Uber lance un nouveau service de livraison pour les détaillants

Uber Direct se veut une nouvelle option pour la livraison de colis.

Vous avez du mal à faire vos achats des Fêtes en ligne cette année?

Uber Eats s’est associé à certains détaillants canadiens pour offrir aux clients des options de livraison le jour même, sans contact, via Uber Direct.

Le programme est disponible dans les villes canadiennes où Uber et Uber Eats sont en activité, a précisé un porte-parole.

Uber n’a pas fourni pour l’instant une liste des détaillants participants, mais a déclaré qu’ils seraient annoncés prochainement.

Si le nouveau service de livraison au détail fonctionne comme Uber Eats pour les restaurants, il pourrait être un «excellent» outil pour les petites et moyennes entreprises, explique au HuffPost Canada Michael LeBlanc, conseiller principal au détail au Conseil canadien du commerce de détail.

Pour les petites entreprises, le moyen le plus efficace de gagner de l’argent est lorsque les clients magasinent en personne, affirme LeBlanc, bien que cela ait été compliqué par la pandémie. La deuxième meilleure option consiste à offrir le ramassage en bordure de rue, puis l’expédition par Postes Canada.

Un service de livraison le jour même comme celui-ci serait la quatrième meilleure option, relate-t-il.

Mais le service de livraison pourrait ne pas être avantageux pour certaines entreprises, si elles ne font pas de profit sur les commandes après avoir payé des coûts supplémentaires, détaille LeBlanc, notant que l’industrie de la restauration avait également du mal avec les commissions des applications de livraison.

Tony Elenis, président et chef de la direction de l’Ontario Restaurant Hotel and Motel Association (ORHMA), a notamment expliqué au HuffPost que les entreprises de livraison pouvaient facturer aux restaurants jusqu’à 30% d’une commande.

Un porte-parole d’Uber n’a pas encore répondu à la question du HuffPost concernant les frais de livraison que devront payer les détaillants via Uber Direct.

Les entreprises devront ultimement être «attentives à la situation économique actuelle», si elles ne dépassent pas le seuil de rentabilité des commandes de livraison et ne font pas de profits supplémentaires grâce au service, dit LeBlanc.

À l’ère de la COVID-19, «si vous voulez survivre en tant que grand détaillant, ou même en tant que détaillant de toute taille, et que votre magasin est fermé, tout ce que vous pouvez mettre en ligne pour vous aider à déplacer vos articles... c’est une bonne chose.»

Le lancement du service de livraison intervient après qu’Uber Eats eut précédemment étendu ses activités de livraison aux épiceries et aux dépanneurs.

Uber Direct a été testé dans plusieurs pays au printemps. Les habitants de Dallas et de Seattle ont pu commander des ordonnances chez NimbleRx via l’application. En Australie, les utilisateurs de l’appli ont pu commander des fournitures pour animaux chez Greencross et au Portugal, des colis via le bureau de poste national.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Canada a été traduit de l’anglais.

VRAI OU FAUX? Ce qu’il faut savoir de la COVID-19:

VRAI OU FAUX? Ce qu'il faut savoir de la COVID-19