POLITIQUE
15/09/2020 10:38 EDT | Actualisé 15/09/2020 10:43 EDT

La situation au Bloc québécois donne des munitions au vote à distance

Par le passé, les conservateurs se sont opposés au vote à distance.

Blair Gable / reuters
Le leader parlementaire des libéraux, Pablo Rodriguez. (photo d'archives)

OTTAWA — Le leader parlementaire du gouvernement Trudeau saisit la mésaventure des députés bloquistes pour s’en faire des munitions contre les conservateurs.

Lundi, Yves-François Blanchet et la presque totalité de ses députés se sont mis en isolement parce qu’un employé bloquiste présent à leur réunion de caucus à Saint-Hyacinthe la semaine dernière est atteint de la COVID-19.

Or, les leaders parlementaires aux Communes négocient en ce moment la manière de reprendre les travaux la semaine prochaine. Libéraux, néo-démocrates et bloquistes sont d’accord pour que la majorité des députés participent aux séances de la Chambre en visioconférence et puissent aussi voter à distance.

Par le passé, les conservateurs se sont opposés au vote à distance. Leur nouveau leader parlementaire Gérard Deltell refuse maintenant tout commentaire sur le sujet, alors que les discussions entre leaders se poursuivent.

“Le fait que (...) les députés du Bloc québécois doivent s’isoler de façon responsable, c’est un exemple de ce qu’est une démocratie en temps de pandémie”, a fait valoir Pablo Rodriguez à son arrivée mardi matin à la deuxième journée d’une retraite du conseil des ministres à Ottawa.

“Est-ce que parce que les députés du Bloc respectent les consignes (...), ils ne (pourraient) pas voter, (...) c’est normal?”, a lancé M. Rodriguez.

Il a dit faire appel “en particulier aux conservateurs”. “Un député doit pouvoir voter pas parce qu’il est en Chambre, pas parce que le whip a décidé qu’il serait là, mais parce qu’il a été élu par le peuple”, a-t-il poursuivi.

M. Rodriguez estime qu’un vote à distance serait possible dès les premières minutes aux Communes, après la lecture du discours du Trône du 23 septembre. Une application de vote à distance a été développée par la Chambre des communes ce printemps. Elle doit être testée “pendant une courte période”, mais en attendant, M. Rodriguez propose aux élus de “voter par zoom” comme l’a fait la législature de Colombie-Britannique.