Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Martinique sur la go!

Plages paradisiaques, baignade avec les tortues, randonnées en montagne, surf et rhum sont au programme.

En quête d’un eldorado ensoleillé quasiment dépourvu de tout-inclus? Direction la Martinique, de plus en plus prisée des Québécois, mais aussi des jeunes voyageurs. Tour d’horizon des meilleurs (et moins bons) plans de l’île aux fleurs.

DE SUBLIMES RANDONNÉES

Montagne Pelée

L’ascension de la montagne Pelée, un volcan actif de 1397 mètres d’altitude, est un incontournable. Il s’agit sans aucun doute de la plus belle randonnée (et aussi la plus exigeante) de la Martinique. La flore est complètement hallucinante, différente de tout ce que vous avez déjà vu. Seuls les plus braves accèdent au sommet, surnommé le Chinois. Il ne faut pas avoir le vertige.

Presqu’île de la Caravelle

Un saut dans cette réserve naturelle située sur la côte atlantique s’impose. On y trouve deux sentiers, dont le «Grand sentier», le plus beau, au cours duquel on croise notamment un vieux fort, des falaises, plusieurs espèces d’oiseaux, des sources thermales pétrifiées, une mangrove puis des plages calmes. Arrêtez-vous ensuite dans la ville de Tartane - sur le chemin - pour profiter des derniers rayons.

Grande Rivière - Anse Couleuvre

Au nord de l’île se trouve le sentier de randonnée le plus sauvage de l’île. Parcourez 14 kilomètres de jungle et de plages au sable noir, sans croiser ni habitations ni voitures. La paix, la sainte paix. Le seul hic, c’est qu’il faut prévoir un transport de l’autre côté du trajet (taxi ou bateau de pêcheur), comme il n’y a pas de route qui rejoint les deux points.

Savane des Pétrifications

Pas envie de vous mêler aux touristes de la populaire plage de l’anse des Salines, direction la Savane des Pétrifications, où on longe la côte dans une zone quasi désertique peuplée de cactus. On y trouve parmi les plus belles plages de l’île à l’anse Trabaud et l’anse aux Prunes.

TOUR DE BÂTEAU ÉCOLO

Vous n’êtes pas trop fan des catamarans pleins à craquer dont les haut-parleurs crachent du Sean Paul, vous non plus? Explorez plutôt les eaux turquoises en voilier en petit comité avec l’équipage sympathique de Dénébola. Découvrez ainsi les îles du Robert ainsi que leurs iguanes, récifs coralliens et plages de sable blanc. Puis, manoeuvrez le voilier avant de partager un Planteur - cocktail à base de rhum et de jus de fruits - avec le ou la capitaine qui regorge de bonnes histoires sur la Martinique et qui mise sur l’écotourisme tout au long de la balade. Pour 25 euros supplémentaires, dégustez un véritable festin créole.

SURF À L’ANSE BONNEVILLE

Envie de vous dégourdir un peu? Affrontez les vagues de l’anse Bonneville. S’y trouvent quatre écoles de surf (Blizz, Itacaré, Moana Surf School et Surf Up) où vous pouvez demander pour un cours ou simplement louer une planche et une combinaison. Il y a des vagues de toutes les hauteurs selon votre niveau d’agilité.

UNE RHUMERIE SAUVAGE

La Martinique est notamment connue pour son rhum agricole (produit par fermentation et distillation du jus de la canne à sucre, le vesou). Plusieurs distilleries valent donc une petite visite. Si tout le monde vante les mérites de l’Habitation Clément - où Georges Bush père est allé à l’issue de la guerre du Golf - avec son musée du rhum et son jardin rempli d’oeuvres contemporaines, on conseille vivement une visite à la distillerie JM, au nord de l’île. Moins bondée de touristes, plus moderne, et surtout plus sauvage, au coeur d’une jungle luxuriante. Le cadre est magnifique, la visite intéressante et les rhums divins.

NAGER AVEC LES TORTUES

Vous avez vu poissons et coraux à maintes reprises, mais avez-vous déjà fait trempette avec des tortues de mer? Si non, plongez dans les Anses-d’Arlets, au sud de l’île, où plusieurs d’entre elles nagent tranquillement dans les fonds blancs. Le genre d’expérience qui ne s’oublie pas.

VOTRE PLAGE PRIVÉE

Envie d’avoir un carré de sable bordé d’eau turquoise (presque) juste à vous? Direction la plage de Cap Macré. L’accès en voiture est difficile, mais le jeu en vaut la chandelle.

SORTIR LE SOIR

Les boîtes de nuit, parfois appelées «zouks» en Martinique, se font rares sur l’île aux fleurs. Il y a néanmoins quelques endroits de prédilection pour les fêtards à l’extérieur de la capitale Fort-de-France.

