Vivre

Prendre du plaisir à une vie plus minimaliste

Écoeurés de trop consommer, d'entasser, de jeter? Voici des pistes qui pourraient vous aider à rendre votre vie à la fois plus minimaliste et plus respectueuse.

Les mots «écoresposable» et «durabilité» vous collent des crises d’angoisse, ou terme plus tendance vous rendent écoanxieux?

Nous avons interviewé les deux autrices de l’ouvrage «Minimal, pour un mode de vie plus durable», en librairie depuis le 16 octobre. Laurie Barrette et Stéphanie Mandréa, derrière le blogue et compte Instagram Dans le sac, nous partagent leurs trucs et astuces pour consommer moins, mais mieux; bien recycler pour donner une seconde vie aux vêtements ou objets de déco; ou encore se mettre à la fabrication de cosmétiques et déos.

Sans forcément se transformer en fervent militant du zéro déchet, voici des astuces simples et concrètes pour accéder à un mode de vie plus respectueux et en s’amusant. Pas plate du tout!

Pas question de culpabiliser, mais de proposer

«Le déclic est venu pour nous il y a 5 ans à la lecture de Zéro déchet de Béa Johnson, Française installée aux États-Unis, qui avec sa famille a réussi réussi à limiter ses déchets à moins de 1 kg par an! Puis on a lancé notre blogue, puis notre compte Instagram suivi par 60 000 personnes. On nous posait tant de questions sur comment procéder pour accéder à un mode de vie plus respectueux», expliquent les autrices.

Celles qui ne se revendiquent pas être Zéro déchet, mais qui assurent faire du mieux qu’elles peuvent au quotidien, aspirent à partager leur fun.

Semer la graine de la durabilité dans les esprits est leur credo.

«En commençant par revoir notre façon de consommer. Exemple pour les vêtements, secteur des plus polluants, on a revu complètement nos habitudes. Pourquoi coller aux tendances? Les modèles plus intemporels perdurent dans le temps. On se procure des vêtements seconde main, on échange via le Shwap Club notamment, super initiative montréalaise. On en prend soin de nos vêtements! Il y a des astuces simples comme ne pas utiliser trop de détergent, c’est une erreur. Ne pas trop laver non plus nos habits. Fini la sécheuse qui les use plus rapidement. Voyez, ce n’est pas compliqué.»

Pas compliqué en effet, cela se corse (un peu plus) si on s’attaque à la fabrication de nos propres cosmétiques, rayon des plus polluants également. Rien n’est impossible. Déo, crème pour le corps, pour le visage, les jeunes femmes proposent des recettes maison, à tester. Chaque corps réagissant différemment, il faut faire des tests.

Recette de baume à lèvres (pour 5 tubes)

- 4 g de cire d’abeille

- 5 g d’huile de coco

- 3 g de beurre de karité

- 8 g d’huile d’amande douce

Pesez les et mélangez les ingrédients dans un récipient.

Faites fondre le mélange dans un bain-marie jusqu’à ce que la cire soit complètement incorporée aux autres ingrédients.

Ajoutez les huiles essentielles (facultatif).

Versez le mélange dans les tubes.

«Avec l’habitude on a plus vite fait de fabriquer un déo que de se rendre à la pharmacie pour en acheter!».

Désencombrer!

«Mieux choisir ce qu’on laisse entrer chez nous. Pour bien ancrer une habitude, il est préférable d’y aller petit à petit en suivant son rythme.»

Parmi les piliers fondateurs du Zéro déchet, il y a: réduire, réutiliser, recycler. Et cela s’applique aussi bien en mode qu’en déco, beauté et autres domaines du quotidien. C’est même quasi plus simple quant il s’agit de décorer notre intérieur. Articles de qualité et d’occasion, encore une fois, sont pressentis. Il sera question de se jeter à l’eau et de fabriquer soi-même, telles que des chandelles.

«Nous adorons embellir notre espace avec de l’eucalyptus ou des fleurs séchées. Une petite décoration facile et peu coûteuse. Durant le temps des fêtes, utilisez des branches de sapin, d’épinette ou de houx que vous aurez trouvées à l’extérieur. »

Les aliments achetés en vrac dans des pots Masson sont en soi déjà une alternative déco intéressante dans la cuisine. Plantes, qui assainissent l’air, mais aussi fleurs séchées sont d’autres options faciles.

Acheter local

«Dans notre cas, une grande partie de notre changement de mode de vie a débuté dans la cuisine, par notre volonté de réduire notre consommation de produits emballés et transformés. Nous évitons ainsi tous les agents de conservation et autres additifs et prenons davantage plaisir à cuisiner [...] Lorsque nous prenons le temps de cuisiner, nous apprenons, d’une part, à mieux connaître les ingrédients que nous consommons et, d’autre part, à réduire nos achats de produits emballés. Certains pourraient penser que cette nouvelle habitude nécessite plus de temps, alors qu’au contraire [...] c’est assez efficace et plaisant», Laurie Barrette et Stéphanie Mandréa dans Minimal.

Acheter de saison et local, encourager les fermes bio, aller à la rencontre des producteurs aussi font partie de ces bonnes habitudes qui permettent de tendre vers un mode de vie plus écoresponsable.

Aller à la rencontre des producteurs locaux est d’ailleurs une activité écoresponsable à faire en famille, une bonne façon de conscientiser nos petits.