DIVERTISSEMENT
08/09/2019 20:59 EDT

«Toute la vie»: une dramatique sous haute tension

Le nouveau «bébé» de Danielle Trottier tient toutes ses promesses.

Radio-Canada

Annoncée comme l’une des nouveautés les plus attendues de la rentrée à ICI Télé, le nouveau «bébé» de Danielle Trottier tient toutes ses promesses. De ce qu’on a pu déjà voir (les trois premiers épisodes d’une première saison qui en comptera 24 ), Toute la vie s’annonce comme une dramatique sous haute tension, portée par une belle distribution et des personnages d’une grande profondeur auxquels on risque de s’attacher rapidement.

De la prison à l’école de jeunes filles enceintes

En se lançant dans l’écriture de ce nouveau projet, à peine «libérée» d’Unité 9, Danielle Trottier s’est demandée si elle allait réussir à trouver «un sujet aussi fort et qui déménage autant que les femmes criminelles». Disons qu’avec Toute la vie, l’auteure à succès et son fidèle complice Jean-Philippe Duval (auréolé de quatre Gémeaux pour la réalisation d’Unité 9) ont mis la main sur une matière aussi bouleversante et intense, si ce n’est plus, que l’univers carcéral au féminin.   

Dès l’ouverture du premier épisode, l’école Marie-Labrecque est secouée par un drame, alors que l’une des pensionnaires de l’établissement, qui recueillent des jeunes filles enceintes âgées entre 12 et 17 ans, fait une fausse couche. Le ton est donné. Souvent contraint d’agir dans l’urgence, l’équipe de l’école se démène pour tenter d’assurer un avenir meilleur à ces adolescentes, en leur permettant de suivre une scolarité (presque) normale, tout en les préparant (du mieux possible) à leur futur rôle de mère.

Radio-Canada

Une femme de caractère

La tâche n’est pas facile. À la tête de Marie-Labrecque, Tina Carpentier-Trudel (interprétée avec beaucoup de justesse par une Hélène Bourgeois Leclerc au sommet de sa forme) se trouve en première ligne et occupe une position stratégique en tant que responsable pédagogique de l’établissement (largement inspiré par l’école montréalaise Rosalie-Jetté). Au four et au moulin, Tina veille au bon respect des règles de l’école, quand il faut rappeler à l’ordre une jeune mère aux dreadlocks rebelles qui manque d’assiduité aux cours, ou une autre pensionnaire qui s’habille de façon un peu trop «légère».

Il faut un sacré caractère pour occuper une telle fonction. Ce dont Tina ne manque pas. Animée par une détermination à toute épreuve, la responsable de Marie-Labrecque se retrouve confrontée à de sérieux dilemmes, à des familles déchirées et à des adultes souvent désemparés. Dans son bureau défilent des cas que d’autres considèreraient sûrement comme désespérés. 

Edwidge (Naïla Victoria Louidort-Biassou, épatante pour son tout premier rôle) a perdu ses parents dans des circonstances troubles, et n’a plus que Marie-Labrecque pour la sauver de la rue après avoir été mise à la porte par sa tante parce qu’elle est enceinte. De son côté, Anaïs (jouée par Cassandra Latreille, autre grande révélation de la série), une «jeune fille de 13 ans, presque 14» qui attend un enfant à un âge où on a encore tout à découvrir de la vie, décide de fuir le domicile familial, déterminée à poursuivre sa grossesse, contre l’avis de ses parents (Emmanuel Bilodeau et Fanny Mallette).

Radio-Canada

Le retour de l’éternel sex-symbol

Et Roy Dupuis dans tout ça? Que les fans de l’acteur se rassurent. Si l’interprète du psychoéducateur Christophe L’Allier brille par son absence dans le premier épisode, c’est pour mieux soigner son arrivée dès l’épisode suivant, avec une entrée en matière (torse nu au saut du lit) de nature à entretenir son statut d’éternel sex-symbol. Pour son grand retour au petit écran, Roy Dupuis retrouve surtout un personnage taillé sur mesure qui ne manque pas de charisme, tout en renfermant une bonne part de mystère.

Aux côtés de Tina, Christophe se révèle être un précieux allié pour gérer les situations de crise qui ne manquent pas d’ébranler le quotidien de Marie-Labrecque. D’une grande zénitude, le psychoéducateur a surtout le rôle d’un grand frère auprès des jeunes filles déboussolées qui débarquent dans l’établissement en quête de repères et d’un peu de stabilité. On devine vite aussi qu’il possède déjà un solide vécu qui l’aide dans sa mission. Et on a hâte, forcément, d’en savoir plus sur ce mystérieux passé qui l’a amené à s’impliquer auprès de ces adolescentes. 

Des mystères et des questions sans réponses

Le personnage de Roy Dupuis n’est pas le seul à dissimuler quelques secrets. Si Tina est animée par une telle détermination, c’est qu’elle a une raison dont les motifs nous échappent encore. Avec la science de l’écriture qui est la sienne, Danielle Trottier promet ainsi de nous tenir en haleine durant de longues semaines. En abordant frontalement des sujets aussi sensibles que la sexualité, la pornographie ou l’avortement chez les jeunes, avec une approche quasi-documentaire et ultra-réaliste, Toute la vie risque, par ailleurs, d’engendrer des échanges animés au bureau, comme sur les réseaux sociaux. 

«Ce n’est pas un show qui fait la promotion de la grossesse ou de la maternité chez les jeunes», a confié Hélène Bourgeois Leclerc au HuffPost Québec. «Mais ce n’est pas un show qui la dénonce non plus. C’est un show qui pose des questions pour lesquelles la réponse sociale n’a pas été, pour le moment, très forte. De nombreux parents ne se sentent pas forcément concernés par le sujet et pensent que ça n’arrivera pas à leurs enfants. Mais de nos jours, l’âge des premières relations sexuelles tourne autour de 12 ans. Donc, oui, c’est quelque chose qui peut arriver et personne n’est vraiment à l’abri.»

Doit-on obliger une jeune fille de 13 ans à avorter? À quel âge est-on suffisamment mature pour assumer pleinement son rôle de parent? Peut-on élever un enfant sans pour autant dire adieu à ses études? Toutes ces questions se retrouvent au cœur de la nouvelle dramatique de Danielle Trottier, qui ne prétend pas apporter des réponses fermes et définitives à des cas souvent complexes. «Les grossesses d’ados, c’est des centaines de situations différentes», a rappelé l’auteure au HuffPost Québec. De quoi sûrement accoucher encore d’une multitude de personnages et garantir une belle et longue vie à sa nouvelle série. 

Toute la vie sera diffusée le mardi à 20h à compter du 10 septembre, sur les ondes d’ICI Télé.