LES BLOGUES
30/08/2016 10:20 EDT | Actualisé 31/08/2016 11:29 EDT

Lettre à Marie-Ève qui perdra son emploi à cause d'Alexandre Taillefer

J'ai lu la lettre que ton patron a publiée et qui annonce que ton emploi sera supprimé à cause d'Alexandre Taillefert, de l'IRIS et des syndicats. C'est une bien mauvaise nouvelle pour toi, mais j'aimerais prendre un peu de temps pour remettre le tout dans son contexte.

Salut Marie-Ève,

J'ai lu la lettre que ton patron a publiée sur les blogues du Huffington Post Québec et qui annonce que ton emploi sera supprimé à cause d'Alexandre Taillefer, de l'IRIS et des syndicats. C'est une bien mauvaise nouvelle pour toi, mais j'aimerais prendre un peu de temps pour remettre le tout dans son contexte.

Je dois premièrement t'informer que malgré ton patron qui « t'adore » et que vous ayez « vécu tant de choses ensemble dans ce milieu exigeant et ingrat », cela cache une réalité un peu triste. Ton patron ne t'aime pas vraiment et je vais t'expliquer pourquoi.

Ce qu'il te dit ouvertement dans sa lettre, c'est qu'il compte sur ta précarité pour survivre. Sous sa gouverne, tu es obligée de travailler sous le seuil de la pauvreté, sinon il devra se passer de toi et te remplacer par une machine. Tu as le choix entre travailler à réaliser ses rêves dans ta pauvreté et ton stress, ou bien ne plus avoir d'emploi du tout. C'est une menace passive-agressive. Avec des amis comme ça, pas besoin d'Alexandre Taillefer...

Ton patron est malade et il ne le sait pas, obnubilé par son rêve de bien vivre au détriment des autres comme toi. Il est même prêt au chantage émotif et économique pour que tu te battes à ses côtés afin d'empêcher que tu aies accès à un salaire décent et une qualité de vie digne d'un travailleur.

Je te conseille vivement de commencer immédiatement à te chercher un nouvel emploi dans une entreprise qui a les reins un peu plus solides. Si ce n'est pas l'augmentation du salaire minimum qui aura ta peau dans ce restaurant, ce sera à cause de la compétition féroce dans ce secteur, une hausse des prix des denrées en raison des changements climatiques ou quand ton patron achètera quand même le « bidule électronique » pour te remplacer, lorsque cette technologie coûtera un peu moins cher dans quelques années. Ton emploi, il est déjà condamné. Le restaurent dans lequel tu travailles l'est également s'il n'est pas capable de survivre sans la précarité des autres.

Ce n'est pas seulement ton patron qui compte sur ta pauvreté pour maintenir son train de vie, c'est l'ensemble de cette société malade.

J'espère également qu'avec ce débat sur l'augmentation du salaire minimum, tu prends conscience du mépris de la population, en général, envers les travailleurs et travailleuses au salaire minimum. Promène-toi sur les réseaux sociaux et regarde comment bien des gens sont soudainement devenus des maîtres de l'économie et t'annonceront que l'amélioration de ton salaire est le début de la chute de cette civilisation. Certains te le diront même avec une étonnante franchise : «Tu n'es qu'une serveuse, ce n'est pas supposé être un métier très bien payé». Tu n'avais qu'à devenir ingénieure ou astronaute, si ton but était de faire de l'argent en travaillant!

Non seulement tu devras continuer de les servir pour le restant de tes jours, mais ils tiennent mordicus à ce que ton niveau de vie soit inférieur aux leurs puisqu'ils ne veulent pas débourser quelques sous de plus par repas. Ce n'est pas seulement ton patron qui compte sur ta pauvreté pour maintenir son train de vie, c'est l'ensemble de cette société malade qui est incapable d'imaginer tout autre système économique que celui en place.

Savais-tu que la ville de Seattle a adopté le salaire minimum à 15 $ de l'heure en avril 2015? Savais-tu que les patrons ont répété exactement les mêmes arguments réchauffés que le tien? La mesure est graduelle et prendra pleinement effet en 2018, mais jusqu'à présent, il n'y a absolument rien qui prouve les dires de la partie patronale. Il n'y a pas d'inflation des prix due à ces augmentations du salaire minimum.

Il en pleut des études sur l'augmentation du salaire minimum partout dans le monde et elles disent presque toutes la même chose : des impacts très limités sur l'augmentation des prix et des impacts très limités sur le licenciement des employés. Je ne te mentirai pas en disant qu'il est impossible que tu perdes ton emploi. Je serai cependant toujours en faveur d'une mesure qui améliore le sort de 95 % des travailleurs à faible revenu. S'arrêter sur quelques cas individuels est improductif. Si ton patron n'a pas la marge de manœuvre pour supporter ces augmentions de salaire, les grandes compagnies qui sont les principaux employeurs au salaire minimum le peuvent, elles. C'est ça le capitalisme, les gros poissons mangent les plus petits.

D'autres solutions à ces problèmes existent, comme la Finlande qui testera le revenu minimum garantie pour donner le choix de travailler ou non. Voilà un pays audacieux qui n'a pas peur d'évoluer! Nous sommes bien loin de pouvoir tenir un tel débat au Québec, mais les bonnes idées finissent toujours par trouver le chemin pour se concrétiser.

La très grande majorité des emplois disponibles dans la société n'existaient pas il y a 100 ans, et c'est fort probable que l'histoire se répétera de nouveau.

Je t'invite également à lire un de mes anciens billets qui parle de la robotisation des emplois. Nous sommes presque tous touchés par cette réalité. La plupart de nos emplois sont appelés à disparaître dans un proche avenir pour être remplacés par une machine qui fera un meilleur travail que nous, à moindre coût et qui ne risque pas de faire une dépression à tout moment parce que la pression est trop forte d'être souriant tout en étant constamment stressé par les factures à la fin du mois.

Et c'est quelque chose que tu devrais célébrer, et non pas en avoir peur, malgré les difficultés à court terme que cela t'occasionnera. La très grande majorité des emplois disponibles dans la société n'existaient pas il y a 100 ans, et c'est fort probable que l'histoire se répétera de nouveau. Puisque tu es bien placée pour savoir à quel point ces emplois au salaire minimum sont souvent ingrats, ne serais-tu pas d'accord pour dire que ces emplois ne représenteront pas une perte pour l'humanité lorsqu'ils disparaîtront?

Bonne chance dans ta recherche d'emploi et je te souhaite d'en trouver un meilleur que celui que tu as présentement. Je termine en te donnant une citation qui serait attribuée au comédien américain Chris Rock. Qu'elle provienne de lui ou pas, cela ne change rien et c'est criant de vérité :

« Vous savez ce que votre patron vous dit lorsqu'il vous engage au salaire minimum? J'aimerais bien te payer moins cher, mais c'est malheureusement contre la loi. »

LIRE AUSSI SUR LES BLOGUES

>Je dois te congédier parce qu'Alexandre Taillefer, les syndicats et l'IRIS ont gagné - David Chabot

>Le salaire minimum ou l'arrogance des riches - Manon Massé

>Salaire minimum à 15$: une fausse bonne idée - Jasmin Guénette

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo 5 conseils pour négocier son salaire Voyez les images