ces trois artistes ne se sont pas seulement distingués par la reconnaissance qu'ils ont reçue du public, mais également par les qualités qu'ils incarnaient.

Une Magalie transparente

Magalie Lépine-Blondeau a fait preuve d'une grande transparence sur deux plans : sa condition présente et son triste passé. Elle ne s'est pas gênée pour dire que deux choses la faisaient titiller lors des galas : des artistes qui improvisent lorsque vient le temps de s'adresser au public et ceux qui se présentent au micro émoustillés. Or, elle a avoué qu'elle n'avait pas répondu à ses propres attentes dans les deux cas. Évidemment, cette déclaration a fait rire la galerie, mais pour ma part, ce qui m'a touché le plus a été quand elle a mentionné son impopularité dans son milieu au cours de sa jeunesse.

Sa transparence nous a permis de la voir différente de ce que ses rôles et son assurance qu'elle y dégage nous laissent croire, c'est-à-dire comme une femme au-dessus de ses affaires. Or, candidement, elle nous a partagé une tranche de sa vie qui nous amène non seulement à l'apprécier pour son talent, mais aussi pour son authenticité et son humilité. De telles déclarations s'écartent du politiquement correct où plusieurs artistes veulent uniquement se faire voir sous leur plus beau jour. Par leur transparence et leur candeur, les propos de Magalie ont été si percutants qu'ils ont traversé l'écran et nous ont rendus sensibles à son vécu.

Un Dave Morissette authentique

Dave Morissette n'a pas laissé, lui non plus, personne indifférent. Il n'est pas étonnant qu'il ait gagné la faveur populaire dans sa catégorie, car il incarne une valeur chère à la génération « X » : l'authenticité. On le voyait par les taquineries qu'il a lancées à son mentor et son ami Michel Bergeron que l'on surnomme amicalement « Bergy ». Par ailleurs, il a affirmé que ce que nous voyons de lui à la télé est ce qu'il est dans la vie privée. Il n'est pas une personne à l'écran et une autre dans son entourage. Dave n'incarne pas un personnage, il est ce qu'il est, et c'est, à mon avis, ce qui a incité des Québécois à voter pour lui. Par son authenticité, Dave a réussi à démolir le préjugé populaire selon lequel les artistes doivent jouer un rôle pour être appréciés.

Un Charles inclusif

De son côté, Charles Lafortune nous a rejoints droit au cœur lorsqu'il a mentionné que les Québécois avaient fait preuve d'ouverture à la diversité. Il a fait référence, d'abord, lors de sa première parution, au fait que les Québécois avaient choisi Yama, la semaine dernière, une Haïtienne d'origine, comme étant la voix du Québec. Plus tard, dans sa deuxième allocution, il est allé plus loin en faisant allusion à son fils et à tous ceux qui sont différents. Il nous a invités à nous intéresser à ceux qui ne sont pas comme tout le monde et à les faire sentir importants. Dans un monde où les artistes se montrent autosuffisants, Charles nous a sensibilisés sur le fait que l'inclusion est une valeur importante qui fait du bien à ceux qui se sentent incompris ou laissés pour compte.

D'autres artistes inspirants

Ces trois artistes ne sont pas les seuls à avoir incarné des valeurs qui nous rejoignent. Guy Jodoin a pris le temps de manifester son appréciation pour sa conjointe. Ses propos laissaient entendre clairement qu'il ne voulait pas prendre pour acquis le privilège qu'il avait de vivre à ses côtés. Quant à Charles Tisseyre, en matière de souci de l'environnement, il a su mettre en évidence le décalage qui persiste entre le discours des Québécois et leur mode de vie.

D'autres artistes ont exprimé le fond de leur pensée et les valeurs qui les transportent. En cette occasion du gala, nous avons été enrichis par des artistes de cœur qui avaient envie de nous partager franchement un peu d'eux-mêmes. Si nous avons été si touchés par leurs propos et leur attitude, c'est parce qu'ils ont su respecter le public et être généreux de leur personne.

Cette année, le Gala Artis s'est démarqué non seulement par des figures charmantes, mais également par des propos inspirants. Bravo à ces artistes qui n'ont pas tenu pour acquis que leur talent et leur charisme étaient suffisants pour percer l'écran. Ils ont compris que ce qui nous connecte à eux, c'est une expression authentique, transparente et inclusive de leur cœur.