Vivre

Ces Québécois cherchent la personne qui sue le plus au monde

Vous avez toujours les aisselles mouillées? Vous pourriez remporter ce concours insolite.

Aussitôt que vous bougez le petit doigt, vous avez la moustache suintante, les aisselles en nage et les mains bien moites? Vous pourriez toucher de l’argent grâce à un concours de transpiration lancé par une compagnie québécois à l’occasion du Mois de sensibilisation à l’hyperhidrose, ou à la sudation excessive.

Spécialisée dans la fabrication d’appareils ionophorèse, permettant de stopper la transpiration grâce à une technologie qui bloque les canaux sudoripares par courants électriques localisés, la montréalaise Dermadry est bel et bien à la recherche de «la personne transpirant le plus au monde».

Pourquoi? Simplement pour la soigner.

Le grand gagnant touchera 500 $US, soit l’équivalent de 660$ canadiens, puis un appareil Dermadry d’une valeur de 449$.

«L’objectif de ce concours n’est pas de rechercher objectivement la personne transpirant le plus, mais plutôt de réunir des gens du monde entier en leur permettant de partager leur histoire et parler de sueur sans tabou», fait savoir Mathieu Mireault, l’un des trois jeunes cofondateurs de l’entreprise.

Pour participer, les personnes devront prendre en photo leur meilleure preuve de transpiration excessive. Exemple : un t-shirt bien trempe, des mains sur lesquelles la sueur perle. Bref, les juges veulent que vous soyez originaux. L’image devra être accompagnée d’un texte de maximum 200 mots et devra répondre aux questions suivantes: «Pourquoi pensez-vous que vous êtes la personne transpirant le plus au monde?» ainsi que «Comment dépenseriez-vous votre prix de 500 $ si vous étiez libre soudainement, libre de toute sudation excessive?». Date limite : 22 novembre.

Ça marche l’ionophorèse?

Mais avant de s’embarquer dans la paperasse, est-ce que l’ionophorèse aide réellement à traiter l’hyperhidrose? Oui, et c’est même le traitement le plus sécuritaire et sans effet secondaire sur le marché actuellement, selon la dermatologue spécialisée dans le traitement de l’hyperhidrose, Dre. Sophie Vadeboncoeur.

«C’est un processus mécanique. On mouille des tampons d’eau du robinet rempli de minéraux dans lesquels on insère un conducteur métallique. Lorsqu’on met en marche l’appareil, un léger courant électrique se rend jusqu’aux canaux sudoripares puis les bloque, permettant à la transpiration d’arrêter pendant une couple d’heures, explique-t-elle. Il n’y a pas de choc, et pas de risque si on respecte la posologie recommandée par les fabricants des appareils.»

La dermatologue reconnaît cependant qu’il y a un risque d’irritation de la peau en contact avec les chocs, mais ça ne touche généralement que les personnes qui ont tendance à rougir facilement.

Le HuffPost Québec a testé l’appareil Dermadry sur un patient de 31 ans dont les antisudorifiques en bâton sur le marché ne suffisaient pas à retenir la sudation au niveau des aisselles. Après deux semaines de traitement, la transpiration ne s'était pas complètement volatilisée, mais une diminution visible du diamètre des ronds de sueur sous les chemises a été remarquée, et sans effets secondaires ou inconfort.

La méthode à l’ionophorèse reste encore méconnue au Québec, selon Dre. Vadeboncoeur, simplement parce qu’un tel appareil n’existait pas chez nous auparavant. Il fallait commander à l’étranger de compagnies comme Iontoderma ou encore Hidrex. «Certains médecins conseillaient même à leurs patients de faire le traitement à la maison de manière artisanale avec des plats métalliques et des batteries, témoigne-t-elle. C’était évidemment moins sûr qu’une machine qui régularise le courant en fonction de la région à traiter, comme celle de Dermadry.»

Des produits de beauté efficaces et pas chers