Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Québec octroie une aide d’urgence de 400 M$ pour le transport collectif

Ce soutien financier a entre autres pour but d'aider les sociétés de transport afin qu'elles puissent offrir pleinement leurs services.

Le gouvernement du Québec a annoncé jeudi qu’il accorde une aide financière d’urgence de 400 millions $ aux organismes et aux sociétés de transport collectif afin de les soutenir pour traverser la crise provoquée par la pandémie de COVID-19.

«Depuis le début de la pandémie de COVID-19, l’ensemble des sociétés et des organismes de transport collectif de la province ont maintenu leurs activités malgré une forte baisse de clientèle, et ce, tout en respectant les règles sanitaires en vigueur. Cette aide financière d’urgence est un geste concret qui favorisera un retour à la normale en matière de transport collectif», a déclaré le ministre des Transports, François Bonnardel, par voie de communiqué.

«Nous devons soutenir les sociétés et les organismes de transport afin qu’ils puissent offrir pleinement leurs services à la population et favoriser le retour en grand nombre des usagers dans les différents modes de transport collectif», a pour sa part affirmé Chantal Rouleau, ministre déléguée aux Transports et responsable de la région de Montréal.

Selon Trajectoire Québec, depuis le début de la pandémie de la COVID-19, l’achalandage a diminué de plus de 80% dans le transport en commun.

«Il reste à élaborer un plan d’action concerté afin de redonner confiance à la population dans ses réseaux de transport collectif et permettre un retour rapide des niveaux d’achalandage pré pandémique», a convenu le président de Trajectoire Québec, François Pepin.

Ottawa pourrait assumer la moitié de ce montant. Dans le but d’aider les municipalités, le gouvernement fédéral a annoncé récemment qu’il pourrait transférer de l’argent directement aux gouvernements provinciaux.

L’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), les sociétés de transport en commun qui ne sont pas situées sur le territoire de l’ARTM, les organisations municipales ou intermunicipales de transport (OMIT) qui assurent les services de transport collectif, les municipalités régionales de comté (MRC) qui organisent des services de transport collectif régional et qui contribuent à leur financement et les organismes de transport adapté sont admissibles à cette aide d’urgence.

D’importantes pertes prévues

L’Union des municipalités du Québec (UMQ) s’est réjouie de cette annonce qui répond à ses demandes. Dans un communiqué, l’UMQ indique que le maximum des pertes des budgets municipaux est chiffré à 1,4 milliard $, dont 670 M$ en transport collectif.

«L’engagement de 400 millions $ d’investissements pour l’année 2020 constitue un geste significatif. [...] Nous soulignons donc cet investissement, qui est également essentiel pour une relance économique durable», a déclaré Suzanne Roy, présidente de l’UMQ et mairesse de Sainte-Julie, par voie de communiqué.

L’UMQ presse le gouvernement fédéral de s’entendre avec Québec pour arriver à un plan sur le long terme pour une reprise réussie.

Le 5 juin dernier, Ottawa a proposé de transférer 14 milliards $ aux provinces pour les aider à gérer la pandémie de COVID-19, entre autres pour donner un coup de pouce aux municipalités. Par contre, plusieurs détails restaient à négocier avec les provinces, dont la part de ce montant qui allait directement aux villes.

À VOIR: les vols de Transat reprendront le 23 juillet

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.