Vivre

Enlever des verrues avec du ruban adhésif?

On décortique la solution facile.

La « thérapie » consistant à se débarrasser d’une verrue avec du ruban adhésif à conduits —le gros ruban argent, communément appelé duct tape— a ses adeptes. Et elle est certainement moins douloureuse que d’autres méthodes. L’Organisation pour la science et la société et le Détecteur de rumeurs se sont demandé si ça marchait vraiment.

L’origine de la rumeur

La « thérapie d’occlusion au ruban à conduits pour les verrues » (c’est son nom) fait son apparition dans la littérature en 1978 grâce au médecin américain Jerome Z. Litt. Cela implique, tout simplement, de recouvrir la verrue avec du duct tape pendant six jours puis, une fois le ruban adhésif retiré, de laver avec de l’eau chaude pendant cinq minutes et de frotter doucement avec une pierre ponce. Inutile d’aller voir un docteur.

Les études

Seulement quatre études ont été publiées au sujet de cette méthode. La plus ancienne, parue dans le Journal de l’Association médicale américaine (JAMA) en 2002, comparait le ruban à conduits avec la cryothérapie chez 51 patients de moins de 22 ans. La cryothérapie consistait à appliquer de l’azote liquide sur la verrue avec un coton-tige pendant 10 à 20 secondes et ce, toutes les deux à trois semaines, pour un maximum de six applications. Dans le cas du ruban à conduits, les chercheurs ont demandé aux patients de le laisser six jours à la fois, pendant deux mois.

Les auteurs rapportent que 85% des patients qui avaient utilisé le ruban à conduits ont vu leurs verrues disparaitre, contre 60% des patients en cryothérapie.

Toutefois, cette étude n’est pas sans reproches. Pour commencer, 51 patients, c’est peu. Mais surtout, leur âge moyen était de 9 ans. Or, environ 65% des verrues chez l’enfant disparaissent d’elles-mêmes. Il est donc impossible d’affirmer que les verrues de l’étude sont disparues grâce au ruban.

Une seconde étude en 2006, également parue dans le JAMA, portait cette fois sur 103 écoliers des Pays-Bas. Au lieu de comparer le ruban à conduits à la cryothérapie, on le compare à un enlève-cors: on demande aux participants d’un groupe d’en appliquer un à raison d’une nuit par semaine, tandis que ceux de l’autre groupe ont droit au ruban. Résultat: 16% des verrues disparaissent avec le ruban après six semaines; pour l’enlève-cors, c’est 6%.

De la même façon, une troisième étude en 2007 a testé le duct tape contre des coussinets-contrôle de type Moleskin chez 80 adultes immunocompromis. Côté ruban, 21% des verrues s’estompent. Pour le groupe contrôle, c’est 22%.

Comment expliquer alors le succès relatif de la première étude? La réponse pourrait être du côté du type d’adhésif utilisé. L’étude de 2002 avait testé le ruban à conduits standard de couleur argent, mais les autres études ont plutôt utilisé du ruban à conduits transparent.

La différence est que le ruban à conduits argent utilise un adhésif à base de caoutchouc, alors que c’est l’acrylique qui est utilisé dans l’adhésif du ruban transparent, ainsi que dans les enlève-cors et les coussinets Moleskin. Étant donné que les chercheurs ne savent pas par quel mécanisme le ruban pourrait potentiellement aider à faire disparaître les verrues (une hypothèse propose que la peau sous le ruban se brise, ce qui stimulerait une réponse immunitaire), on ne peut écarter l’idée que le type d’adhésif, ou l’adhérence elle-même (ruban peu collant contre ruban très collant), aient un rôle à jouer.

Reste la quatrième étude, qui a ajouté une variable supplémentaire. En 2016, le dermatologue saoudien Mohammed Al-Dhubaibi a comparé la cryothérapie à la thérapie par occlusion, mais au lieu de n’utiliser que du ruban à conduits, il a préalablement recouvert la verrue de Super Glue (une méthode qui a même été brevetée!). Lorsque la colle est enlevée, tous les six jours, des bouts de verrues se décollent. Al-Dhubaibi a traité 30 patients âgés de 6 à 37 ans avec la Super Glue recouverte de ruban à conduits. Il affirme que 80% des verrues du groupe Super Glue disparaissent contre 60% pour la cryothérapie.

Peut-on en conclure qu’une visite à la quincaillerie est préférable à une visite à la pharmacie? Le problème est qu’aucune de ces études n’était en double aveugle ni n’a été réalisée chez un grand groupe de participants.

D’un autre côté, un traitement de verrues au ruban à conduits et/ou à la Super Glue ne coûte pas grand-chose, n’est pas difficile à réaliser et a de très faibles chances de nuire à votre santé.

Cet article est une adaptation du billet en anglais de Ada McVean publié sur le site de l’Organisation pour la science et la société de l’Université McGill.