La Dunette (Saint-Anne)

Cet hôtel-bar-restaurant sur le bord de l’eau à aire ouverte (comme tous les restos de bord de mer) est souvent bien achalandé, et festif. Assoyez-vous avec une Lorraine, la bière locale, dans les sections lounge, ou profitez d’un repas sur le quai. Le week-end, le niveau de décibels monte aussi vite que le service ralentit.

Grande anse d’Arlet

On y va pour observer les tortues, mais aussi pour y faire la fête. La plage est bordée d’adresses festives. Une tournée des bars s’impose.

Sainte-Luce

En sortant de la distillerie Trois Rivières, direction la commune de Sainte-Luce où on y trouve de sympathiques restaurants et bars sur le bord de l’eau. On s’arrête à la Baraqu’Obama pour déguster du lambi et de la langouste grillés, puis on s’arrête au Fab’licious (oui, malgré le nom) pour danser avec un joyeux collectif de touristes et locaux sur de la musique locale en sirotant un ti-punch.

NOS 5 PLAGES FAVORITES

  • Plage des Salines
  • Plage du Cap Macré
  • Plage de Gros Raisin
  • Plage Petite Anse
  • Plage de l’Anse Mabouya

LES PLATS LOCAUX À GOÛTER

  • Les acras de morue et de légumes
  • Le colombo (un curry légèrement épicé)
  • Le lambi (mollusque tendre)
  • La fricassée chatrou (un ragoût de pieuvre)
  • Le poulet boucané
  • La christophine (rencontre entre la pomme de terre et la courgette. On la mange souvent en gratin)
  • Le blanc-manger coco (un flanc à la noix de coco)

À ÉVITER

L’Anse Dufour

Vantée par les guides touristiques, cette anse miniature est surabondée de touristes en tout temps. Difficile d’y trouver un coin de sable libre, et pire, d’y stationner sa voiture dans la très étroite route qui mène jusqu’à la plage. Casse-tête assuré pour se rendre ET en sortir.

Les arbres marqués en rouge

Ne touchez jamais aux Mancenilliers, ces arbres situés en bordure de mer et généralement marqués d’un trait rouge. Bien qu’ils soient garnis de feuilles et de fruits attrayants, leur sève est toxique et peut causer des brûlures au deuxième degré. Très mauvaise idée de s’y réfugier dessous lorsqu’il pleut.

VOUS POUVEZ AUSSI PASSER DEVANT…

Diamant

Bien qu’on y trouve une charmante commune avec quelques commerces, Diamant n’est, selon nous, pas un arrêt obligatoire. La plage de sable blanc a beau être la plus longue de la Martinique (4 km), elle est souvent avalée par les vagues bagarreuses. Il y a néanmoins une histoire intéressante : celle du rocher éponyme à deux kilomètres au large. Une centaine d’Anglais s’y étaient réfugiés au début du XIXe siècle avec des canons pour tenter de prendre l’île aux Français. Ils ont capitulé quelques jours plus tard. (Pas besoin de voir le rocher pour saisir l’histoire).

Saint-Pierre

Vous vous demandez quoi faire après la montée de la montagne Pelée? Passez par la ville de Saint-Pierre. Autrement, le détour au nord ne vaut pas vraiment la peine. Autrefois considérée comme le centre commercial de la Martinique, la commune a été complètement détruite par une éruption volcanique en mai 1902, faisant 30 000 morts. Aujourd’hui reconstruite, elle compte encore quelques ruines que vous pouvez découvrir en déambulant les rues. Il y a sinon un mini musée moderne (payant) ouvert depuis le printemps 2019 recensant l’histoire de la catastrophe volcanique.

INFOS PRATIQUES

  • Vous n’avez pas vraiment besoin d’argent liquide, à moins de vouloir vous acheter un jus frais sur le bord de la route. Tous les commerces acceptent la carte de crédit.
  • Traînez votre chasse-moustiques sur la plage. Ils sont voraces au coucher du soleil.
  • Emmenez un parasol dans vos valises. L’ombre se fait rare sur plusieurs plages populaires.
  • Emmenez aussi masque, palmes et tuba si vous voulez nager avec les tortues de mer.
  • Louez une voiture à tout prix pour vous déplacer sur l’île. Le transport en commun est déficient. Les routes sont majoritairement sinueuses par contre. Conducteurs du dimanche, s’abstenir.
  • Engagez la conversation avec les Martiniquais. Ils sont super sympathiques (contrairement à certains Parisiens).

* Ce voyage n’a pas été commandité d’une quelconque façon. Il a été entièrement couvert à nos frais.

15 articles essentiels et cool pour partir en randonnée
Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.