Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

«Ghetto X»: le retour tumultueux de Victor Lessard

Les prochaines nuits risquent d'être courtes pour les fans de Victor Lessard...

Il y a fort à parier que les prochaines nuits seront courtes pour les fans de Victor Lessard, alors que les dix épisodes de la troisième saison sont désormais disponibles sur Club illico. Si on se fie aux deux premiers épisodes, Ghetto X - basé sur le roman du même nom de l’auteur Martin Michaud - se fera intrigant, révélateur de grandes vérités et truffé d’action et de suspense.

ATTENTION: DIVULGÂCHEURS

Un microfilm et un nom de code

La saison 2 avait laissé les spectateurs avec un indice final plutôt mystérieux : une découverte faite par Victor Lessard entre les coutures d’un gant de baseball. C’est entre flashbacks et nouvelle réalité - Lessard ayant bel et bien quitté les Crimes majeurs - que se déroule le premier épisode de cette nouvelle saison, qui débute avec les souvenirs entremêlés de discussions avec son père (Germain Houde) et la découverte d’un microfilm.

Le personnage interprété par le toujours très juste Marc Beaupré, un ex-enquêteur aux affaires internes du SPVM, fait aussitôt son entrée en scène. C’est à lui que Victor donne le mandat de décrypter le contenu dudit microfilm et de «fouiller dans le système sans laisser de traces». En précisant que le tout pourrait avoir un rapport avec un programme anticommuniste créé pendant la guerre froide…

En parallèle, tapis dans le noir, deux «méchants» (interprétés par Danny Gilmore qui, on le comprend assez rapidement, joue le rôle d’un ancien tireur d’élite de l’armée canadienne, et Bruno Marcil) abattent leur cible : le journaliste Guillaume Lefebvre. Simultanément, d’autres flashbacks ramènent le tireur (Gilmore) des années en arrière, lors d’une opération militaire qui a mal tourné, tuant une jeune fille. On suit aussi, musique bien stressante à l’appui, une jeune femme présente lors du meurtre du journaliste qui parvient à s’enfuir avec l’ordinateur du reporter.

Sans doute pour exposer l’état d’esprit actuel de Victor Lessard, on retrouve celui-ci dans un dépanneur alors qu’un homme tente d’y faire un vol à main armée tout en prenant le caissier en otage. Calme, voire blasé, l’ancien enquêteur offre de l’argent au voleur avec qui il discute un moment pour que celui-ci se sauve sans faire de blessé.

Le moment attendu – celui où Jacinthe retrouve son Victor – se produit lorsque celle-ci lui téléphone pour lui demander son avis sur les circonstances de l’assassinat du journaliste. Elle y travaille avec Nadja (Sarah Dagenais-Hakim). Des retours en arrière de Victor annonçant son départ à son patron hostile sont d’ailleurs présentés aux spectateurs qui n’auraient pas vu ou qui auraient oublié ce détail (!) de la saison 2. Des retrouvailles sur fond de scène de crime comprenant une étreinte, un «maudit cave» bien senti et des remontrances de Jacinthe, qui en veut à son partenaire des 15 dernières années d’être parti sans crier gare et de l’avoir laissée sans nouvelle pendant tout un mois.

À contrecœur, celui qui bosse désormais à la sécurité du casino de Montréal accepte d’aider «juste un peu» son amie dans son enquête.

La mort du journaliste est aussi un prétexte pour ramener le personnage de Virginie Tousignant (Mylène McKay), collègue et amie du défunt qui explique l’avoir trouvé plus froid et «à la limite parano» avant sa mort.

D’autres retours en arrière montrent le journaliste discuter avec la jeune fille s’étant enfui avec son ordinateur après le meurtre, puis celle-ci s’enfuir tout en essayant de télécharger son contenu.

Alors que le duo Jacinthe-Virginie discute, il comprend qu’il a affaire à non pas un, mais bien à une équipe de tireurs et qu’il s’agit donc d’un complot pour meurtre. Le journaliste qui devait travailler sur un article dérangeant aurait vraisemblablement été éliminé pour être mis sous silence.

Belle finale de ce premier épisode, on retrouve Antoine Fortin (Marc Beaupré) qui est parvenu à décrypter le message du microfilm. Celui-ci contient une liste de noms et est baptisé… Victor!

De son côté, la jeune femme ayant réussi à copier le contenu de l’ordinateur se fait prendre en photos par les vilains. On l’aperçoit aussi sur une vidéo de surveillance. L’épisode se conclut avec un retour sur les deux assassins.

L’arrivée de Guy Nadon

En deux épisodes seulement, on comprend que le scénario et l’histoire ont été ficelés ainsi : truffés de sauts dans le passé permettant de comprendre les motivations (et les séquelles) des gentils comme des méchants personnages.

On retrouve Jacinthe et Victor marchant sur le Mont-Royal, découvrant où étaient installés les tueurs, de même qu’un Inukshuk composé de pierres bleues. Celles-ci se font prétextes à retourner dans le passé de l’ex-militaire en mission avec sa partenaire – une soldate arabe - en Afghanistan en 2015. Ce moment où il a abattu une petite talibane par erreur; victime collatérale qui, grenade à la main, laissera la coéquipière aveugle.

De son côté, Nadja (qui est enceinte) tente de comprendre les raisons faisant que Victor s’intéresse soudainement aux choses que son père a laissées dans son garage. Il devra un jour accepter de parler de la mort de son père et de son frère, lui dit-elle.

Trouvant un mémo dans l’agenda de son père, Victor rencontre un certain Nicolaï Komarov (Igor Ovadis), un ancien musicien de jazz qui semble bien le connaître. À la terrasse d’un restaurant - où ils sont photographiés à leur insu - il lui explique que son père n’était pas celui qu’il prétendait être. Il aurait fait partie d’un programme ultra secret du gouvernement fédéral et aurait été suspendu, car «faisant l’objet d’une enquête pour espionnage et autres trahisons».

Enfin, le personnage de Joseph - interprété par le charismatique Guy Nadon - fait son entrée, inquiétant, mystérieux et aux allures de «patron des méchants ayant la mèche courte et pas gentil du tout».

On retrouve ensuite Jacinthe, qui demande l’aide de Virginie au journal afin de fouiller dans l’ordinateur de son ami disparu. Elle fait diverses découvertes qui mènent le duo à croire que le sujet du prochain article devait être les cyberattaques. Jacinthe profite de l’occasion pour lui glisser un dossier sur Marc Piché.

Avant de rendre visite à la mère de Lefebvre, la jeune femme en fuite retrouve un article portant sur les migrants écrit par le journaliste avant sa mort. En résolvant une énigme laissée par le défunt, elle se voit remettre le mystérieux livre Le premier cercle.

Alors que l’on découvre que les pierres bleutées formant l’Inukshuk viennent de l’Afghanistan, la conversation se poursuit entre Lessard et Komarov. Il est question du programme Marée rouge, de surveillance et de camps de concentration. D’une liste aussi et d’une amie d’enfance que son père - «ce marxiste convaincu qui aurait fait tomber le programme» - aurait recrutée.

J’ai envie de vous laisser le plaisir de vous laisser surprendre par la finale de ce deuxième épisode qui fait jaillir le sang et les questionnements, laissant Nadja et Victor plutôt mal en point. Le tout donnant lieu à une belle scène mettant en vedette une Jacinthe troublée et plus sensible qui promet de tout faire pour son ami Lessard.

Ghetto X, la troisième saison de Victor Lessard, est disponible dès maintenant, sur Club illico.

À voir également:

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.