NOUVELLES
28/07/2019 16:02 EDT | Actualisé 29/07/2019 16:12 EDT

Trump: le «Baltimore Sun» répond férocement à ses attaques

Le créateur de la série «The Wire», qui a vécu et travaillé à Baltimore, valide le message envoyé au président de nouveau accusé de racisme.

Les attaques de Donald Trump sont restées coincées en travers de la gorge de beaucoup d’habitants ou d’Américains originaires de Baltimore. Le journal de cette ville de l’est des États-Unis n’a pas non plus digéré et l’a fait savoir sans prendre de gants.

Dans son édito du dimanche 28 juillet, intitulé «Mieux vaut avoir quelques rats qu’en être un», le Baltimore Sun a répondu avec férocité au président américain qui, la veille, a suscité un tollé en déclarant qu’«aucun être humain ne voudrait vivre» dans cette ville «dégoûtante et infestée de rats».

Le HuffPost/Reuters

Pour le comité de rédaction de ce très vieux quotidien, Donald Trump fait d’une part preuve de «malhonnêteté» car il a davantage les moyens d’améliorer la situation de la ville qu’Elijah Cummings - élu noir emblématique de la chambre basse du Congrès attaché à cette circonscription - à qui il s’en prenait frontalement. 

«Nous voudrions rappeler à M. Trump que le 7e district, et donc Baltimore, fait partie des États-Unis qu’il est censé gouverner. La Maison-Blanche a bien plus de pouvoir pour faire changer Baltimore que M. Cummings. S’il y a des problèmes, ils sont aussi sous sa responsabilité car il occupe le poste le plus puissant du pays», peut-on lire dans cet édito.

«Imbécile heureux de Poutine»

Mais le Baltimore Sun ne s’arrête pas en si bon chemin. Le quotidien n’hésite pas non plus à reprendre les critiques de Trump et lui renvoyer au visage ses propres affaires.

«Nous voudrions dire [...] à celui qui se moque des héros de guerre, celui qui se vante d’attraper les femmes par leurs parties intimes, celui qui mène en série des entreprises à la banqueroute, à l’imbécile heureux de Vladimir Poutine et à celui qui a insisté sur le fait qu’il y avait «des gens bien» parmi les néonazis qui tuent, qu’il ne trompe toujours pas la majorité des Américains sur le fait qu’il ne serait qu’un tout petit peu compétent pour occuper son poste actuel. Ou qu’il possède une once d’intégrité», écrit le journal.

Exaspéré de voir Trump répéter ce qu’il entend sur sa chaîne de télévision préférée, le média local continue: «le fait est que l’émission «Fox & Friends» a diffusé récemment un reportage négatif sur Baltimore, l’envie de critiquer la ville a dû sembler irrésistible, comme tenant du réflexe de pavlovien». «Fox News a tiré la sonnette et le président s’est mis à saliver et ses pouces se sont agités sur son téléphone [pour twitter]».

«Mieux vaut avoir un peu de vermine qui habite dans le quartier qu’être de la vermine», termine brutalement l’édito. Une conclusion qui a notamment plu à David Simon, créateur de The Wire, célèbre série HBO qui a mis en lumière le racisme et la criminalité qui criblaient Baltimore dans les années 2000.

Ce texte a été publié originalement dans le HuffPost France.

À VOIR AUSSI: