NOUVELLES
10/07/2019 18:26 EDT | Actualisé 10/07/2019 18:41 EDT

Trump va très probablement détester le plus récent numéro du «New York Magazine»

On s'attend aux invectives de Trump sur Twitter dans 5,4,3...

ASSOCIATED PRESS

Certaines personnes estiment que la seule chose pire que de faire parler de soi est de ne pas faire parler de soi du tout.

Attendez-vous donc à tout un discours de la part du président Donald Trump sur Twitter à propos de l’édition du 8 au 21 juillet du New York Magazine. Celle-ci ne mentionne pas Trump du tout et annonce même sur sa page couverture que c’est «un numéro complet sans rien sur Trump»!

David Haskell, rédacteur en chef du magazine, a affirmé que l’édition imprimée sans Trump s’était créée de façon organique.

«En préparant le numéro, nous avons réalisé à notre grand étonnement - et un peu notre soulagement - que le président n’était le sujet d’aucun de nos articles», a-t-il déclaré. «Cela semblait important et quelque chose que nos lecteurs pourraient en fait apprécier.»

Mais Haskell a rassuré les lecteurs inquiets de ne pas recevoir leur «dose» d’infos sur Trump. «Ne craignez rien», a-t-il déclaré. «Nous travaillons sur plusieurs articles qui traitent de Trump.»

Le mois dernier, le magazine a publié un extrait du nouveau livre de la chroniqueuse E. Jean Carroll, What Do We Need Men For? A Modest Proposal, dans lequel elle allègue que Trump l’a violée dans un vestiaire du grand magasin new-yorkais Bergdorf Goodman au milieu des années 1990.

Trump nie cette allégation.

Le plus récent numéro du magazine couvrirait les sujets suivants, d’après sa publication sur Instagram:

Notre nouveau numéro sans Trump regorge d’histoires fascinantes telles que celle de Jessica Pressler qui jette un regard en coulisse sur la bataille de Grace Church, celle de la plus ancienne école maternelle de Brooklyn qui tente de devenir un peu moins traditionnelle alors que les parents de ses élèves agissent comme des adolescents. John H. Richardson écrit aussi sur Ben Crump, l’avocat qui a représenté les familles de Trayvon Martin, Mike Brown Jr., Tamir Rice, Alesia Thomas et Terence Crutcher, et qui a travaillé sur de nombreuses affaires moins médiatisées par rapport à Black Lives Matter. Irin Carmon braque les projecteurs sur Shari Redstone, qui est actuellement au sommet d’un empire médiatique de 30 milliards de dollars.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l’anglais.

À VOIR AUSSI: