NOUVELLES
09/07/2019 16:55 EDT

Trump ne peut pas bloquer ses opposants sur Twitter, tranche le tribunal

Il s'agit d'une violation de la Constitution, a confirmé la Cour d’appel fédérale.

NEW YORK — Le président américain Donald Trump ne peut bloquer ses opposants de son compte Twitter, a décrété mardi la Cour d’appel fédérale.

La Cour d’appel à Manhattan a confirmé un précédent jugement qui avait estimé que M. Trump violait la Constitution des États-Unis en bloquant ceux qui ne sont pas d’accord avec lui.

«L’ironie dans tout cela, c’est que nous écrivons (ce jugement) à un moment de l’histoire de ce pays où la conduite de notre gouvernement et de ses responsables est sujette à un débat ouvert et vigoureux», a écrit le juge Barrington D. Parker, au nom des trois juges de la cour.

Le débat entraîne «un niveau de passion et d’intensité que l’on a rarement vu», peut-on lire dans la décision du tribunal.

«Ce débat, aussi inconfortable et désagréable qu’il puisse être, est néanmoins une bonne chose», ajoutent les juges. «En tranchant sur cet appel, nous rappelons aux plaignants et au public que si le premier amendement (de la Constitution) signifie quelque chose, c’est que la meilleure réponse à un discours désapprobateur sur des sujets d’intérêt public est d’avoir plus de débats, pas moins.»

Permettre le débat sur les réseaux sociaux

La cause était portée par le Knight First Amendment Institute de l’Université Columbia, au nom de sept personnes bloquées par M. Trump après avoir critiqué ses politiques.

Le directeur de l’institut, Jameel Jaffer, a déclaré dans un courriel que les comptes de médias sociaux des responsables politiques sont désormais l’un des forums de discussion les plus importants sur les politiques gouvernementales.

Cette décision «garantira que les gens ne seront pas exclus de ces forums simplement à cause de leurs points de vue», a-t-il souligné.

Donald Trump compte plus de 60 millions d’abonnés à son compte Twitter @realDonaldTrump.