POLITIQUE
19/12/2019 09:29 EST | Actualisé 19/12/2019 09:31 EST

Québec mettra en place un plan d’action contre la violence conjugale

La ministre responsable de la Condition féminine, Isabelle Charest, coordonnera le tout.

Carlos Osorio / Reuters
François Legault a annoncé que plusieurs ministères collaboreront pour mettre en place le plan d'action contre la violence conjugale. (Photo d'archives)

QUÉBEC — Le premier ministre François Legault se dit préoccupé par la violence faite aux femmes, qu’elle soit physique ou psychologique.

Mercredi, à sa sortie du conseil des ministres, il a annoncé avoir confié à sa ministre responsable de la Condition féminine, Isabelle Charest, le mandat de coordonner un plan d’action contre la violence conjugale.

Son intervention survient dans la foulée du triple meurtre suivi d’un suicide survenu à Pointe-aux-Trembles, le 10 décembre.

Ça me préoccupe beaucoup ce qui est arrivé dernièrement dans les cas de violence conjugale, il y en a beaucoup trop. Je veux qu’on agisse.François Legault

Plusieurs ministères seront mis à contribution, dont ceux de la Sécurité publique, de la Santé et de la Famille, a souligné M. Legault.   

«Je pense qu’on ne s’en sortira pas sans ajouter des ressources», a-t-il ajouté, sans toutefois donner de détails.

Par ailleurs, le premier ministre a encouragé les victimes de cyberintimidation à porter plainte à la police. Dans ce dossier également, il demande à Mme Charest de préparer «des actions».

Il a déploré que des députés, dont lui, se fassent enguirlander parfois de manière très violente sur internet par des électeurs désabusés.

«Ça devrait être tolérance zéro, donc s’il y a des députés qui sont attaqués sur les médias sociaux, faites des plaintes à la police!» a-t-il dit, en ajoutant souhaiter placer les intimidateurs «sur la défensive».

M. Legault réagissait aux signalements faits dans les derniers jours par deux députées de l’Assemblée nationale, Christine Labrie de Québec solidaire (QS) et Nathalie Roy de la Coalition avenir Québec (CAQ). 

Toutes deux se sont dites victimes de messages haineux sur les réseaux sociaux.

Mme Roy, qui est également ministre de la Culture et des Communications, a fait appel à la police à la suite de la publication d’une vidéo virale de la députée de QS Catherine Dorion, dans laquelle la ministre semblait ne pas répondre directement à des questions.

M. Legault a invité Mme Dorion, mercredi, à présenter des excuses à la ministre.

«Elle a fait une vidéo qui ne montrait pas les vraies réponses, ou toutes les réponses de Nathalie Roy. Elle a laissé entendre que Nathalie Roy n’avait pas répondu à certaines questions, alors que Nathalie Roy avait répondu», a-t-il indiqué.

«Je pense que ce n’est pas correct. Je pense que Catherine Dorion devrait tout simplement s’excuser, puis tourner la page», a-t-il ajouté.

À voir: Christine Labrie expose les insultes que ses collègues et elle reçoivent