NOUVELLES
28/10/2019 09:25 EDT | Actualisé 28/10/2019 09:25 EDT

Le vaisseau spatial top secret X-37B a atterri après un record de 780 jours en orbite

Ce temps de vol, c’est un peu la seule certitude qu’on a autour de cet engin mystérieux

U.S. Air Force
Le vaisseau spatial top secret X-37B a enfin atterri

Après avoir passé 780 jours en orbite, le vaisseau spatial top secret X-37B a enfin atterri ce 27 octobre. La petite navette spatiale a battu le record de longévité sans se poser pour un avion militaire américain... qu’elle avait elle-même établi en 2017.

Ce temps de vol, c’est un peu la seule certitude qu’on a autour de cet engin mystérieux, comme vous pouvez le découvrir dans la vidéo ci-dessous. Dans un communiqué, l’Armée de l’air des États-Unis s’est félicitée du retour de X-37B, le résultat “d’un partenariat innovant entre le gouvernement et l’industrie”.


Le dernier décollage de X-37B remonte au 7 septembre 2017, quatre mois après avoir fini un séjour de 708 jours en orbite. Cette cinquième mission qui vient de se terminer était aussi mystérieuse que les précédentes. La navette est censée servir de “démonstrateur de technologie spatiale et de plateforme pour des chargements expérimentaux”. Notamment un dissipateur thermique spécialement adapté à l’espace.

Mais rien n’est tout à fait clair dans la navette X-37B. Créée en 1999 par Boeing sur une commande de la NASA, pour un premier lancement en 2002, le vaisseau sans pilote est aux dimensions d’un gros jouet: 8 mètres de long seulement, contre 37 pour une navette classique comme Columbia. Équipée de technologies de pointe, elle est qualifiée de “véhicule de test orbital” pavant la voie pour de futures navettes grandeur nature. 

Larguée d’abord par avion orbital, aujourd’hui par une fusée Falcon, elle est capable de revenir se poser au sol... ce qu’elle a déjà fait durant les quatre précédents vols, eux aussi de longue durée. Car l’histoire de X37-B ne se résume pas à cette dernière prouesse, même si les informations sur les missions précédentes sont rares.

Programme classifié

En 2004 en effet, la NASA a cédé la direction du programme au ministère de la Défense américain en raison de coupes budgétaires... L’armée, quatre ans plus tard, classifiait le projet, ne donnant depuis que des informations au compte-gouttes sur la navette.

On connaît tout de même une partie des technologies expérimentales embarquées: X-37B est ainsi propulsée par un moteur fonctionnant au xénon ionisé, une innovation qui, s’il ne fournit pas une poussée très puissante, permet de rester en orbite basse en dépensant très peu d’énergie...ce qui expliquerait notamment la longueur des missions en vol. 

Mais le secret excite les curiosités, et fait naître les théories. Le ministère de la Défense refuse de rendre public le budget du programme, qui donnerait une indication sur la nature des recherches entreprises. De même, les informations sur le chemin orbital de la navette sont gardées secrètes, ce qui a le don d’irriter les pays soucieux de protéger les secrets que pourraient héberger leur territoire, peut-être situé 300 kilomètres seulement sous l’oeil d’une navette ultra-secrète et ultramoderne.

Théories folles

Si ce silence obstiné s’explique par la nature même des technologies embarquées, il est le terreau de toutes les interprétations. Chasseur de satellites? Brouilleur de communications? Espion envoyé au-dessus des terrains sensibles, comme la Corée du Nord ou le Moyen-Orient? La nature fantaisiste de certaines théories a été démontrée, comme l’éventualité d’un bombardier orbital, mais d’autres ne peuvent être totalement écartées.

L’explication la plus probable, et sans doute la moins excitante, est que X-37B est bel et bien un véhicule de test pour de futures navettes...mais pas seulement. Les technologies éprouvées à bord ne serviront pas qu’au programme spatial civil américain, mais aussi à fournir des innovations dans le domaine militaire: la retenue du ministère de la Défense sur le sujet en est une preuve supplémentaire.

Ce texte a été publié originalement dans le HuffPost France.

À voir également: