Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Val Desjardins, l'entraîneuse des stars, nous dévoile ses astuces

Avec la COVID-19, notre approche au corps et à l'entraînement a beaucoup évolué.
Val Desjardins
Val Desjardins

Peut-on dissocier santé physique et mentale? Certainement pas pour Val Desjardins, propriétaire de Victoria Park Fitness Club à Montréal. Pour cette ancienne athlète, entraîneuse sportive de stars (dont Jennifer Aniston, Michelle Pfeiffer, Ariane Moffatt, Cœur de Pirate), quatre piliers sont essentiels et indissociables: le mental, le mouvement, la nutrition et la récupération. Entretien avec une adepte des entraînements adaptés.

Pour toi le concept de gym traditionnel est en train de changer rapidement?

«Oui! Durant la pandémie, la digitalisation des cours de sport a été très populaire, et cela a permis à chacun de s’entraîner à son rythme, et de prendre en même temps soin de son bien-être mental, un aspect tellement important à prendre en considération. Il n’est plus juste question d’avoir un beau corps, mais surtout de se sentir bien. C’est très positif.»

Avant de débuter un entraînement, il y a des questions importantes à se poser?

«Absolument. Que j’entraîne une star hollywoodienne ou n’importe quelle autre personne, ma première question est: quel est le but? Ensuite, as-tu des problèmes de santé? As-tu des anciennes blessures? Comment va ton mental? Quel genre de personne es-tu? Tout cela va déterminer le programme qui doit être adapté à chacun.»

La pandémie a-t-elle changé notre vision de l’entraînement?

«Oui, certainement. Avec la multiplication des applications d’entraînement, les gens sont de plus en plus éduqués - et connaissent mieux les mouvements. Mais l’important, pour ne pas dire l’essentiel, est de trouver ce qui nous correspond le mieux. Quel programme connecte le mieux avec nos besoins - et ils sont différents pour chacun de nous qu’on parle entre autres de mouvements, de gestion de notre degré d’angoisse, de nutrition.»

«La clé, l'entraînement doit vous être adapté!»

- Val Desjardins

Entraînement matin ou soir?

«Ma préférence est que les gens bougent le matin. On a dormi, on se lève, et on se sent mieux après avoir bougé. C’est réellement prendre un moment pour soi et se connecter avec son coeur et son corps. Et puis le matin il n’y a pas de possibilités de faire dérailler les plans ensuite ni d’être fatigué à la suite de l’enchaînement de toute la journée.»

Parle-moi des trois mouvements essentiels que l’on pourrait faire à la maison?

«La planche en premier lieu. Bien la faire en impliquant les pieds et les bras. Les squats en deuxième, puis des push-up (sur les genoux, c’est plus simple). Pour le nombre de répétitions, je dirais 30 secondes pour chaque mouvement, et on répète pendant 10, 15 ou 20 minutes. Le temps de pause doit être court entre chaque exercice, 10 secondes. On peut aussi rendre les exercices plus compliqués. Une variante aux classiques squats, les squats sautés. C’est un enchaînement que l’on peut répéter tous les jours.»

Être à l’écoute de son corps?

«C’est essentiel. Pendant le confinement, j’ai fait beaucoup plus de yoga. Si on est angoissé, le cardio peut créer du stress. Il faut adapter son entraînement à son état de stress, puis son alimentation au type d’entraînement que l’on aura suivi. Tout est lié.»

Val Desjardins
Val Desjardins

Quand tu parles de récupération, il s’agit de quoi et de quand?

«Lors des entraînements très difficiles, lorsque le muscle a subi des micro-déchirures (principe de la musculation), on prend une journée de récupération. Ce qui vaut aussi pour le mental. L’important est d’alterner entre des jours cardio et des jours musculation.»

Y a-t-il une durée minimale pour que les exercices aient un réel effet sur le corps?

«L’idéal c’est 20 minutes. 10 minutes est évidemment correct, c’est mieux que rien. Mais il faut un temps minimal pour que le corps se réchauffe, que la peau sue, que le sang circule bien.»

Et le vélo, le nouvel engouement de cet été post-confinement, qu’en penses-tu?

«C’est un sport comme on dit «low impact». Je dirais qu’il est important de préparer le corps progressivement. On ne se lance pas dans une grande ride dès la première fois. Comme pour tout sport, il faut se construire de bonnes bases!»

Sur sa page Instagram Val Desjardins propose des entraînements, notamment les dimanches à 10 am.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.