DIVERTISSEMENT
22/09/2019 23:58 EDT | Actualisé 23/09/2019 07:25 EDT

«Tout le monde en parle»: Xavier Dolan s’exprime sur l’agression du designer Markantoine

«Ce sont des questions qui m’habitent beaucoup. On pense qu’on en a fini avec ça, mais ça revient tout le temps...»

Karine Dufour via Radio-Canada

Xavier Dolan était de passage à Tout le monde en parle, ce dimanche 22 septembre, pour parler, entre autres, de son nouveau long métrage, Matthias et Maxime, dont la sortie est prévue pour le 9 octobre prochain.

Guy A. Lepage a d’abord questionné son invité sur le sens de la tache de naissance que le personnage qu’il interprète dans le film porte sur son visage.

«C’est une sorte de vulnérabilité. Les gens qui ont des taches de naissances, ç’a toujours été une sorte de fascination pour moi», a commenté le principal intéressé.

«Ils entrent dans une pièce, dans un café, dans la rue, tu les regardes, puis ils baissent les yeux. J’ai l’impression qu’ils ont appris à se voir comme étant peut-être moins beaux. Alors que moi, je trouve ça très beau, très sexy. Je trouve ça unique. J’ai toujours eu envie d’avoir ça dans un film. [...] Pour Max, je trouvais que ça marchait bien, ça raconte une histoire.»

Repartir les mains vides de Cannes

Pour la première fois de sa carrière, Xavier Dolan n’est pas reparti avec un prix du Festival de Cannes, et ce, même si Matthias et Maxime a eu droit à une ovation de huit minutes lors de sa première mondiale.

«Ce n’est pas juste par rapport à moi, c’est par rapport aux attentes des gens. [...] Et puis il y a un jury composé de gens qui ont des sensibilités différentes qui, peut-être, n’ont pas reçu ce film-là comme d’autres l’auraient reçu», a-t-il déclaré.

«C’est un film qui est plus doux. Je suis arrivé là quand même en me disant: “On n’a pas la prétention de penser repartir avec les grands honneurs”. Mais je savais en arrivant là-bas qu’il fallait profiter pleinement de l’expérience pour ce que ça allait être sans penser aux récompenses.»

Xavier Dolan a poursuivi en commentant le fait que son oeuvre demeure très polarisante, louangée par certains critiques et spectateurs et détestée par d’autres, laissant entendre qu’il préfère tout de même les fortes réactions - même si parfois exagérées - à l’indifférence.

«Moi, j’ai fait un film, après ça ne m’appartient plus. [...] Ça pourrait être reçu dans l’indifférence. Et là, je pense que je serais encore plus bouleversé que de lire que quelqu’un a détesté mon film.»

Karine Dufour via Radio-Canada

Quand l’horreur est moins terrifiante que la réalité

En plus de sa carrière de réalisateur, la carrière d’acteur de Xavier Dolan se porte particulièrement bien par les temps qui courent, lui qui a récemment tourné en France aux côtés de Gérard Depardieu, et qui fait partie de la distribution du film It: Chapter Two, dans lequel il interprète un jeune homosexuel victime d’un violent crime haineux.

La scène est basée sur l’histoire vraie de Charlie Howard, un jeune homosexuel qui fut battu à mort dans le Maine, dans les années 80, alors qu’il marchait avec son amoureux.

Appelé à commenter l’extrême violence de la scène, Xavier Dolan a exprimé sa nécessité lorsqu’il voit, encore aujourd’hui, de tels cas faire les manchettes.

«Est-ce qu’on a besoin d’envoyer ce message à la communauté queer, LGBTQ+? Est-ce que c’est nécessaire, en fait, de leur montrer ça? Pour moi, c’est un message surtout pour la communauté hétérosexuelle, qui est majoritaire, et qui vit sa vie en marchant dans la rue sans trop se poser de questions», a-t-il expliqué.

«Est-ce que je suis trop gai présentement? Est-ce qu’on est en train de me regarder d’une façon… Est-ce que ça se pourrait qu’il y ait deux gars qui m’appréhendent et qui me cassent la gueule tout à coup?»

«Ce sont des questions qui m’habitent beaucoup. On pense qu’on en a fini avec ça, que c’est terminé, mais ça revient tout le temps. En fait, ce n’est jamais parti.»

Xavier Dolan a poursuivi en avouant avoir peur, exprimant son sentiment en rappelant la récente agression vécue par le designer Markantoine et son conjoint.

«Oui, j’ai peur. [...] Tu as Markantoine qui est avec son chum, ils vivent un moment heureux, puis un événement comme ça arrive, deux personnes qui les insultent, qui les invectivent dans un bar. [...] Ils savent ce qui se passe, ils sont déjà en mode survie.»

«La description qu’on a eue dans les journaux de ce qu’ils ont entendu, de ce qui s’est dit, c’est le verbatim de la scène dans It. [...] Mais qu’est-ce qui choque les gens, exactement? Les gens sont prêts à aller voir pendant deux heures un clown dévorer le coeur de quelqu’un, puis crever ses yeux avec des pinces, mais ils ne sont pas capables de supporter deux homosexuels qui se font battre par des humains, pas par des créatures extraterrestres, par des humains.»

Pour Xavier Dolan, il est surtout important de montrer cette violence aux gens «pour qu’ils sachent que ça fait aussi partie de la vie».

Tout le monde en parle est diffusée le dimanche à 20h, sur les ondes d’ICI Télé.

À voir également: