NOUVELLES
13/07/2019 16:40 EDT

Un trou noir découvert par Hubble défie les lois de l'astronomie

C'est l'un des plus grands mystères de l'espace et il s'épaissit encore un peu plus.

Getty Editorial
(photo d'illustration).

Les scientifiques pensaient avoir quelques certitudes sur les trous noirs, l’un des plus grands mystères de l’espace. Mais même pas... Le télescope de la NasaHubble a photographié un nouveau trou noir supermassif au cœur de la galaxie NGC 3147 dans la constellation du dragon, située à 130 millions d’années-lumière de la Terre. Et il remet en cause les théories de l’astronomie.

Les trous noirs sont des astres qui créent une gravité tellement grande que même la lumière à proximité semble tomber dedans sans jamais pouvoir s’en échapper. Autour, on peut observer une sorte de disque de matière happée par le trou noir, «un disque d’accrétion». C’est cela qui a interpellé les chercheurs. 

Ils ne comprennent pas pourquoi, ici, ce disque à une forme aplatie. Comme l’explique la Nasa dans un communiqué il devrait avoir une forme de «donut» mais il ressemble à une «crêpe». Ils ne cernent pas non plus pourquoi ses débris tourbillonnent aussi vite. De tels phénomènes n’ont été observés que dans d’autres trous noirs beaucoup plus puissants, dans des galaxies beaucoup mieux dotées en termes de gravitation. 

«La présence de ce disque change notre vision actuelle des trous noirs», souligne la Nasa. 

La découverte fortuite a néanmoins permis à l’équipe de la Nasa de progresser sur un autre sujet, rapporte Le Parisien. Grâce à une fonctionnalité spéciale du télescope Hubble, elle a pu capturer la lumière et examiner l’intérieur du disque. Un moyen de tester deux théories énoncées par Albert Einstein : la théorie de la relativité générale (qui étudie la courbure de l’espace) et celle de la relativité restreinte (la relation entre le temps et l’espace).

En avril dernier, un trou noir, Powehi, avait été photographié grâce à la collaboration internationale Event Horizon Telescope, la première preuve directe de l’existence de ces drôles bêtes qui ont encore bien des secrets à révéler.

Ce texte a été publié originalement dans le HuffPost France.

À VOIR AUSSI: