NOUVELLES
26/10/2020 10:56 EDT

Le vaccin AstraZeneca/Oxford entraîne une «réponse immunitaire encourageante»

Ces données proviennent des premiers essais cliniques dits de phase 2.

SOPA Images via Getty Images

Le laboratoire pharmaceutique britannique AstraZeneca a annoncé lundi que son vaccin en cours de mise au point contre le Covid-19 entraînait une réponse immunitaire encourageante de la part des jeunes adultes et des personnes âgées.

“Il est encourageant de voir des réponses immunitaires similaires entre les personnes âgées et les jeunes adultes”, souligne un porte-parole d’AstraZeneca qui travaille sur le vaccin avec l’université d’Oxford.

“Les résultats viennent alimenter les preuves quant à la sûreté et la réponse immunitaire” du vaccin, selon le groupe.

L’université d’Oxford précise quant à elle que ces données proviennent des premiers essais cliniques dits de phase 2.

Le vaccin est actuellement au stade des essais cliniques plus larges dits de phase 3, soit l’étape précédant son autorisation par les autorités.

L’essai clinique a d’ailleurs repris aux Etats-Unis, le seul pays où il était encore suspendu à la suite de l’apparition d’une maladie chez un participant il y a plus de six semaines, avait annoncé AstraZeneca vendredi.

Les résultats de l’essai sont attendus pour cette année pour ce projet de vaccin qui est l’un des plus avancés du monde.

Il est l’un des dix à être testés sur des dizaines de milliers de volontaires dans un essai de phase 3, avec des projets américains, chinois et russe.

Le groupe pharmaceutique a prévendu des centaines de millions de doses sur plusieurs continents et signé des partenariats avec d’autres producteurs pour que les doses soient produites localement.

La demande attendue se monte en milliards de doses.

Au Royaume-Uni, le ministre de la Santé Matt Hancock a estimé lundi sur la radio BBC 4 que “le gros du déploiement” d’un vaccin contre le coronavirus pourrait avoir lieu avant l’été prochain.

Il n’a pas exclu que certaines personnes puissent même le recevoir avant Noël.

À VOIR: moins de Canadiens appuient la vaccination obligatoire