NOUVELLES
19/06/2019 14:53 EDT

Vol MH17: quatre personnes accusées de meurtre

L'écrasement du vol de Malaysia Airlines avait fait 298 morts en 2014.

NIEUWEGEIN, Pays-Bas — Quatre personnes, dont un important commandant séparatiste de l’est de l’Ukraine, ont été accusées de meurtre mercredi en lien avec l’écrasement du vol MH17 de Malaysia Airlines, abattu au-dessus de l’Ukraine en 2014. L’incident a fait 298 morts.

Une équipe d’enquêteurs internationaux a annoncé les accusations, affirmant que le procès débuterait en mars 2020 devant le tribunal de district de La Haye, dans une salle d’audience hautement sécurisée près de l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol.

L’équipe a déclaré que même si les quatre n’avaient peut-être pas appuyé sur le bouton pour lancer le missile ayant abattu l’avion, ils avaient été impliqués dans les préparatifs, ce qui suffit pour les accuser.

L’un des suspects, le Russe Igor Girkin, qui dirigeait les forces séparatistes à Donetsk en 2014, a rejeté les accusations.

Les «insurgés n’ont pas abattu le Boeing», a-t-il déclaré dans un entretien téléphonique avec l’Associated Press, mercredi.

 

Igor Girkin a depuis été démis de ses fonctions et vit désormais à Moscou. Les trois autres personnes accusées sont Sergey Dubinskiy et Oleg Pulatov, tous deux de nationalité russe, et Leonid Kharchenko, de nationalité ukrainienne.

Interrogé sur les accusations, un autre ressortissant russe, Alexander Borodai, chef des rebelles dans la région de Donetsk en Ukraine en 2014, a déclaré à l’AP qu’il «savait» qu’il était «faux» de croire que les séparatistes étaient derrière l’écrasement. M. Borodai vit maintenant à Moscou.

L’équipe d’enquêteurs a en outre montré du doigt les autorités russes et elles ont appelé à une coopération accrue de la part du gouvernement.

Les enquêteurs ont ajouté qu’ils n’ont pas demandé l’extradition de ces quatre personnes, car la Constitution russe l’interdit.

Cependant, le procureur Fred Westerbeke a déclaré «à court terme, nous demanderons à la Russie de remettre la convocation aux suspects».