POLITIQUE
29/09/2020 07:25 EDT

Le tout premier vote électronique aux Communes ne s'est pas passé comme prévu

Des délais, des enfants et des animaux ont ponctué ce vote.

Sean Kilpatrick/La Presse canadienne
Seulement quelques dizaines d’élus étaient présents pour se prononcer en personne, dont Chrystia Freeland.

OTTAWA — Les députés fédéraux ont complété lundi soir leur tout premier vote à distance à la Chambre des communes, une occasion historique qui a été marquée par de nombreux pépins techniques, de longs délais et de brèves apparitions de certains de leurs enfants et même d’un animal de compagnie.

Le vote portait sur un sous-amendement du Bloc québécois en lien avec un amendement proposé par le Parti conservateur pour le discours du Trône de la semaine dernière, une question de routine qui aurait normalement pris 15 minutes.

Il a été battu par 293 voix contre 33 — avec l’aide d’un député bloquiste qui a accidentellement voté contre la proposition de son propre parti «à cause de toute la confusion» de la vidéoconférence.

Il aura fallu près de deux heures pour en arriver à ce résultat.

D’entrée de jeu, une défaillance du système de Microsoft a repoussé la tenue du vote d’environ 40 minutes.

Seulement quelques dizaines d’élus étaient présents pour se prononcer en personne et les autres se sont joints à eux par vidéoconférence lors d’un vote très lent par appel nominal.

Le président des Communes, Anthony Rota, a dû rappeler à plusieurs reprises aux députés de réactiver le son de leurs microphones et d’énoncer lentement la déclaration «Je vote pour (ou contre) la motion» afin de donner à leurs caméras d’ordinateur le temps de s’activer et de permettre aux agents de la table des Communes d’enregistrer chaque vote et puissent vérifier visuellement qui votait.

Il a également dû leur rappeler de couper le son de leurs micros dès qu’ils avaient fini de voter, notant que «tout mouvement comme embrasser vos enfants active le micro et la caméra vient sur vous».

Et en effet, le mauvais visage d’un député est apparu à plusieurs reprises sur l’écran vidéo lorsque quelqu’un exprimait son vote. De nombreux députés ont dû essayer plusieurs fois avant que leurs votes ne soient correctement enregistrés.

Quelques députés semblaient s’occuper de leurs enfants en même temps que voter.

Le vote du député libéral Nathaniel Erskine-Smith contre le sous-amendement du Bloc a été ponctué par le cri d’un bébé dans le berceau derrière lui, provoquant le rire des députés de la chambre.

Le tout-petit d’un député conservateur était assis à côté de lui alors qu’il votait. Et la députée conservatrice Michelle Rempel Garner a tenu un chien sur ses genoux, agitant sa patte à la caméra pendant qu’elle votait.

Plusieurs députés n’ont pas pu se connecter à la séance vidéo et ont dû enregistrer leurs votes séparément lors d’appels aux officiers de la table des Communes. Malgré cela, le vote de la députée verte Jenica Atwin n’a pas été enregistré, ce qu’Anthony Rota a promis d’examiner.

Le député libéral Emmanuel Dubourg a d’abord déclaré qu’il votait pour la motion, mais s’est immédiatement corrigé pour dire qu’il était contre.

Xavier Barsalou-Duval, le premier député du Bloc à voter par voie électronique, a suscité beaucoup de joie à la Chambre des communes lorsqu’il a déclaré qu’il votait également contre la motion. Cependant, il n’a pas immédiatement corrigé son erreur et sa tentative ultérieure de changer son vote par un oui a été rejetée.

Quand ce fut enfin terminé, le whip conservateur Blake Richards a noté qu’un certain nombre de députés masculins avaient voté sans porter de vestes tandis que d’autres semblaient avoir des «accessoires» en vue à l’écran, en violation des règles du décorum qui prévalent à la Chambre des communes. Il a également noté que certains députés avaient publié sur les réseaux sociaux des photos d’eux-mêmes votant virtuellement pour la première fois.

Anthony Rota a rappelé aux députés que le contexte derrière eux lorsqu’ils votent doit pratiquement être «aussi neutre que possible», sans accessoires ou quoi que ce soit qui «promeut une certaine idéologie». Les députés masculins doivent porter une veste et Anthony Rota les a encouragés à porter également une cravate.

Pour ce qui est de prendre des photos des procédures virtuelles, Anthony Rota a déclaré: «Je sais qu’ils sont excités et que c’est une soirée historique et qu’ils veulent prendre une photo, mais ils ne devraient pas prendre de photos et les publier sur le Web. C’est contraire aux règles. »

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!